Mots tabous

De Arbres
(Redirigé depuis Noms tabous)
Aller à : navigation, rechercher

Les noms tabous sont les noms qui existent dans le lexique des locuteurs, mais qu'ils évitent de prononcer pour des raisons culturelles. On les repère souvent par leur évitement. Lorsque prononcés, ils sont souvent accompagnés de gestes qui cachent la bouche. Il s'agit typiquement de mots du champ scatologique, sexuel ou de notions religieuses, et quelques maladies, difformités et phénomènes météorologiques violents. Les mots tabous forment souvent des interjections.


(1) Ata, ho Klaskato ne vefe ket un tammig... eee... c'hwi 'oar ?
Dites.donc ! votre3 Tournesol ne1 serait pas un morceau.DIM euh... vous sait
'Dites-donc, votre Tournesol, ne serait-il pas un peu euh... non ?'
Standard, Kervella (2001:47)


Morphologie

grammaticalisation en interjections

Les noms tabous grammaticalisent aisément en interjection (Kaoc'h ! 'Merde !'), ou en intensifieurs (Petra an diaoul... 'Que diable...').

Ils peuvent intensifier des interjections.


(2) Tri mil boulc'hurun an diaoul !
trois mille boule.5tonnerre le diable
'Mille milliards de mille sabords !'
Standard, Kervella (2001:2)


morphologie expressive

Des stratégies de maquillage morphologique empruntent à la morphologie expressive, typiquement pour ne pas prononcer le nom Doue 'Dieu', comme dans A-toue !, Toui !, ou Fidamdoulle (Feiz d'am Doue ! 'Foi en mon Dieu').


(3) Toui ! C'hwitell ! Tapet on !
Nom.de.D.. flûte ! attrapé suis
'Zut ! Flûte ! Fichu !'
Standard, Moulleg (1978:24)


(4) Fidamdoustik ! Dont a reont d'hon heul gant o c'harr !
Nom.de.D.. venir R font à nous suivre avec leur2 voiture
'Nom de D... ! Ils nous suivent avec la voiture !'
Standard, Moulleg (1978:34)


(5) Fidamdoull ! Nag un droiad spontus !
Nom.de.D.. que un 2tour.ée horrible
'Diantre ! Quelle terrible expédition !'
Standard, Moulleg (1978:36)


Ce maquillage morphologique est productif. L'interjection française originale Sabre de bois ! propre au personnage du compte de Champignac dans la bande-dessinée Spirou et Fantasio est traduite Fidamsabrenn ! par Kervella (2006:44). Dans des exemples comme Mardendoue !, Mardouen ! qui est opaque en breton à part mla mention de Dieu mais où des francophones entendent Merde à Dieu !, on peut soupçonner un usage de l'autre langue en contact comme morphologie de maquillage.


dérivations réservées aux mots tabous ?

préfixe boul-

Le préfixe boul-1 se retrouve sur plusieurs des mots tabous, comme Boulzouble ! /double boulle?/ ou /double Dieu ?/ comme dans Tribledie?, Boulzerv ! 'Boule de chêne !', Boulc'hurun ! 'Boule de tonnerre'. Cornillet (2020) donne Boulc’hast ! 'Putain !' (mauvaise humeur, impatience). Il n'est pas clair s'il s'agit du préfixe a-perfectif boull- de boullboaz 'moitié cuit' ou d'une référence à des testicules par un emprunt roman (/bul/).


(6) Boulzouble ! Adarre skoet e-barzh !
boule.5double encore frappé dedans
'Tonnerre de Brest ! De nouveau dans le mille !'
Standard, An Here (2003:12)


La mutation est normalement la lénition mais elle est irrégulière sur Boulc'hurun ! (boul ar c'hurun ?).


(7) Boulc'hurun ! Hag aet oc'h da glask reizhoù an eontr Laouenan...
boule.5tonnerre et allé êtes à1 chercher instrument.s le oncle Vanneau
'Tonnerre de Brest ! [...] Vous êtes allés emprunter le matériel du père Vanneau !'
Standard, Kervella (2001:59)


préfixe double-, trible-

En camouflage de Doue !, on a Doubledie ! ou Tribledie !. Une dérivation proche existe dans les insultes en français (triple buse !).


(8) Ha paouez besteodiñ, tribledie !
et cesse double.langu.er triple.Dieu
'Et cesse de zézayer, nom de diable !'
Standard, An Here (2003:51)


nominalisation de phrase

En breton ou en français, un nom dénotant un humain animé peut être formé par une citation assignée à cet humain. Dans le cas de l'évitement de mots tabous en breton, la nominalisation sort de ce cadre de la nominalisation de phrase par citation.

  • ur mersimeuskedem 'quelqu'un qui fait des manières, qui (typiquement) dit Mersi, n'em eus ket ezhomm ! 'Merci je n'ai besoin de rien'.
  • un jmenfoutiste, une 'personne qui (typiquement) dit Je m'en fous.


(9) Krog eo an "deom-adarre" ennout ?
croch.é est le aller-encore en.toi
'Tu as la diarrhée ?'
Trégorrois, Gros (1984:151)


La même structure se retrouve avec un emprunt (an depechevit 'la diarhée'). Enfin, cette même diarrhée peut être dénotée par le nom déverbal composé red-kof (Trégorrois, Gros 1984:151) qui n'a pas d'équivalent en breton, avec la racine du verbe redek 'courir' qui précède le nom kof 'ventre'.

Syntaxe

évitements, ellipses

L'ellipse de noms tabous crée des tournures et expressions à objets vides. Il n'y a rien d'exceptionnel ici au niveau syntaxique car les objets vides sont courants en breton.


(1) Leuskel a rit diwarnoc'h !
lâcher R faites de.sur.vous
'Vous pétez beaucoup !'
Gros (1970b:§'leuskel')


(2) Hennez a zo eet a-gostez.
celui-ci R est allé de1-côté
'Il est allé de côté (aux toilettes).'
Trégorrois, Gros (1984:148)


  • Bopred pa oa 'tremen ar c'hoad 'teuas ezhomm dezhañ d'ober…
'Toujours est-il qu'en traversant le bois il a eu envie de faire...'
Cornouaillais du Nord (Kerien), Boutier (1986)


quantifieur maximisant

Dans le groupe nominal positif, un mot tabou a la distribution d'un quantifieur maximisant sur un nom. Sa distribution est celle d'un adjectif antéposé au nom.

L'adjectif sapre, sakre peut maximiser sur n'importe quel nom (ul litrad > ur sapre litrad 'un sacré litre, un litre qui fait plus qu'un litre'). En (1), Doue ! quantifie de façon lexicalement restreinte, peu ou pas productive. Il pourrait être remplacé par tout (e-pad tout an deiz...).


(1) E-pad Doue an deiz ema evel-se
pendant Dieu ! le jour est comme-ça
'Il est comme ça toute la sainte journée.'
Trégorrois, Gros (1984:94)

intensification

  • Foeltr sort n'am-eus bet digantañ.
'Je n'ai reçu de lui absolument rien.'
Trégorrois, Gros (1984:94)


  • Tanfoeltr biken ne deuio hennez amañ da vestr !
'Jamais de la vie celui-là ne viendra commander ici !'
Trégorrois, Gros (1984:94)

Pragmatique

Il n'est pas correct de dire qu'un niveau de langue contraint à l'évitement de mots tabous, et que c'est ce qui obtient les maquillages morphologiques de ces mots tabous. Le mot tabou est ostensible, et c'est le geste tout aussi ostensible de la camoufler (en partie) qui est réalisé par le discours. Ci-dessous, quelques arguments pour le montrer.


compatibilité du mot tabou et de son évitement

Un mot tabou et son évitement sont compatibles dans la même phrase. C'est l'intention ostensible de l'évitement qui fait le niveau de langue.


(2) Atoe ! Ma Doue ! Pegen plijet on ouzh ho kavout yac'h ha dibistig !
à.D...! Mon Dieu ! combien plaisir.é suis à vous3 trouver sain et sans1.blessure
'Ah mon Dieu ! Quelle joie pour moi de vous retrouver sain et sauf !'
Standard, Biguet (2017:54)


maquillages aggravants

Certains mots de morphologie expressive jouent sur deux domaines classiquement tabous ou évitent l'un pour le remplacer par l'autre.

C'est le cas de Fidamdoulle qui camoufle Feiz d'am Doue ! 'Foi en mon Dieu' en 'Foi en mon trou', ou encore Mardendoue ! où les bilingues entendent Merde à Dieu !. L'emprunt au français Mordieu ! contient l'offensant Mort à Dieu ! qui est recouvert par un bazar scatologique avec Merdié !, Merdoulle !, Merdamdoulle ! (Gros (1984:148).

Le nom dipadapa dénote la 'colique' et réalise l'interjection 'Badaboum !'

Horizons comparatifs

On retrouve le même processus de maquillage morphologique de noms tabous en français comme Morbleu ! Tudieu !, etc.

Saperlotte !, Saperlipopette !, Sacrebleu !, Sapristi ! résultent d'évitements de l'adjectif sacré. Nom d'une pipe en bois !, Nom d'un chien évitent le blasphématoire Nom de Dieu !. Diantre ! évite de prononcer le nom de Diable.


Bibliographie

horizons comparatifs

  • Olivier, C. 2000. 'L'Interjection Mon Dieu: variabilité sémantique et situations de discours', Cahiers de praxématique 34, 161–89.