Da

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

La préposition da est très utilisée en breton, avec des contenus sémantiques différents.


(1) Sevel a ra da zont d’ar prenestr.
lever R fait pour1 venir à'le fenêtre
'Il se lève pour aller à la fenêtre.' Standard, Drezen (1990:12)


Trépos (1968:§594) note par exemple que da, comme la préposition evit, est un marqueur pour l'attribution, l'intérêt, la destination ou le but pour le syntagme nominal qu'il prend comme objet.

Il faut de plus distinguer la préposition da qui a un contenu sémantique, de la préposition da qui est un mot-outil, plausiblement assignatrice de cas. Cette dernière est utilisée comme une préposition par défaut et n'a pas de contenu sémantique.

Finalement, on trouve des emplois de da comme complémenteur devant un verbe tensé.


Morphologie

Suivi d'une voyelle, la préposition da s'élide communément (d'ar marc'had, /à le marché/, 'au marché'). La consonne D apparaît dévoisée dans les environnements de sandhi comme [t] en (2).


(2) Deus t pa méñ hèy dit ! Goëlo
Deus din pe me az ay dit Standard
viens à.moi ou moi irai à.toi
'litt: Viens à moi ou je viens à toi.'
(se dit à qq de trop voyant), Koadig (2010:27)


Lorsque son objet est un syntagme nominal, la préposition da1 déclenche la mutation consonantique dite 'adoucissante' (lénition) sur la consonne initiale de ce syntagme. Lorsque l'objet de la préposition da est un syntagme nominal commençant par un possessif de première ou seconde personne du singulier, on obtient une forme élidée de la préposition.



  • pelèhh mɑ̃ de dad / des tad?
est ton1 père / ton père
'Où se trouve ton père?', trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:48)


incorporation

Lorsque son objet est pronominal, la préposition da apparaît avec son objet pronominal incorporé.


variation dialectale

L'ALBB documente la variation dialectale des réalisations de différentes prépositions fléchies, dont la préposition da.


 carte 106, traduction de 'à moi', 
 carte 107, traduction de 'à toi, à vous'
 carte 108, traduction de 'à lui, à elle'
 carte 109, traduction de 'à nous'
 carte 110, traduction de 'à eux'


(2) Honnezh 'neus dianez dion.
celle.ci a manque à.moi
'Je lui manque.' Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:VII)


da
personne traduction Vannetais Goëlo
1SG 'à moi, pour moi' d'eign déñ, diñ
2SG 'à toi, pour toi' d'id dit
3SGM 'à lui, pour lui' de-hou dañ, déañ
3SGF 'à elle, pour elle' de-hi dèy
1PL 'à nous, pour nous' d'emb dim
2PL 'à vous, pour vous' d'oh dac'h
3PL 'à eux/elles...' de-hai
source Guillome (1836:90-91) Koadig (2010:46)

sélectionné par une autre préposition

La préposition da apparaît dans nombre de prépositions complexes formées de plusieurs prépositions. En (2), la préposition trezak (standard etrezek) finit par une consonne et provoque un sandhi sur la préposition da qu'elle sélectionne.

etrezek da
personne traduction Goëlo
1SG 'vers moi' treuzak tiñ
2SG 'vers toi' treuzak tit
3SGM 'vers lui' treuzak tañ
3SGF 'vers elle' treuzak tèy
1PL 'vers nous' treuzak tim
2PL 'vers vous' treuzak tac'h
3PL 'vers eux/elles...' treuzak tè
source Koadig (2010:47)


Kervella (1995:§585,616) donne, comme exemple de prépositions qui sélectionnent da:

 abalamour, a-benn, a-c'houez, a-dal, a-dreñv, a-dreuz, 
 a-enep, a-us, daoust, e-harz, en-dro, enep, 
 e-tal, en-abeg, e-biou, en despet, en tu-mañ (-se, -hont, -all), 
 ez-eeun, tost, hep gouzout...


En breton central, Humphreys (1995:330) donne:

 /'ys /, a-us da, 'au-dessus de'
 /d'ejn de/, 'en face de, devant'
 /gr'as /, 'grâce à'
 /dre nesped /, 'malgré'

Quand da a une sémantique définissable

La plupart des spécialisations sémantiques de da découlent de deux sens distincts:

(i) son sens spatial de direction ou de destination
(ii) son sens de marque de l'expérienceur


préposition spatiale: destination

La notion de direction dans la préposition da inclut la notion concrète de déplacement dans l'espace.


Kervella (1969:IX) et Gros (1970:147) notent que da marque le but après les verbes de mouvement comme :

mont, 'aller', kas, 'envoyer', kerzhout, 'marcher', redek, 'courir', dougen, 'porter'...
et dans l'autre sens dont, 'venir', degas, 'apporter', deredek, 'accourir'.


En contraste, les verbes statiques comme arruout et degouezhout, 'arriver, survenir', bezañ, 'être' ou en em gavout, 'se trouver' appellent l'emploi de la préposition e.


La notion de direction dans la préposition da déborde la notion concrète de déplacement dans l'espace. Quand une direction pointe vers un être humain, on ne peut plus utiliser la préposition da dans un sens de 'déplacement vers' (Kervella 1995:§608.I.). La préposition qui apparaît alors est davet, 'vers'. Gros (1970:148) signale aussi dans ce contexte l'usage de la préposition complexe da gaout.


(1) An hini goz a zalhe da zelled d'am haoud.
le celle1 vieille R1 continuait de1 regarder à mon.vers
'La vieille continuait à regarder dans ma direction, vers moi.' Trégorrois, Gros (1970:148)


préposition temporelle: destination / location

Comme la plupart des prépositions spatiales, la préposition da peut être aussi utilisée dans la dimension temporelle. C'est le cas dans la construction du Futur proche qui utilise le verbe mont, 'aller', qui est associé à la préposition da.


(2) wèh h,ón l'a:r tén
'oac'h o vont da lavar din
étiez à1 aller à dire à.moi
'Vous alliez me (le) dire.' Breton central, Humphreys (1995:393)


On a le même effet avec un autre verbe de mouvement utilisé dans une dimension temporelle dans l'expression 'arriver à' (arruout da).


(3) m,əs kəd 'a:jə v'el hw'as.
M-eus ket arruet da welet anezhañ c'hoazh.
R.1SG-a pas arrivé à1 voir P.lui encore
'Je n'ai pas encore réussi à le voir.'
Breton central, Humphreys (1995:353)


La préposition temporelle da ne mime pas exactement sa propre utilisation spatiale qui est distribution complémentaire avec la préposition statique e.

On peut le voir car, dans la dimension temporelle, un point statique sur la ligne temporelle peut être pointé par la préposition da. Da peut donc marquer un rapport temporel statique (époque, âge, jour, Gros 1970:155), alors que cette préposition n'est pas autorisée avec des rapports spatiaux statiques.


 Morvannou (2011:152)
da marque un rapport de temps (époque, date, âge, jour, heure...)
D'ar mare-se ne ouien ket lenn.
[...]
da est en concurrence avec e pour marquer l'époque:
d'ar mare-se; mais en amzer-se
da vare Pask, mais e(n) amzer Fask.


attribution /destination

Da peut marquer l'attribution (destination d'une action, d'une entité abstraite ou d'un objet). Il est alors restreint aux possesseurs animés (Kervella 1995:§434, §364, Trépos 2001:179). L'attribution à un inanimé est, elle, introduite par la préposition a/eus.


(4) Ur marh koad en-oa fardet da bep hini.
un cheval bois avait fabriqué à chaque un
'Il avait fabriqué un cheval de bois pour chacun.'
Cornouaille, Trépos (2001:§594)


(5) Bremañ e vez anoiou ken drol d'an dud.
maintenant R4 est noms si drôle à le gens
'Maintenant il y a (on donne) aux gens des noms tellement drôles.' Trégorrois, Gros (1970:149)


L’attribution doit être comprise au sens large, car on utilise da aussi pour des propriétés inaliénables telles que les parties du corps, et qui sont donc difficilement "attribuables".


(6) Eno e oa unan, sellou du dezañ.
R4 y.avait un regards noir à.lui
'Il y avait là un (homme) aux regards sombres.' Trégorrois, Gros (1970:153)


(7) Eur vizaj ridet aze dezi / Eur penn koz dezi.
un1 visage ridé ici à.elle / un tête vieux à.elle
'Elle a (ou avait) une figure ridée / une tête vieille (une mine maussade, renfrognée.'
Trégorrois, Gros (1970:153)


(8) Peziou daoulagad dezo o selled ouzin-me.
morceaux 2.yeux à.eux à regarder à.moi-moi
'me regardant avec de grands yeux' Trégorrois, Gros (1970:154)

da de but / destination

La préposition da peut introduire un complément de but (destination, usage d'un objet ou d'une action). Elle est en cela en concurrence relative avec la préposition evit, 'pour'.


da vs. evit

La facette sémantique de but de da découle vraisemblablement du sens de destination de la préposition spatiale, la destination spatiale ayant donné par extension le sens de destination comme usage ('destiné à'). Le but qu'elle exprime est plus faible que celui dénoté par la préposition evit, et son syntagme ne peut pas être antéposé (Gourmelon 2014:142).


(1) {* Da vont / Evit mont} buanoc'h e tremenimp dre Lesneven. Gourmelon (2014:142)
pour1 aller / pour aller vite.plus R4 passerons par Lesneven
'Pour aller plus vite, on passera par Lesneven.'
infinitive

La préposition da de but sélectionne une structure infinitive comme argument interne.


(1) Ur mekanig da [ skriva ].
un mécanique à PRO écrire
'une machine à écrire.' Trégorrois, Gros (1970:150)


Cette structure est rendue par à en français (des cachets à avaler, une table à langer…), et to en anglais (pills to swallow). Les adjectifs aussi peuvent être utilisés avec une préposition da marquant une destination métaphorique.


(2) Poan ar re all a zo skañv da zougen.
peine le ceux autre R est léger à1 PRO porter Trégorrois, (Gros 1984:522)
'La peine des autres est légère (facile) à endurer.'


Dans ces structures qui sélectionnent une infinitive, et si le sujet de l'infinitive est réalisé, une autre préposition da apparaît.


(3) Eur galv int d'ezho da veza feal.
un appel sont à.eux de1 être fidèle
'Ils sont un appel à la fidélité (lit. 'pour/à eux d'être fidèles').'
Cornouaille, (Pleyben), Ar Go (1950:18)


contrôle

Ces structures peuvent être à contrôle du sujet.


(4) Hennez zo da [ lakâd blaz war ar boued ].
celui.cix est pour PROx/*y mettre goût sur le nourriture
'Cela est destiné à donner du goût aux aliments (à les assaisonner).'
Trégorrois, Gros (1970:150)


Le sujet de la matrice peut aussi contrôler l'objet de l'infinitive.


(5) Setu e vezont prest, ne vezont ket da [ glask ].
voici R sont.3PLx prêts ne sont.3PLx pas à1 PROy/*x chercher objetx
'Cela fait qu'ils sont prêts, on n'a pas à les chercher.'
Trégorrois, Gros (1970:152)


en structures prédicative

Les infinitives de but introduites par da peuvent se trouver dans des structures prédicatives réduites.


(6) Hennez zo [ mad da redeg ].

'Il est bon pour courir, il court vite. '
Trégorrois, Gros (1970:159)

(7) [ Gouez da gôzeal ] an hini eo.

'C’est qu’il est sauvage à parler. '
Trégorrois, Gros (1970:159)


Cette structure est rendue par à en français (bon à prendre, dangereux à entendre…), et to en anglais (good to know, frightening to see).


Dans ces structures, le verbe infinitif introduit par da forme avec lui un constituant qui peut monter en bord gauche de la structure.


(8) Ne welan ket petra [CP [SC da PRO ober ] a zo mad _ ].
ne vois pas quoix à sujet faire objetx R est bien (SC)
'Je ne sais pas quoi faire (de bien)/ce qu'il est bien de faire.' Léon, Fave (1998:141)
da déontique

C'est probablement des infinitives de but que découle l'usage déontique de la préposition da.


(1) Neuze e soñjas he-doa da walc'hiñ warhoaz.
alors R pensa 3SGF-avait à1 laver demain
'Elle pensa alors qu'il lui fallait laver le lendemain.' Léon, Fave (1998:140)


(2) Teir loaiad bemdez he-doa da gemered. Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:25)
trois cuillère.-ée chaque.jour 3SGF-avait à1 prendre
'Elle devait (en) prendre trois cuillèrées par jour.'


Cette structure est rendue par à en français (du linge à raccommoder, J'ai à faire…), et to en anglais (You are to follow the instructions exactly; He is to shut up).


Certains usages hésu=itent entre le marquage déontique et celui de la contingence.


(3) Penaos e vehe dezhe chomel yac'h?
comment R serait à.eux rester sain
'Comment pourraient-t-ils rester en bonne santé? (dans ces conditions?)' Vannetais, Herrieu (1994:97)

da, marque de l'expérienceur

Da introduit l'expérienceur dans différentes constructions.


(1) Gwellaad a ra dezañ.
amélior.er R fait à.lui
'Il va mieux.' Léon, Fave (1998:140)


(2) ma teufe dezhañ mervel.
si4 venait à.lui mourir
'S'il venait à mourir.' Léon, Fave (1998:135)


(3) Amañ e plij d'al labourerien-douar boueta ar c'hezeg.
ici R plait à le travailleurs-terre nourrir le chevaux
'Ici, les paysans aiment (à) nourrir les chevaux.' Trégorrois (Kaouenneg), ar Barzhig (1976:35)


(4) Med se a oa eun ankounah dezañ.
mais ça R était un oubli de.lui
'C’était un oubli de sa part.' Trégorrois, Gros (1970:153)


(5) Petra eo d’eur gwaz dond en ti-mañ ?
quoi est à un homme venir dans.le maison-ci
'Qu’est-ce que c’est pour un homme, que d’entrer dans cette maison-ci ?' Trégorrois, Gros (1970:157)


(6) Hemañ 'ma gwriet deon e chakod.
celui.ci est cousu à.lui son1 poche
'Il est avare.' (litt. 'le fond de sa poche est cousu.') Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:II)


  • voir aussi:
N’eo ket kement-se eun digarez da soñjal eo didalvoud kaer ar seurt konchennoù da dud hag o deus deskadurezh.
'Ce n'est pas une excuse pour penser que de telles sottises importent peu aux gens qui ont de l'éducation.'
Cornouaille (Pleyben), Ar Go (1950:5)


A noter que dans son rôle d'introducteur de l'expérienceur, da est concurrentiel avec la préposition gant (avec probablement une variation en partie dialectale dans l'utilisation de l'une ou de l'autre préposition).


(6) Ne gaw ket get-hai émañt golhet erhoalh.
ne1 trouve pas avec.eux sont lavés assez
'Ils ne se trouvent pas assez lavés.' Vannetais, Le Bayon (1878:63)


Certaines lectures de l'expérienceur sont bénéfactives/maléfactives, à la manière des clitiques datifs français (cf. Elle m'a fait les oreillons, Il lui est mort un oncle cet été).


(7) Louiz a zo marvet unan bennag dezañ ive.
Louiz R est mort un quelconque à.lui aussi
'Un parent quelconque de Louis est mort aussi.' Trégorrois, Gros (1970:155)


Dans l'expression hep gouzout din (/sans savoir P.moi/, 'sans que je sache', 'à mon insu', cf. Trépos 2001:§196) l'expérienceur peut alternativement apparaître comme sujet direct (hep PRO gouzout, /sans PRO savoir/ 'sans savoir').


marqueur d'évidentialité

La préposition da est aussi un marqueur d'évidentialité, quand elle sert à introduire la source d'une information.


(1) Penegwir me a veze mezo dezo ordinal.
puisque moi R était saoul à.eux ordinairement
'Puisque j'étais toujours ivre, selon eux.' Trégorrois, Gros (1970:157)


(2) Ankounac'heet am-eus piou a oa Soaz dezo.
oublié R.1SG-a qui R était Soaz à.eux
'J'ai oublié qui était Soaz dans leur imagination.' Trégorrois, Gros (1970:157)


da pour la mesure et la comparaison

équivalence

La préposition da apparaît dans des structures de mesure et de comparaison, là où le français n'utilise qu'une apposition (cf. cinq euros _ le kilo).


(1) Merlued brao e oant: tri da livr.
merlans beau R étaient trois P livre
'C'étaient de beaux merlans: ils faisaient trois à la livre.' trégorrois, Gros (1970:156)


(2) Er zun-mañ a zo bet tri hant livr da lod.
Dans.le semaine-ci R est été trois cent livre P part
'Cette semaine-ci on a eu trois cent francs à la part.' trégorrois, Gros (1970:156)


comparaison

C'est le même da qu'on retrouve dans les structures comparatives, là où en français on trouve les prépositions pour, selon...


(3) Honnez a zo braz d’heh oad.
celle.ci R est grand P son2 âge
'Elle était grande pour son âge.' Trégorrois, Gros (1966:158)


De façon abstraite, on peut dire qu'un 'homme de parole' est quelqu'un qui se mesure à sa parole:

(4) Eun den d’ho kir oh.
un homme P votre3 mot êtes
'Vous êtes un homme de parole.' Trégorrois, Gros (1966:158)


La préposition da apparaît dialectalement pour introduire l'argument comparatif de memes, 'même'.


(5) /'enɛ nøz ar ˌmømøz 'ɡwetyr ˌdiɲ/
Hennez ’neus ar memez gwetur din.
celui.ci a le même voiture de.moi
'Il a la même voiture que moi.', Plozévet, Goyat (2012:242)


complémenteur d'opposition ('bien que')

Da apparaît aussi comme un marqueur d'opposition à l'initiale de propositions infinitives ('bien que').


(1) Ha, dezhañ _ bevañ e kumunizeh, n’en doa ket d’he c’henlodañ gant den.
et, P.lui vivre en communauté ne’3SGM avait pas à’la com-.partager avec personne
'Et, bien qu’il vive en communauté, il n’avait pas à le partager avec quiconque.
Standard, Drezen (1990:64)


Da sélectionné par un nom, un adjectif ou un verbe

Certains noms, adjectifs ou verbes sélectionnent des arguments obligatoirement introduits par da. Ces spécifications lexicales ne sont pas sémantiquement prévisibles.


(1) N'ema ked ar momed da chom da gousked barz liñseliou sant Per!
ne'est pas le moment de rester à1 dormir dans draps saint Pierre
litt. 'C'est pas le moment de rester dormir dans les draps de saint Pierre!'
> 'Il fait trop froid pour dormir à la belle étoile.' Le Berre & Le Dû (1999:38)


adjectifs sélectionnant da

La préposition da peut être requise pour amener l'argument d'un adjectif, comme tost en (2). On dit alors que la préposition da fait partie de la grille argumentale de cet adjectif (tost da X).


(2) Deuit tostoc'h d'an tan hag e tommo deoc'h.
venez près..plus de le feu et R4 chauffera à.vous
'Venez plus près du feu et il vous réchauffera.' Léon, Fave (1998:136)


substantifs sélectionnant da

Da est sélectionné par certains substantifs rentrant dans des locutions verbales:

 kaout : c’hoant da, 'envie de'; ezhomm da, 'besoin de'; keuz da, 'regret de'; 
         mall da, 'hâte de'; glac’har da, 'peine à'; soñj da, 'souvenir de'; amzer da, 'temps de' … 
 bezañ : barrek da, kap da, gouest da, 'capable de'; kustum da, 'accoutumé à'; 
         trec’h da , 'avoir le dessus sur'...


(3) Kement a vall a oa warnañ da vont kuit ma lezas e holl zanvez war e lerc'h.
autant de1 hâte R était sur.lui de1 aller parti que laissa son1 tout1 affaire sur son1 suite
'Il était tellement pressé de partir qu'il a laissé toutes ses affaires.'
Cornouaille (Pleyben), ar Gow (1999:31)


(4) Mervel a raim ha n'or-bezo ket bet amzer da ziskuizañ.
mourir R ferons et ne 1PL-aura pas eu temps de1 reposer
'Nous mourrons et nous n'aurons pas eu le temps de nous reposer.' Trégorrois, (Gros 1984:523)


optionalité ?

Da apparaît dans les locutions verbales comme kaout c'hoant, 'avoir envie de' ou kaout diegi, 'avoir la flemme de'.


(5) C’hoant a-walh e-neus da [SC vond da zañsal ] .
envie assez R-a de aller de danser
'Il a assez envie d’aller danser.' Trégorrois, Gros (1970:158)


La présence d'une préposition da introduisant une infinitive semble optionnelle. La sélection semble parfaitement arbitraire, idiosyncratique.

 Trépos (2001:§588):
 Lorsqu'il s'agit d'une locution verbale qui contient un nom, elle est suivie directement du substantif verbal:
 
 me 'm-eus c'hoant _ mond da Bariz, 'J'ai envie d'aller à Paris'
 (mond est un complément du nom c'hoant);
 
 mais une préposition peut se placer entre le nom de la locution verbale et le substantif verbal:
 
  'm-eus c'hoant da gousked, 'J'ai envie de dormir'
 [...]
 diegi 'm-eus da vond d'az kwelout, 'J'ai la paresse d'aller te voir'

verbes sélectionnant da

Certains verbes sélectionnent un complément qui est une infinitive introduite par da.

Le Bayon (1878:65) donne, par exemple:

 koñdannein da, 'condamner à'; oblijein da, 'obliger à'
 derhel da, 'continuer à'; chom da, 'rester à'
 diskein da, 'apprendre à'; pedein da, 'prier de'
 lakat da, 'mettre à', lakat poen da/lakat nerh da, 's'efforcer de' 
 turul spi da, 'veiller à, observer'; turul termen da, 'tarder de, différer'
 
 et des verbes dont l'équivalent français sélectionnerait un argument direct:
 
 blazein da/ sañtein da, 'sentir'; 
 bokein da, 'baiser'
 derhel mad da, 'tenir compagnie'
 guelat da', 'guérir (qq)'; huañadein da, 'soupirer, regretter'
 ouilein da, 'pleurer sur'
 talwein, talwoud da, 'valoir'
 dougein bri, 'protéger'


Kerrain (2001) pointe que 'tenir de qq.' est traduit tennañ da ub.


(1) Tennañ a rez d’az preur. (* ouzh da vreur) Kerrain (2001)
tirer R1 fais P'ton3 frère
'Tu ressembles à ton frère.'


Il y a une variation dialectale dans la sélection ou non de da par un verbe. Par exemple, dans la vallée du Scorff, on rencontre des formes en da après le verbe krediñ, 'croire.


(2) Ne gredoc'h ket din marse?
ne1 croirez pas da.moi peut-être
'Vous ne me croirez peut-être pas?' Le Scorff, Ar Borgn (2011:30)


verbes sélectionnant (optionnellement) da

Les verbes modaux rankout 'devoir' et gallout 'pouvoir' peuvent déclencher la présence d'une préposition da dans les cas d'extraction de l'objet de l'infinitive. Le rannig croisé apparaît dans ces structures apparemment indifféremment sous la forme a1 ou e4. Il y a une variation dialectale sur ce phénomène, avec une présence en Léon et jusqu'en Basse-Cornouaille.


Fave (1998:141) préconise l'absence de préposition da avec gallout. Cependant, la préposition da se trouve introduire un argument de gallout, 'devoir' dans Seite (1998), Ar Floc'h (1950), ou Elégoët (1982).


(1) Pesked a heller ive da baka braoged dreist-oll.
poissons R1 peut.IMP aussi de1 attraper bar sur-tout
'On peut aussi attrapper des poissons, des bars, surtout.' Léon (Cléder), Seite (1998:9)


(2) Teir reunenn hepken a c'hellan da gemerout digant pep~hini.
3 crin.SG seulement R1 peux de1 prendre avec chaque un
'Je peux prendre seulement trois crins à chacun.' Cornouaille (Pleyben), Ar Floc’h (1950:157)


(3) Great gant pri, great gros, e c'helles da grediñ!
fait avec terre fait grossièrement R4 peux de1 croire
'Faite de glaise, faite grossièrement, tu peux me croire.' Léon (Plougerneau), Elégoët (1982:9)


Fave (1998:141) préconise aussi l'absence de la préposition da avec rankout, 'devoir', mais ces formes sont attestées avec Seite et Kervella.


(9) Galleg eo e rankfent da zeskiñ.
français est R4 devraient de1 apprendre
'C'est le français qu'ils devraient apprendre.'
Standard (Dirinon), Kervella (1933:62)


(10) Ar Pont, gwir eo, a rankomp da weled.
Ar Pont vrai est R1 devons de1 voir
'C'est vrai, nous devons voir Ar Pont.' Léon (Cléder), Seite (1998:63)

usages et filtres de surface

Certaines règles de sélection de da semblent complètement idiosyncratiques.


Selon Kervella (1995:§629.II), quand le verbe komz, 'parler', a deux arguments (indirects: 'parler à qq de qqch.'), si le premier argument est introduit par la préposition da, le second le sera par la préposition eus. Si le premier est introduit par la préposition gant, le second le sera par la préposition diwar-benn.


(11) Komz dezhan eus e vignoned / Komz gantan diwar-benn an dra-se.

expressions

Certaines expressions particulières utilisent la préposition da, comme celles qui utilisent le verbe de mouvement mont, 'aller'.


(1) Pet eus merc'hed keizh an amzer-se a zo aet da anaon ...
combien de femmes cher le temps- R est allé à trépas
'Combien des chères femmes de ce temps là sont mortes...'
Brud Nevez (16:27), cité dans Menard (1995:150)


nominations, titres

(2) Va zad a lakay ac'hanoun da roue war e lerc'h.
mon2 père R1 mettra P.moi à1 roi sur.son.suite
'Mon père me fera roi à sa suite.'
Cornouaille (Pleyben), Ar Floc'h (1950:157)


(3) Kemeret da vatezh / Anvet da berson.
pris comme1 bonne nommé comme1 recteur
'pris comme servante, nommé (comme) recteur.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:25)


dont da ub., kerzhout da ub.

(2) Hi, 'vat, a oa deut dezañ.
elle cependant R1 était venu à.lui
'Mais elle était venue vers lui menaçante.' Trégorrois, Gros (1970:149)


(3) Kerz d'ar vuoc'h !
va à1 le 1vache
'Cours après la vache (se dit à un chien).' Trégorrois, Gros (1970:149)


injonctions: bec'h dezhi!

La préposition da avec un pronom incorporé à la troisième personne du féminin sert à former des expressions non-décomposables.


(4) Bec'h dezhi!, Deomp dezhi > 'A la tâche, au boulot!'

Lêr dezhi > 'Hue!'
Tan dezhi! > 'Faisons vite du feu!'...
Menard & Kadored (2001da)

Quand da est sémantiquement vide et n'est pas sélectionné

Dans de nombreux cas, la préposition da n'a visiblement pas de contenu sémantique en elle-même, et n'est pas sélectionnée par un élément lexical. Elle semble alors une préposition-outil, uniquement requise pour satisfaire à des règles syntaxiques comme l'assignation casuelle.


da sous-spécifié sémantiquement

Parfois, la préposition da apparaît là où on attendrait la préposition eus, 'de'. Cela peut être interprété comme un indice du statut de préposition par défaut de la préposition da.


(1) N’ho-peus ket bet a gelou dezañ ?
ne 2PL-a pas eu de1 nouvelles de.lui
'N’avez-vous pas eu de nouvelles de lui ?' Trégorrois, Gros (1970:153)


(2) Eno oa kezeg en daou gostez d’an hent.
y.avait chevaux dans.le deux1 côté de le route
'Là il y avait les chevaux des deux côtés du chemin.' Trégorrois, Gros (1970:154)


agent du passif

En breton standard, l'agent d'un passif est introduit par la préposition gant. Cependant, certains dialectes utilisent la préposition da pour introduire l'agent d'un passif. Cela peut aussi être interprété comme un indice du statut de préposition par défaut de la préposition da.


(3) Delwennoù sent duet d'ar moged ha poazhet d'an tan.
statues saints noirci par le fumée et cuit par le feu
'Des statues de saints noircies à/par la fumée et cuite au/par le feu.' Menard & Kadored (2001da)


(4) Brevet int d'an hent.
éreinté sont par le route
'Ils sont éreintés de leur voyage.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:46)


(5) ...rak troc'het eo pont an hent-houarn d'ar génie.
car coupé est pont le chemin-fer par le génie
'...Car le génie a coupé le pont.' Vannetais, Herrieu (1994:26)


  • Kement paotr a vezo ganet d'ann Hebreed
'Tout garçon né des hébreux', Herry (1861:3)

da assignateur casuel

Il existe un ensemble de prépositions qui sélectionnent da uniquement lorsque leur argument est pronominal.

Fave (1998) utilise ainsi la préposition a-eneb suivi d'un syntagme nominal sans qu'apparaisse la préposition da.


(4) Mond a-eneb [réd an dour] n'eo ket êz .
aller contre cours le eau ne est pas facile
'Il est difficile d'aller contre le courant.' Léon, Fave (1998:140)


Cependant, alors que la préposition a-enep a dans certains dialectes une forme fléchie qui aurait pu servir; a-eneptañ, avec incorporation du pronom faible 3SGM, Fave (1998) traite la préposition a-enep comme invariable et incorpore le pronom 3SGM dans une préposition da qui n'apparaît alors que comme support morphologique d'incorporation et assignateur casuel.


(5) Evid ar votadeg ez in a-eneb dezañ.
pour le1 vote R irai contre de.lui
'J'irai contre lui aux élections.' Léon, Fave (1998:140)


Selon Kervella (1995:§586), les prépositions qui sélectionnent da uniquement lorsque leur argument est pronominal sont:

 a-dreñv, a-dreuz, a-enep, e-harz, e-tal, e-biou.
 
 a-dreñv an ti,     mais a-dreñv dezhañ
 a-dreuz ar c'hoad, mais a-dreuz dezhañ
 a-enep an dour,    mais a-enep deomp, ou en hon enep
 e-harz e dreid,    mais e-harz dezhañ
 e-tal ar groaz,    mais e-tal din
 e-biou ar gêr,     mais e-biou deomp
 

Il signale aussi d'autres prépositions, etrezek, etramek, war-du qui, elles, sélectionnent la préposition e et non da lorsque leur argument est pronominal.


Ces paradigmes constituent un argument fort que da joue un rôle purement formel. Ce rôle peut être de servir de support morphologique à l'incorporation, ou de distribuer un Cas.


da assigne un cas au sujet d'une infinitive

Stump (1989), Stephens (1990), Borsley & Roberts (1996), et Jouitteau (2005/2010:chap 4, 2012) considèrent que la préposition da est assignatrice de cas pour les sujets des propositions infinitives.


(1) Ma zud a veze souezhet [SC dezhoñ bout yen sklas ].
mon2 parents R1 était étonné à.lui être froid intensifieur
'Mes parents étaient surpris qu'il soit gelé.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:65)


da assigne un cas à la proposition infinitive

Jouitteau (2005/2010:chap 4) émet l'hypothèse, vérifiée dans Jouitteau (2012), que la préposition da peut être assignatrice de cas pour les propositions infinitives elles-mêmes. Dans cette hypothèse, les infinitives bretonnes auraient ceci de particulier qu'elles devraient passer, comme les syntagmes nominaux, le filtre sur le Cas. Cette hypothèse fait la prédiction correcte que la préposition da sémantiquement vide n'apparaît pas devant les infinitives qui reçoivent indépendamment un Cas direct.


En position sujet, c'est-à-dire où elle reçoit indépendamment un Cas direct comme le ferait un syntagme nominal, une petite proposition n’est jamais introduite par da.


(1) Ma oa brao dezo e-leh ma oant e oa dezo _ [SC beza chomet eno ].
si était beau à.eux dans-lieu que étaient R était à.eux Ø PRO être resté
'S’ils se trouvaient bien où ils étaient, c’était à eux d’y être restés.'
'... il leur appartenait d’y rester.' Trégorrois, Gros (1970:154)


En position objet, c'est-à-dire où elle reçoit indépendamment un Cas direct comme le ferait un syntagme nominal, non plus.


(2) heb din gouzoud [SC _ mond war velo ].
sans P.moii savoir Ø PROi aller sur1 vélo
'Sans que je sache monter à bicyclette.'
Cornouaillais, Trépos (2001:§346)


En position d'argument direct d'une préposition, où elle reçoit plausiblement un cas de cette préposition, la proposition infinitive n'est pas introduite par da (seul le sujet/expérienceur de l'infinitive l'est).


(3) heb dezañ [SC _ gouzoud petra eo ur stur ].
sans P.lui Ø savoir quoi est un gouvernail
'Sans qu'il sache ce que c'est qu'un gouvernail.'
Cornouaillais, Trépos (2001:§346)


Cette hypothèse prédit aussi correctement que les structures tensées, qui ne sont pas assujetties au filtre sur le Cas, ne sont jamais précédées de da. Fave (1998:141) note que la préposition da n'apparaît pas devant les complétives.


(4) N'ouzon ket petra _ [CP e teuio de veza ].
ne'sais pas quoi R4 viendra à1 être
'Je ne sais pas ce qu'il deviendra.' Léon, Fave (1998:141)


structures causatives

Dans les structures causatives, la présence de da dépend de si le sujet de l'infinitive est exprimé ou non.


- Si ce sujet est exprimé, alors il absorbe le Cas direct distribué par le verbe tensé (construction ECM), et la préposition da apparaît sur le bord gauche de l'infinitive.
- Si ce sujet n'est pas exprimé, c'est un pronom vide (PRO) qui lui, n'a pas besoin de passer le filtre sur le Cas. En conséquence, aucune préposition da n'apparaît.


(5) Lakaet em eus ober ur re votoù nevez.
Lakaet em eus anezhañ da ober ur re votoù nevez
mis R.1SG a P.lui P1 faire un paire 1chaussures nouveau
'Je (lui) ai fait faire une paire de nouvelles chaussures.' Standard, Kervella (1995:§253bis)


La seule structure causativeda apparaît dans une position où elle aurait reçu un Cas indépendamment de la préposition da est la causative en 'faire', ober. En (6), on s'attendrait à ce que l'infinitive, si elle nécessite effectivement un Cas, aie reçu le Cas de l'objet. L'hypothèse de l'insertion de da pour des raisons casuelles s'appuie sur le fait que la causative en ober, 'faire' est aussi la seule causative où le da pourrait être motivé sémantiquement (par une introduction de l'expérienceur).


(6) Gra d' ar c'hi-se mont kuit alese , 'ta!
fais à le chien- aller parti donc
'Fais donc partir ce chien de là!' standard, Kervella (1995:§253bis)


da optionnel

La préposition 'da' semble optionnelle dans différentes constructions.

A noter que, dans les exemples d'optionalité de la préposition da, la motivation de son insertion, quand elle apparaît, est mystérieuse.


temps anaphorique

En breton, des propositions apparaissent à l'infinitive quand leur temps est calculé anaphoriquement.


(1) Raktal, ar merc'hed da sevel o fenn, ar vugale da zigeriñ o genoù, ar baotred da dostaat...
de.suite le femmes de1 lever leur2 tête le 1enfants de ouvrir leur2 bouche le hommes de1 approcher
'De suite, les femmes levèrent la tête, les enfants ouvrirent la bouche, les hommes s'approchèrent.'
Standard, Kervella (1995:§279)


La préposition da peut apparaître dans ces structures, mais ce n'est pas obligatoire. Il peut aussi y avoir ha ou rien (Kervella 1995:§276, 279).


(2) Sevel a reas prim he brozh du, ...
lever R fit lestement son2 jupe noir
hag hi d’ober ur skrab trumm d’he glin dehoù
et elle de1 faire un gratte soudain à1 son2 genou droit
'Elle leva lestement sa robe et se gratta le genou.' Standard, Drezen (1990:24)


(3) Hag eñ, ker buan, _ mont ha sankañ e gontell...
et lui si vite aller ha planter son1 couteau
'Et lui, aussi vite, de planter son couteau.'
Standard, Kervella (1995:§276)


da dans les questions

La préposition da peut optionnellement apparaître lorsqu'un interrogatif précède un infinitif (Kervella 1995:§761).


(4) Petra (da) ober? Piv (da) gas?

quoi à1 faire qui à1 envoyer
'Que faire? Qui emmener?'


(5) Petra d'ober gant ur mennig?
quoi de1 faire avec un cabri
'Que faire d'un cabri?' Cornouaille (Pleyben), Ar Floc’h (1950:62)


Selon Kervella (1995:§275), ce phénomène serait restreint aux interrogatifs piv, 'qui', petra, 'quoi' et pegement, 'combien'. Cependant, on en trouve aisément dans des interrogatives rapportées.


  • Marc'harid, c'houi a dle gouzout petra da ober diouz ar paotrig.
'Marc'harid, vous devez savoir quoi faire de l'enfant.', Bas-Trégor, Al Lay (1925:12-13)
  • Ne ouezan ket va unan petra da zonjal eus ar pez a zo kuzet e spered Mônig.
'Je ne sais pas moi-même quoi penser de ce qui se cache dans l'esprit de Monique.', Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1922:348)
  • An amzer a zoare beza hirr d'ar re na ouzont petra d'ober gant-hi.
'Le temps paraît long à ceux qui ne savent qu'en faire.', Constantius (1900:291)


Gros note le même phénomène dans des interrogatives rapportées avec pegoulz et penaos.


 Gros (1970:157, 158)
 Da s'emploie quelquefois devant un infinitif comme l'anglais to et ne se traduit pas en français (après un mot interrogatif en général)
 
 Spontuz int kér, n'ouzont ket pegement da houlenn _ .
 'Ils sont terriblement chers, ils ne savent pas combien demander.' 
 
 Me am-oa gouezet petra d'ober _ dezo goude ive.
 'J'avais su aussi quoi leur faire ensuite.'
 
 Bez' a zo tud ha na reont forz petra da ober _ beteg kaoud arhant.
 'Il y a des gens qui ne regardent pas à quoi faire (qui font n'importe quoi) 
 pourvu qu'ils aient de l'argent.'
 
 N'onn ket piou da houlenn _ .
 'Je ne sais qui demander.'
 
 Lavaret 'zo deoh pegoulz da vont _ ?
 'Vous-a-t-on dit quand y aller?'
 
 Ar skôlaer e-nevoa lavaret din penôz d'ober _ .
 'L'instituteur m'avait dit comment faire.'

Autres da et variation dialectale

En petit Tréguier, da est signalé comme conjonction devant un verbe tensé (Ernault 1901:306). S'il s'agit bien de da, cette préposition ne provoquerait alors pas de lénition.


(1) bop kresk bop hés
bep da1 gresk bep da1 ez
'à mesure qu'il grandit, à mesure que tu vas.' Petit Tréguier, Ernault (1901:306)


Ernault note aussi l'expression Na da bad pell 'qu'il dure longtemps!' qui est plausiblement un usage de da déontique.

Ernault (1901) donne aussi des usages de meur suivi de da, avec apparemment un sens exclamatif.


(2) meur da galon meur da hini all
'que de cœurs, combien d'autres.' Breton moderne, Ernault (1901:305)

Bibliographie