Mont

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Le verbe mont 'aller' est un verbe de mouvement qui dénote un déplacement d'éloignement vis-à-vis du locuteur. Mont est un verbe morphologiquement irrégulier. C'est un verbe intransitif inaccusatif.


(1) Marh Amon a ya da Vrest.
cheval Amon R1 va à1 Brest
'Le cheval d'Aymon va à Brest.' Trégorrois, Gros (1984:636)


Morphologie

infinitif

La forme monet, mounet est répandue en vannetais et au delà en bord vannetais.


(2) Mi vé koutant mounet te naan asamp kenoh.
moi est contant aller pour1 nager ensemble avec.vous
'Je veux bien aller nager avec vous.' Vannetais, An Diberder (2000:95)


En cornouaillais de l'Est maritime, Bouzec & al. (2017:513) notent que la forme monet est connue par les chants, mais aussi par une liaison dans moned a ra? 'Ca va bien?'.


résistance aux mutations et h initial

Le vannetais Le Bayon (1878:8,fn4) note une absence de lénition après les prépositions de provenance et de destination (a monnet 'd'aller' et de monnet 'à aller'), ou une mutation erratique (a honnet 'd'aller' et de honnet 'à aller'). On retrouve cette initiale en H à Plougerneau où le standard da vont kuit est corrigé par la locutrice en d'hont kuit. Un /h/ est aussi audible lorsque le verbe est fléchi à l'initiale de phrase.


(3) Ken presset evedo d'hon kuit, e(n) deus lesket tout e draoù.
tant pressé était à1'aller parti R.3SGM a laissé tout son1 choses
'Il était tellement pressé de partir qu'il a laissé toutes ses affaires.'
Léon (Plougerneau), M-L. B. (05/2016)


le participe

Le verbe mon(e)t une base en [a] ou [wa] pour son participe.


(4) Va mab-me a zo aet gantañ.
mon2 fils-moi R1 est allé avec.lui
'Mon fils à moi est parti avec lui.' Cornouaille (Pleyben), Ar Floc'h (1950:157)


(5) Yoñ zo waet kuit kentiz. Cornouaillais de l'Est (Moëlan)
lui est allé parti aussi.vite
'Il est parti tout de suite.' Bouzec & al. (2017:126)


(6) Waet eo d'e labour àr yun.
allé est à1 'son1 travail sur1 jeûne
'Il est allé au travail à jeun.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:70)


aet vs. bet

Le verbe de mouvement mont a pour participe la forme aet 'être allé', qui est associée à la préposition dynamique da.


(7) Amañ 'mañ da vreur ? - 'Mañ ket. { Aet / * Bet } eo da brenañ bara.
ici est ton1 frère - est pas allé / * été pour1 acheter pain
'Ton frère est là ? Non. Il est allé acheter du pain.' Standard, #brezhoneg 5:supplément


Le participe bet est celui du verbe bezañ 'être' qui est associé à la préposition statique o/ouzh 'avoir été'.


(8) Bet on { o / * da } welet ur vignonez er mintin-mañ.
été suis à4 / pour1 voir un1 amie dans.le matin-ci
'Je suis allée voir une amie ce matin.' Standard, #brezhoneg 5:supplément

verbe fléchi

Le verbe mon(e)t prend une base en [ja] lorsqu'il est fléchi.


(1) An hini a yaje a-benn dezañ e hallfes lavared hardiz e oa maro.
le celui R1 irait à.tête à.lui R4 pourrais dire sans.crainte R4 était mort
'Celui qui l'aurait affronté, tu pourrais dire sans crainte qu'il était (qu'il serait) mort.' Trégorrois, Gros (1970:27)


Il existe aussi des formes en en [g].


(2) Pa vein prest me gei genis.
quand1 serai prêt moi irai avec.toi
'Quand je serai prêt, j'irai avec toi.'
Vannetais (Plaudren), Quéré (2011:117)


(3) ër mouézi a gae dë chèrr bélurèd d’ër saorn drant ma gae ar baotrèd d’ër mor
Ar maouezi a yae da serriñ pelured d'ar sadorn tra ma yae ar baotred d’ar mor.
le femmes R1 allait pour1 ramasser palourdes pour1'le samedi pendant que4 allait le 1hommes pour1'le mer
'Les femmes allaient ramasser des palourdes le samedi pendant que les hommes allaient en mer.'
Séné, Le Ruyet (2012b)


formes d'habitude

En cornouaillais de l'Est, le paradigme du verbe mont comprend une forme d'habitude.


(4) [ hjize ndyd dǝ-dal ǝ Stê:r ]
ec'h yaje an dud da-dal ar stêr.
R4, +C allait.HAB le 1gens vers le rivière
'Les gens allaient à la rivière.' Cornouaillais de l'Est (Lanvenegen), Evenou (1987:627)


Syntaxe

conjugué à l'initiale

Le verbe mont 'aller' fait partie des rares verbes qui peuvent se retrouver facilement conjugués à l'initiale de phrase.


(1) Lavaret en doa: "Ez an da glask da anv bihan...."
dit R.3SG avait R vais pour1 chercher ton nom petit
'Il avait dit: "Je vais chercher ton prénom ..."',
Standard, Ar Barzhig (1976:48)


ellipse

L'argument de destination de mont 'aller' est couramment élidé.


(2) /'lom wiɛ mon 'y:e/
Lom ’ouie mond _[ø]_ ue.
Lom 'savait aller <y> aussi
'Guillaume y allait aussi.' Plozévet, Goyat (2012:305)


(3) Da c'houde mer'nn e vehe c'hoariet foutball met va mamm ne leske ket ac'hanon da vont _[ø]_ .
à1 après midi R était joué football mais mon mère ne laissait pas P.moi de1 aller
'On y jouait au football les après-midis, mais ma mère ne me laissait pas jouer.'
Plougerneau, M-L. B. (04/2016)


(4) Forz pegen uel e vehe ar vezenn atao 'z ea.
importe combien haut R4 serait le1 arbre toujours R4 allait
'Quelle que soit la hauteur d'un arbre, il (y) montait toujours.'
Léon (Plougerneau), Elegoet (1975:14)


On retrouve cette propension à l'ellipse dans le français de Basse-Bretagne Faut que j'aille, 'J'y vais, je vais y aller.


Sémantique

argument inanimé

Au contraire du verbe aller français, le verbe mont accepte un argument interne inanimé.


(1) /ar vu'taʎad a 'be:z zo /ɛd 'ɡata/
Ar voutaillad a-bez zo eet gantañ.
le 1bouteill.ée entier R1 est allé avec.lui
'Il a bu la bouteille entière.' Plozévet, Goyat (2012:239)


futur proche: mont da, 'aller pour'

La construction mont da, mot-à-mot 'aller pour', peut déborder sa compositionnalité lexicale. Elle réalise parfois un futur proche.


(2) evit d'ar merlused mont d'en em grougañ 'barzh enno.
pour à le merlus aller à se étrangler dans dans.eux
'Pour que les merlus viennent s'y mailler.' Cornouaille (Bigouden), Bijer (2007:274)


Dans d'autres cas, la lecture est compositionnelle, et da marque un complément du verbe, par exemple un complément de but.


(3) Ha ni ouie mont d'ober van da gas boued.
et nous savait.AUX aller à'faire semblant de1 envoyer nourriture
'Et nous faisions semblant d'amener de la nourriture.'
Bas-cornouaillais (Le Juch), Hor Yezh (1983:5)


(4) 'Ma ket aet da ginnig 4000 lur evit 'n tamm pradlenn-se!
est pas allé à1 proposer 4000 franc pour le morceau pré.lac-ci
'Ne lui a-t-il pas proposé 4000 francs pour cette espèce de marécage!' Cornouaillais de l'Est (Riec), Bouzeg (1986:37)


postpositions

Le verbe mont forme un verbe de sens lexical différent avec diverses postpositions.


(1) 'Monet en-dro an taolioù-mouezh e brezhoneg Malgeneg'
aller de-retour le coups-voix dans breton Malgeneg
'Le fonctionnement des accentuations dans le breton de Malgenec' titre de Pipec (2005), Hor Yezh 243.


expressions lexicales

mont gant, 'voler, s'accaparer, faire disparaître'

(1) eun amezog hag a oa eet e had gand al laer Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:39)
un voisin que R1 était allé son1 lièvre avec le voleur
'un voisin à qui on avait volé son lièvre.'


(2) An daou du d'an hent 'yae gantañ.
le 21 côté de'le route R allait avec.lui
'Il était ivre.'
litt 'Il prenait toute la route, allait d'un bord à l'autre.' Cornouaillais de l'Est (Riec), Bouzeg (1986:27)


na vonet don, 'ne pas raffoler de'

(3) Nend an ket don àr ar pesked.
ne+C vais pas profond sur le poissons
'Je n'aime pas tellement le poisson.' Haut-vannetais, Louis (2015:46)


mont e-barzh, 'contenir'

Avec un présent générique, le verbe mont prend différents sens étendus.


(4) Ugent litrad a ya ba'r sailh-mañ.
20 litre R va dans le seau-ci
'Ce seau contient vingt litres.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:27)


mont kuit, 'partir'

Le verbe mont avec la postposition kuit obtient le sens de 'partir'. Cette structure se retrouve en français de Basse-Bretagne sous la forme Il est allé parti.

L'ellipse de la postposition kuit est aussi possible, comme dans le français de Basse-Bretagne Il faut que j'aille (que je parte).


(5) Keuz am eus mand eo ret da ma mab monet.
regret 1SG a que est nécessaire à mon fils aller
'J’ai du regret que mon fils doive partir.' Haut-vannetais, Louis (2015:110)


Naoned (1952:60) note à Scaër/Guiscriff l'alternative à mont kuit diblas (Me 'zo o vont da ziblas > mont kuit).


mont e moged, 'partir en fumée'

(6) Eet e oant e moged, a-veh eur helh bennag e-touez al ludu. Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:34)
allé R4 étaient en fumée à1-peine un 5cercle quelconque parmi le cendre
'Ils (les sabots) étaient partis en fumée, (il en restait) à peine quelque cerclage dans les cendres.'

Bibliographie

horizons comparatifs

  • Webb-Davies, Peredur. 2017. 'Grammaticalization of mynd i 'go to' in Welsh: a corpus linguistic study of historical change', présentation orale New Approaches to Brittonic Historical Linguistics Symposium, DIAS, Dublin.