Relatives réduites

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Les relatives réduites sont des propositions relatives dont la tête, nominale, n'est pas prononcée.


(1) goude e c'helloc'h gwelet ha klevet, evel a glevjoun hag a weljoun dec'h.
après R4 pouvez voir et entendre comme _[ø]_ R1 entendis et _[ø]_ R1 vis hier
'après vous pourrez voir et entendre comme je le fis hier.' Saint Pol de Léon, Milin (1922:400)


Syntaxe

evel a, evel ma

Le complémenteur en tête de relative réduite peut être un rannig a((1]] ou bien le complémenteur ma, situé plus haut dans la structure.


(2) Evel a vez lavaret... / Evel ma vez lavaret...
comme _[ø]_ R1 est dit comme _[ø]_ que1 est dit
'Comme on dit.' Standard, Press (1986:206)


temporelle : Me 'zo bet (hag) e oan...

Un type particulier de relatives réduites est celle des temporelles. Gros (1989:'bet') donne des exemples de relatives modifiant un élément temporel non-prononcé de la phrase. Le phénomène étonnant est la co-référence entre le sujet de la relative et celui de la matrice.


(1) Me a zo bet hag e een da gerhad amann da Rosmeur.
moi R est été (un temps) que R allais pour1 chercher beurre à Rosmeur
'Il fut un temps où j'allais chercher du beurre à Rosmeur.'
Trégorrois, Gros (1989:'bet')


(2) C'hwi n'oc'h ket bet hag e oa dav deoc'h sevel teir pe beder gwech an noz?
vous ne1'êtes pas été et/que R4 était obligé à.vous lever trois pe1 quatre fois le nuit
'Vous, il n'y a pas eu un temps où vous deviez vous lever trois ou quatre fois par nuit?'
Gourmelon (2014:65)


(3) Bet a oant hag e teuent alïesoh.

'Il fut un temps où ils venaient plus souvent.', Trégorrois, Gros (1989:'bet')

(4) Bet a oan hag e ouïen ur bern sonioù.

'Il fut un temps où je savais un tas de chansons.'

(5) Bet a oan n'am-beze ket a-riv jamez.

'Il fut un temps où je n'avais jamais froid.'

(6) Bet a oam hag e tebrem e-barz.

'Il fut un temps où nous y mangions.'

(7) Setu aze eur zon hag e oan bet e ouïen anezi.

'Voilà une chanson que je connaissais un temps fut (autrefois).'

(8) Na laka ket ar rouejou ken evel ma oa bet hag e ree.

'Il ne pose plus de filets comme il le faisait à un moment donné.', Gros (1989:'bet')


Voir Gourmelon (2014:65) pour d'autres exemples.


horizons comparatifs

On trouve une structure similaire, maintenant archaïsante, en français de Basse-Bretagne.

J'ai eu été que je travaillais, J'ai eu été qu'on me demandait, Gourmelon (2014:66)
'Fut un temps où...'

Sémantique

évidentielles

On trouve typiquement des relatives réduites comme propositions évidentielles.


(3) War _[ø]_ a gomze...
sur R1 parlait
'Selon ce qu'il disait.' Standard, Press (1986:206)


diachronie

L'Académie bretonne (1922:290) considère que les relatives réduites marquent un état plus ancien de la langue que les formes standard modernes en ar pezh, 'ce que'.

 Académie bretonne (1922:290):
 "A s'employait autrefois en breton au lieu de ar pez a pour rendre « ce qui, ce que ». De là encore des locutions comme gra a gari, 'fais ce que tu voudras', gand a ri, 'quoi que tu fasses (avec ce que tu feras)', war a lavar, 'à (sur) ce qu'il dit'; sed a c'hoarvezas gantan, 'voici ce qui lui arriva', etc. On trouvera des exemples nombreux et très heureux de cet emploi de a dans nos écrivains classiques, Inizan et Milin surtout. Les Gallois en font grand usage dans les proverbes et sentences."


archaïsme

Formes maintenant datées en dehors des évidentielles, les relatives réduites apparaissent dans les textes écrits littéraires et dans certaines tournures gelées.


(4) Bezet _[ø]_ a vezo
soit R1 sera
'Ainsi soit-il.' Standard, Press (1986:206)


Bibliographie

  • Yann Gerven. 2014. 'me 'zo bet hag...', Yezhadur!, Alioù fur evit ar vrezhonegerien diasur, Keit Vimp Bev, 65-66.