James

De Arbres

L'adverbe de polarité négative james signifie 'jamais', au passé comme au futur. James fonctionne comme la seconde partie adverbiale de la négation.


(1) James n' em bije (*ket) sonjet e oa gwir.
jamais ne1 R aurais (*pas) pens.é R était vrai
'Je n'aurais jamais cru que cela était vrai.'
Chalm (2008)


Morphologie

répartition dialectale

Dans les cartes 094 et 095 de l'ALBB, on peut voir que james apparaît surtout dans les réponses du Vannetais et du Léon. Il peut porter sur le temps passé comme sur le temps futur, en concurrence d'utilisation selon les temps avec morse, biskoazh, biken ou gwech ebet.

James est connu en breton standard, mais peut ne pas être connu dans certaines variétés locales. Il n'apparaît pas dans l'ALBB pour le cap Sizun. L. Jade (c.p. 2012) rapporte que cette forme y est toujours inusitée. James apparaît dans la grammaire de Chalm (2008) originaire du Cap, signe d'une volonté de description standard.

James n'apparaît pour aucune des traductions proposées par Vallée (1980) pour le français 'jamais'. Ce n'est pas une entrée dans le dictionnaire de Merser (2009). On n'en trouve aucune occurrence dans le vannetais de Herrieu (1974).

C'est une entrée dans le dictionnaire du trégorrois de Plougrescant de Le Dû (2012). Favereau (1993) cite des exemples en Poher et en Goëlo.


Syntaxe

distribution

james à l'initiale

Lorsque james est à l'initiale, la partie postverbale ket de la négation est omise.


(1) James ne zigoran ma genoù da glemm.
jamais ne1 ouvre mon2 bouche pour1 plaindre
'Je n'ouvre jamais la bouche pour me plaindre.'
Standard, Menard & Kadored (2001)


james en place de négation type ket

(2) Al labourer ne chom james da baouez.
le travaill.eur ne1 reste jamais à1 arrêter
'Le paysan ne reste jamais sans rien faire.'
Standard, Menard & Kadored (2001)


james-objet

(3) Med ar re-ze ne lavarent jamez gaou noñ.
mais le ceux-ci ne1 disaient jamais mensonge P.eux
'Mais elles ne mentaient jamais.'
Léonard (Ouessant), Gouedig (1982)


(4) Magazennoù a oa, peogwir ar brikoli a oa gwerzhet de ar penn kwir, ne peze james da gont.
magasin.s R y.avait parce.que le chou R était vend.u à le tête vrai ne1 avait jamais ton1 compte
'Il y avait des magasins, parce que les choux étaient vendus à la tête, où tu n'avais jamais ton compte... '
Léonard, Mellouet & Pennec (2004:74)


objet-ebet-james

(5) N'am-eus ket klevet lavared e-nije greet abilitaj ebed james.
ne R.1SG a pas entend.u dire R.3SGM aurait fa.it espiègl.erie aucun jamais
'Je n'ai pas entendu dire qu'il ait jamais fait d'espiègleries.'
Trégorrois, Gros (1989: 'abil')


(6) /ẃeilinče my brəzeil əbed žamaes /
verrai pas moi guerre aucun jamais
'Je ne verrai plus jamais de guerre.'
Vannetais (Groix), Ternes (1970:293)


ket-participe-james-objet

(7) N' em bije ket kredet james e oa gwir.
ne1 R aurais pas cru jamais R était vrai
'Je n'aurais jamais cru que cela était vrai.'
Standard, Chalm (2008)


ket-participe-james

James se trouve aisément en périphérie droite de la phrase.


(8) Ar pesked ha me n'o deus ket bet en em aranjet jamez !
le poisson.s et moi ne ont pas été se arrangé jamais
'Les poissons ne me plaisaient pas !'
Léonard (Plougerneau), Elégoët (1982:13)


ket-james-participe

A Arradon et à Plougerneau tout du moins, james peut apparaître entre la négation et un participe dans le champ du milieu.


(1) Aze e oas sur, peogwir ar garreg veze war-gorre ar mor; ne veze ket james goloet.
R4 étais sûr car le 1rochers était sur-surface le mer ne1 était pas jamais couvert
'Là tu étais sûr, car les rochers affleuraient; Ils n'étaient jamais recouverts par la mer.'
Léonard (Plougerneau), Elégoët (1982:8)


(2) T'eus ket james klewet komz ag ar garew ?
2SG as pas jamais entend.u parler de le garou
'Tu n'as jamais entendu parler du loup-garou ?'
Arradon, Audic (2013:282)

Sémantique

James peut dénoter l'absence d'occurrences dans le passé comme dans le futur.


(1) Pa vehe gwraet loeroù get gargouilhennoù ar baotred, ne vankahe ket james !
quand1 serait fa.it chaussette.s avec gosiers le 1homme.s ne1 manquerait pas jamais
'Si l'on faisait des chaussettes avec le gosier des hommes, il n'en manquerait jamais !'
J. Guillemeot, Plouay, Le Scorff
cité dans Ar Borgn (2011:26)


'une fois, la moindre fois'

James peut aussi signifier 'une fois', 'la moindre fois' (c'est un item de polarité négative).


(2) N'am-eus ket klevet lavared e-nije greet abilitaj ebed james.
ne R.1SG a pas entend.u dire R.3SGM aurait fa.it espiègl.erie aucun jamais
'Je n'ai pas entendu dire qu'il ait jamais fait d'espiègleries.'
Trégorrois, Gros (1989: 'abil')


'toujours'

Comme le français 'jamais', james peut signifier 'toujours'.


(3) Me n'am-eus ket anavezet anezi nemed en koz jamez.
moi ne R.1SG a pas conn.u P.elle seulement en vieux jamais
'Je ne l'ai jamais connue que vieille.'
Trégorrois, Gros (1996:190)


(4) Ar barrez-mañ, james ne vo nemet ruz !
le 1paroisse-ci jamais ne1 sera seulement rouge
'Cette paroisse ne sera jamais que rouge !'
Standard, Menard & Kadored (2001)


(5) ha te a so contant da guitaat da Zoue evit jamaes?
et toi R est content de1 quitter ton1 Dieu pour jamais
'et toi veux-tu quitter ton Dieu à jamais ?'
Léonard (1709), IN., cité dans Châtelier (2016:80)
traduction de : 'Veux-tu bien quitter ton Dieu pour jamais ?', IVD.


C'est cette lecture 'toujours' qui est obtenue par la nominalisation ur james.


(6) Daonet on evit ur james.
damn.é suis pour un jamais
'Je suis damné pour une éternité'
Standard, Menard & Kadored (2001)


Diachronie

Ernault (1879-80:299) commente sur le léonard de Emgann kergidu par Lan Inisan (1878a), et réprouve qu'il "admet[te] des mots français fort inutiles tels que jamez 'jamais'". James est de source romane évidente, mais intégré de longue date. Début XX°, james est présent dans les deux dialectes les plus conservateurs que sont le léonard et le vannetais (par ex. carte 94 de l'ALBB). Au XXI°, james est tout-à-fait intégré à la langue bretonne.

Meurgof en relève un exemple en moyen breton de 1622 (Do.).