Doue

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

Le nom Doue dénote 'Dieu'.


(1) Cheinik Doue, hema zo eun tamm tra goalldra! Cornouaillais, Martin (1929:180)
dos.petit? Dieu celui.ci est un morceau chose mauvais1.chose
'Mon Dieu, quel pleurnicheur!'


Morphologie

Le nom Doue est tabou dans certaines expressions. Dans d'autres, il a grammaticalisé en un intensifieur. Il a aussi des usages plus neutres comme dans bemdez-Doue 'chaque jour (que Dieu fait)'.


(2) ar yezh a veze ganto bemdez-doue.
le langue R était avec.eux chaque.jour-Dieu
'la langue qu'ils parlaient quotidiennement.', Cornouaille (Plogonnec), Kergoat (1976:8)


intensifieur

En cornouaillais de l'Est, Mona Bouzeg donne le nom adverbial Doue comme intensifieur de prédicat:

 Bouzeg (1986:27) :
 ingal Doue, 'tout le temps'
 memes mod Doue, 'tout à fait pareil'
 heñvel Doue deus e dad, 'tout à fait ressemblant à son père'
 'ser geipal Doue, 'en courant à toutes jambes'


morphologie expressive et camouflage

Doue est un nom tabou qui peut apparaître camouflé par une morphologie expressive, avec alternances apophoniques et reduplications, comme dans Feiz d'am Doue 'foi en mon Dieu' qui se trouve sous les multiples formes Fedamdoulle!, Fidamdaoula, Fidamdoustik!, Fedamdoustek!, Fedamnotrou!, Fedamnotroudoulle!, etc.


dérivation

Cornillet (2020) donne avec le préfixe privatif di- le nom dizoue 'athée'.

Diachronie

  • Henri Bossec alauar mar car doe me ambezo auantur mat ha quarzr [quaezr]., Moyen breton de 1331, Thomas (1922:209)
'Henri Bossec dit: si Dieu veut, j'aurai aventure bonne et belle.'
  • deo gracias banne glau !
'Dieu merci, une goutte de pluie!', Breton de 1396, ms. BN. lat. 1314