Liste des auteurs natifs d'un dialecte du breton

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Cette liste recense les locuteurs natifs de différents dialectes du breton dont les corpus, oraux ou écrits, sont disponibles.

Elle permet à des grammairien.ne.s de savoir quel corpus littéraire utiliser si ils ou elles recherchent des corpus de natifs de la langue.

Une carte de type google map permet de visualiser les aires géographiques dont les corpus sont disponibles.


But du recensement

Le but de ce recensement n'est pas de donner ou retirer des bons points à des auteur.e.s, et l'analyse littéraire n'est pas non plus de mise!

Il s'agit de recenser les auteur.e.s brittophones natifs dont les données de corpus, oraux ou écrits, sont disponibles aux chercheurs et chercheuses.

Des informations plus globales sur les auteur.e.s sont consultables et déposables sur Wikipedia en breton Skrivagnerien vrezhonek

qu'est-ce qu'un brittophone natif?

C'est une personne pour qui le breton est la ou une langue première, c'est-à-dire une personne qui a utilisé cette langue au quotidien, dans différents endroits sociaux, avant l'âge critique. Cet âge critique est variant selon les individus, mais peut se situer entre 6 et 10 ans. Après cet âge critique, l'apprentissage d'une langue seconde est rarement parfait et garde, sur des jugements de données pointus, des déviances avec les locuteurs dits natifs.

bilinguisme

Une personne peut être considérée native du breton tout en étant bilingue dans une autre langue avant l'âge critique.

L'important est que le breton soit parlé et vécu dans l'enfance.

Il peut être important, cependant, de noter quelle.s langue.s autre.s que le breton l'auteur.e a parlée.s dans l'enfance.

rupture de pratique

Quand un.e auteur.e est natif/ve de la langue mais a cessé de la pratiquer pendant une longue période, il est important de le signaler car les données linguistiques en seront potentiellement modifiées.

corrections éditoriales

Parfois, un corpus écrit est "corrigé" lors du travail d'édition. Il est important de le signaler car les données linguistiques en seront potentiellement modifiées.

Liste des locuteurs et locutrices natives & lien vers leur bibliographie

A

  • Mariana Abgrall (1850-1930)
[Léon (Lampaul-Guimiliau)], (fiche biographique sur: skol uhel ar vro)
œuvres
recueil de contes:1962. Gwinizh hepken, Al Liamm, Brest.


  • Abeozen > Fanch Elies, (1896-1963)
(fiches bibliographiques br., fr.)
[Léon, (Dre Nevez)]
niveau de langue très littéraire (type Gwalarn)
Abeozen. 1969. Pirc'hirin Kala-goañv, Brest, Al Liamm.
Abeozen. 1957. Istor lennegezh vrezhonek an amzer-vremañ, Brest, Al Liamm.
Abeozen, 1954. Bisousig kazh an tevenn, Al Liamm.
Abeozen, F. 1943. Hervelina Geraouell, éditions de Bretagne : Skridou Breiz - Brest, [édition 1988 Mouladuriou Hor yezh - Lesneven]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Abeozen, F. 1991. [1925-1939].Ar mabinogion, Hor Yezh.
(traduction) mythologie.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).

B

  • Job Le Bayon / Job er Bayon (Pluvigner 1876- Colpo 1935
fils de paysan élevé par une tante qui le destine à être prêtre (Favereau, Littérature breton, vol. 1 Le premier Emsav)
neveu d'Arthur Marie Le Bayon, auteur d'une grammaire du breton de Vannes
auteur de nombreuses pièces de théâtre sur des motifs religieux, il installe dans une salle permanente, à Pluvigner, la troupe Pautred Sant Guignér
Pièces de théâtre : en Eutru Keriolet, Jozon al Lagouter, En Ozeganned, Bah sant Gwenole, Troieu kam Barnabé, Sudarded sant Kornéli, Ar en hent de Vethléem, Salaün er Foll, Boeh er goed, Ar hent en hadour. Imprimées à Vannes, impr. Mahéo : Kado, Roué er mor, Fosfatinn er vatéh fin, Santez Nolùen, Braoa merh er barrez, Sant Izidor labourer,


  • Ernest ar Barzhig [= Roc'h-Vur]
[Trégor (Kaouenneg)]
"a passé toute son enfance à Kaouenneg, avec uniquement le breton comme langue d'environnement" (br.).
œuvres
Ar Barzhig (1976): Ti Vatriona, traduction de Soljenitsyn, Al Liamm.


  • Mich Beyer
née à Tréboul. mère brittophone, père francophone monolingue. scolarisation en banlieue parisienne jusqu'en faculté.
œuvres
Beyer, Mich. 2009. Teñvalijenn, Mich Beyer & An Alarc'h ambannadurioù.


[Kerne (pays bigouden: Léchiagat)]
Selon wikipedia en breton, ce Cornouaillais du pays bigouden a été élevé par deux parents brittophones, plus, dès l'age de 14 ans, sa grand-mère brittophone quasi unilingue. Il est possible qu'il y ait eu plus ou moins une rupture de pratique lors des premières années d'école (entre 6 ans et 14 ans).
œuvres
Bijer, Y. 2003. Trêz ar Vari-Vorgan
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Bijer, Y. 2007. Avel Gornôg, Al Liamm.
[fiction]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).


  • Mona Bouzeg
[Riec]
 Bouzeg (04/2011; c.p.):
 "Savet on bet ba Rieg gant ma zud kozh, a ne ouie ket 
 na lenn na skrivo na poz galleg 'bet. 
 Ganet oant e Rieg o daou, met tad mamm-gozh oa ganet 
 e Leuc'han ha deuet da Rieg da labourat war e vicher kalvez. 
 Er skol meus desket galleg, lenn ha skrivo."


"Eur Brezhoneger a orin zo diouzhin ; tamm ha tamm am eus desket lenn ha skrivañ e brezhoneg ; med ne vez ket aez an traou : reolennou re striz a vez implijet gand eun nebeud tud hag a zo o micher deski brehoneg hag adlenn ar skridou."
Lomig Boulomig
Brenn. 2002. Ar brezoneg er Vro Wenn, pdf].


  • Hervé Burel
[Léon]
 Burel (2012:10); introduction.
 "Hervé Burel est né le 23 juillet 1858 à Plouider dans le Finistère, 
 en pays de Léon.Il a passé sa jeunesse dans cette commune, dans le 
 village de Delledan à Pont-du-Châtel.
 [...] Il est mort le 9 juillet 1943."


  • Briant-Cadiou, Y.
Briant-Cadiou, Y. E skeud daou dour ar barrez.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).


[Vannetais, (Lorient / Arzano)] mais écrits en léonard
Sa langue native est le breton vannetais, mais il choisit d’écrire sa poésie en dialecte du Léon sous l’influence de Le Gonidec (br., & notice biographique br.).
 Herrieu (1943:56):
 "Né à Lorient, de parents non bretonnants, (sa mère était Française), Brizeux apprit le breton v[b]as-vannetais à Arzano, où il suivit, pendant cinq ans, l'école de son oncle, l'abbé Le Nir, curé de cette paroisse. Ces cinq années furent suffisantes à son assimilation, grâce à la fréquentation de petits camarades uniquement bretonnants. Cete bretonnisation se complè[é]ta par 'étude du catéchisme breton que Brizeux suivit pendant trois ans, suivant la coutume de l'époque. Lorsque, plus tard, il résolut d'écrire Telen Arvor (La Harpe d'Armorique), il l'habilla à la mode de Le Gonidec, sans doute dans un souci d'unité linguistique, sans pouvoir, cependant, masquer entièrement certains caractères bas-vannetais qui transparaissaient sous le travestissement.


œuvres
  • Charlez ar Brizh (1660/65-1737)(br.)
[Lanhouarne]
1709. Introduction dar Vuez Devot
  • Le Bayon, Arthur−Marie
[né à Auray 1830, vécut à Groix de 1863 à 1868 et de 1873 à 1886,
et à Belle−Ile−en−Mer de 1886 à (environ?) 1908]
Le Bayon, A.-M. 1986 [1878]. Grammaire bretonne du dialecte de Vannes. 1878 édition Vannes: Imprimerie Lafolye, 1986 édition Hor Yezh.

D

[Cornouaille (Lanvénégen)]
Derrien, R. 1975. Isolation as a major determinant in the study of natural language (étude comparée de Querrien et d'Arzano), mémoire de maîtrise, CRBC Brest.
troidigezhioù, pezhioù c'hoari.
[Pays Bigouden (Lesconil)]
Contes, traductions de théâtre et romans français.
Divanac'h, M. 1974. Thumette bigoudenne, éditions du vieux meunier breton.
traduction en breton d'un roman en français de Anne Selle de 1934.
Divanach, M. 1973. Gwechall ar vartoloded, dans Loup de mer son fils bachelier et le fayot rouge, éditions du vieux meunier breton.


  • Alan an Dizuet
[Trégor (La Roche-Derrien)]
Dizuet, Alan an. 1980. Eñvorennou ur prizoniad. H. Riou-Reze.
autobiographie
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).


[Cornouaille, pays Bigouden (Pont L'Abbé)]
langue standard, niveau de langue très littéraire (type Gwalarn)
selon Balcou & Gallo (1997:223, 231-2), prose "littéraire/artificielle"
Comme Jakez Kerrien et selon le témoignage de celui-ci, son apprentissage des mutations consonantiques standard à l'écrit fut tardif.
romans et pièces de théâtre
Drezen, Youenn. 1990 [1949, 1971].Sizhun ar breur Arturo, Brest, Al Liamm.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Drezen, Y. 1942. Buhez lommifg pe Enklask ar Vizaouenn-skouarn, Skridoù Breizh, Brest.
traduction d'histoire pour enfant.
Drezen, Youenn. 1932. [1970-1]. An Dour an dro d'an inizi, Brest, Al Liamm.
fictions - utilisé comme corpus dans Rezac (2009).


  • Jean Le Dû
[Treger (Plougrescant)]
a vécu de 8 ans à 19 ans à Dieppe (Le Dû 2012a:18).


Treger, breton du Vieux-marché, à côté de Plouaret dans les côtes d'Armor.
prose et poésie. Cultivatrice.
Œuvres

E

  • Fañch Elies [= Abeozen]


  • Emile Ernault, (1852-1938)
[petit Trégor], (cf. Trépos 1982:11)
 Herrieu (1943:76):
 "L’auteur donne, de certaines pièces, une adaptation vannetaise, où se remarquent de nombreuses incorrections."


[Goëlo (Goudelin)]

F

  • François Falc'hun
[le Bourg-Blanc], (cf. Trépos 1982:11)


  • Visant Fave
[Léon (Cléder)]. Né à Cléder - (mentionné dans Ar marh reiz de Visant Seite aussi originaire de Cléder, p. 145-pdf)
Fave, Visant. 1989. War roudou hor misionerien, Brest : Emgleo Breiz ; Kastellin : ar Skol dre lizer.
[autobiographie]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Fave, Visant. 1998. Notennou yezadur. Emgleo Breiz.
[description d'usages idiomatiques]


  • Yann ar Floc'h [= Jean Le Page]
Ar Floc'h (1950) est utilisé comme corpus dans Menard (1995)

Yann ar Floc’h est décrit linguistiquement par Ar Go comme un brittophone natif de Pleyben utilisant à l’écrit la variété léonarde comme norme littéraire, avec des incursions dialectales occasionnelles, en Cornouaillais mais aussi en trégorrois, suite à un séjour en Trégor (de durée indéterminée).


* Ar Go (1950:6-7) :
 Anavezet em eus mat Yann ar Floc’h. E ano en ti-kêr a oa Jean Le Page, hogen an holl e Pleiben a rae Jañ Pach anezañ. P’en em lakeas da skriva e komz-plean e troas e ano e brezoneg rik ha setu ma teuas da veza brudet e Leon hag e Kerne, er penn kenta eus ar gañved-mañ, dindan lesano a Yann ar Floc’h. Sevel a reas ivez gwerziou, soniou ha barzonegou hag, e-touesk ar arzed, e voe anvet « Pintig », eun ano hag a zeree mat outañ. Ken seder ha ken laouen e veze atao hag al labousig-se hag e voe evel e batrom hag e baeron.
 […] Mont a reas ivez d’ober skol da Berwenan (Bro-Dreger) e-pad eur pennad amzer. N’ouzon ket pegeit e chomas eno ; pell awalc’h da vihana evit deski brezoneg ar c’hornad-bro-se a gavomp poziou anezañ skignet en e skridou.
* Ar Go (1950:8) :
 ouspenn eun dastumer pa aozer marvailhoue oa Yann ar Floc’h. Anaout a ran eur pez-c’hoari farsus, bet savet gantañ ha chomet diembann, « an trên marc’had-mat ». Savet en deus bet ivez eur romant, « An divroet », bet embannet dre bennadou war ar « C’hourrier », adalek mezeven betek miz here 1908, hag a gaver displeget ennañ chañsou mat ha fall eur paotr   
  yaouank eus Pleiben, aet da foeta bro da Bariz ha ‘an Amerik. 
 Ar Go (1950 :9) :
 Disheñvel war ze diouz ar skrivagnerien vreton-all hag o deus bet graet implij eus yez o c’horn-bro evit sevel o labouriou, re Gerne ne skrivont nemet e brezoneg Leon a zo abaoe pell ‘zo, yez lennek Kerneviz. Heuliet en deus ivez Yann ar Floc’h ar c’hiz-se evel kalz re-all araozañ, daoust ma plije d’ezañ lakaat en e skridou poziou tennet eus yez Kerne hag ivez eus hini Bro-Dreger.


  • Loeiz ar Floc'h [= Jean-Louis Le Floc'h] (Bodilis 1867- Lesneven 1936). Certainement natif. Nom de barde : Stourmer. Autre pseudonyme : Potr ar plakou. Surnommé Le Dumas breton (Taldir, selon Favereau, Littérature bretonne vol. 1)
Marchand itinérant de plaques pour les animaux et a exercé de nombreux autres métiers
Selon Favereau, il est le représentant d'une littérature populaire (Littérature bretonne, T1, art. L. Le Floc'h)
Nombreux articles pour Ar Bobl, Feiz ha Breiz, Kroaz ar Vretoned, Le Courrier du Finistère et de romans-feuilleton.
Va zam buez (feuilleton dans An Oaled, 1937-1938, réed. Ma zamm buhez, Hor Yezh 1982 et 1985).
Ar Floc'h, Loeiz. 1985. Va zamm buhez, Lesneven, Mouladurioù Hor Yezh.
Ar Floc'h, Loeiz. 1922. 'Per pe Baol', Buhez Breiz 23.
A ne pas confondre avec Maodez Glanndour (1909-1986), qui utilisait le pseudonyme "Loeiz ar Floc'h".

G

né à Saint-Renan où il passa son enfance. Natif et de parents brittophones. Formation classique en grec et latin.
  • Yvon Gourmelon, [= Yann Gerven]
Né dans un environnement brittophone, présenté comme locuteur natif par KEAV.
[Cornouaille (Pleiben)]
 "savet e brezhoneg, bet o vevañ en un endro brezhoneger, bet ar pep brasañ eus an amzer o labourat e yezh ar vro war e vicher..." 
 P. Denez, préface à Diwar dorgenn Karreg an Tan
Œuvres
Yeun ar Gow, 1999. Diwar dorgenn Karreg an Tan, Mouladurioù Hor Yezh 1999.
édition posthume, recueil de textes publiés ou non.
Ar Gow, Yeun. 1977. 'Eñvorennoù', Al Liamm 182.
Ar Gow, Yeun. 1977. 'Eñvorennoù', Al Liamm 180.
Ar Gow, Yeun. 1977. 'Eñvorennoù', Al Liamm 181.
Ar Gow, Yeun. 1976. 'Eñvorennoù', Al Liamm 174.
Ar Gow, Yeun. 1976. 'Eñvorennoù', Al Liamm 175.
Ar Gow, Yeun. 1976. 'Eñvorennoù', Al Liamm 176.
Ar Gow, Yeun. 1976. 'Eñvorennoù', Al Liamm 177.
Ar Gow, Yeun. 1976. 'Eñvorennoù', Al Liamm 178.
Ar Gow, Yeun. 1976. 'Eñvorennoù', Al Liamm 179.
Ar Gow, Yeun. 1966. 'C'hoar soudard Kiberen', Al Liamm 115.
Ar Gow, Yeun. 1965. 'Chomet e oa ar vazh e toull an nor', Al Liamm 109.
Ar Gow, Yeun. 1964. 'An distro', Al Liamm 102.
Ar Gow, Yeun. 1964. 'Hanverez ar roc'h veur', Al Liamm 106.
Ar Gow, Yeun. 1964. Abrobin, Al Liamm.
traduction de Defoe, Daniel. 1719. Robinson Crusoe.
Ar Gow, Yeun. 1963. 'Ar laer en ti-post', Al Liamm 96.
Ar Gow, Yeun. 1962. 'Anduilhenn an urcher', Al Liamm 90.
Ar Gow, Yeun. 1962. 'Morian ar Gontez', Al Liamm 92.
Ar Gow, Yeun. 1962. 'Ti ar strafuilh', Al Liamm 93.
Ar Gow, Yeun. 1962. 'Hêrez an eontr Amerika', Al Liamm 94.
Ar Gow, Yeun. 1962. 'Kastizoù iskis', Al Liamm 95.
Ar Gow, Yeun. 1961. 'Alfred', Al Liamm 88.
Ar Gow, Yeun. 1958a. 'Sorserezh beleg', 'Askoan ar c'hemener', Brud 3.
Ar Gow, Yeun. 1958b. 'Teñzor lenn Meilh-ar-Roc'h', 'Yun ar C'halvez', 'Ul laeradenn iskis', Brud 4.
Yeun ar Gow. 1978 [1955]. E skeud tour bras Sant Jermen, Al Liamm.
[autobiographie]
Yeun ar Go. 1950. 'Raklavar', Ar Floc'h (1950), Koñchennoù eus Bro ar Ster Aon, Kemper, Levrdi Le Dault.
Ar Gow, Yeun. 19??. 'Interamant ar Garront Zuik'
Ar Gow, Yeun. 19??. 'Butun an dilez'
Ar Gow, Yeun. 19??. 'Oferenn Sant Tu-pe-du'
Ar Gow, Yeun. 19??. 'An hoc'h-gouez'
Ar Gow, Yeun. 19??. 'Burzhud Intron Varia Dreguron'
Ar Gow, Yeun. 19??. 'Deñved da douzañ'
Ar Gow, Yeun. 19??. 'Anvioù iskis, memes tra!'
Ar Gow, Yeun. 19??. 'Askoan ar c'hemener'
Ar Gow, Yeun. 19??. 'Teñzor lenn Meilh-ar-Roc'h'
Ar Gow, Yeun. 19??. 'Yun ar C'halvez'
Ar Gow, Yeun. 19??. 'Ul laeradenn iskis'


  • Patrick Gouedic
[Léon (Eusa)]
Œuvres
Gouedig, Patrig (ed.) 1984. Enez Eusa - Eñvoriou tud Eusa, Brud Nevez.
[souvenirs, retranscriptions de conversations]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).


  • Fañch Gourvil (1889-1984)
Œuvres
Gourvil, F. 1911. Buez ar pevar mab Emon, Montroulez (Morlaix), Ar Gwaziou (Le Goaziou).


  • Jules Gros
[Treger (Trédrez-Locquémeau)]
Œuvres
Gros, Jules (1970-1974). Le trésor du breton parlé. 3 volumes. Emgleo Breiz - Brud Nevez.
[description d'usages idiomatiques]
Favereau, Frañsez. 2015 'Jul Gros, ur vuhez e-skeud dastum e deñzor', Al Liamm 408.

H

  • (Per) Jakez Helias (1914-1995)
[Kerne (Bigouden)]
Né à Pouldreuzic, français appris à l'école, études à Quimper, puis Rennes, poste à Quimper jusqu'en 1975.
Oeuvres
Helias, (Per) Jakez. 2002 [1975].Marh al lorh, Emgleo Breiz.
[autobiographie], utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Helias, (Per) Jakes. 2001. Mojennou Breizh, Emgleo Breizh.
[contes et légendes], utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Helias, Jakez. 1957. Eun azen e ziskouarn berr
Helias, Jakez. 1958. Eun den maro ha ne goll ket e benn
né à Naizin en 1868 (près de Pontivy), mort à Lanvaudan en 1929. Locuteur natif
Bourapted en tiegeh, [1932, Dihunamb - 1974, Preder]
contes


[Gwened (Lannarstêr)]
Oeuvres
Herrieu, Loeiz. 1994 [1933-1942-1974]. Kammdro an Ankoù, Al Liamm.
[autobiographie]


  • Hingant, Jean, [1834-1898)
[trégorrois/léonard]
parcours résumé par Fañch Postic
Hingant (1868)


'a vécu et appris en breton depuis son enfance' (source wikipedia)
Oeuvres

I, J

  • Dom Lan Inizan
[Leon (Plounévez-Lochrist)]
œuvres utilisées comme corpus léonard dans Urien (1989)
Inizan, D.L. 1977 [ 1878]. Emgann Kergidu, 2 volumes. Al Liamm. EMG.
[fiction]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Inisan, D.L. XIX° siècle - [réédité Brest - Quimper (1930)].Toull al Lakez,TLK.
Inizan, D.L. 1981 [2ieme édition] Buez Sant Fransez a Aziz, Landerneau, ti-intanvez P-B Desmoulins.


  • Angèle Jacq
[Kerne (Landudal)]
native (accès insécurisé à l'écriture en breton - manuscrits revus par l'Ofis pour l'écrit, A. Jacq p.c.)


  • Goulven Jacq, 1913-1993
[Cornouaille (Plougastell)]
Jacq, Goulven. 1977. Pinvidigezh ar paour, Al Liamm. utilisé comme corpus dans Le Gléau (2000b)


[Vannetais (Berné)]
Oeuvres
Jaffre, Job. 1986. Yann ar Baluc'henn, Dastum (éd.). [rééd. 2010. dans Etrezomp e Brezhoneg 1974-1975, Emglev Bro an Oriant (éd.).


[Kerne]
Oeuvres
Jezegou, Kristof. 1992. [1923].E korn an oaled, Emgleo Breizh.
[contes et légendes]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
  • Jezegou (Kristof?)
Jezegou, 1936. Prezegennou diwar-benn ar binijenn hag ar briedelez, Brest.
utilisé comme corpus dans Menard (1995)

K

  • Yann Kadeg (br.)
[Treger (Pleuzal)]
prêtre au XVIIe
Trajedienn Sakr. premier écrit de dialecte trégorrois.


(Groix 1888- Urvillers/Cerizy 1917)
 ??? Herrieu (1943:88) :
 "Aussi peut-on considérer Ar en deulin comme le chef-d’œuvre de la poésie bretonne contemporaine. Cependant, tout n’est pas parfait dans ce livre. Le talent de J.-P. Calloc’h n’avait pas encore atteint sa maturité. C’est ce qui explique certaines fautes de breton qu’on y rencontre et la présence de pièces de valeur discutable. »
cependant, Calloc'h semble natif puisqu'il écrivait en breton à 14 ans, avant d'étudier la grammaire bretonne (cf. biographie).
oeuvres
Kalloc'h, Y.-B. 1935. Ar en deulin.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).


  • Koulizh Kedez, = Yann-Yeun Kefeleg, Jean-Yves Queffellec.
Bas-cornouaillais (Saint-Coulitz).


  • Koulmig Arvor, = Philoména Cadoret
Cornouaillais (Rostrenen)
Koulmig Arvor. 1934. 'Yann ar burzudoù', Marvailhoù ar Bobl, Kannadig Gwalarn 17-18, texte


  • Jakès Kerrien (1900 - 1992)
brittophone monolingue jusqu'à l'âge de six ans (cf. intro Kerrien 2000:VII).
[Léon (Saint Thégonnec)], langue très littéraire, texte cousu d'expressions latines.
né en 1900 à Saint Thégonnec, soit au village de Pennanéac'h-Sao-Heol (source intro Kerrien 2000:I), soit au lieu-dit Kerdro (source wikipedia fr.).
rupture(s) de pratique - mutations apprises tardivement pour l'écrit (témoignage)
Kerrien 2000. Ar Roc'h Toull (La roche percée), Armorica.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
[Cornouaille/bordure Léon (Dirinon, Lopec'hed)], linguiste et natif de la langue - (Balcou & Gallo (1997:242).
Pupille de la nation, et il a été élevé dans une famille très pauvre où le breton était la seule langue pratiquée.
Roparzh Hemon, qui a été son professeur d'anglais, lui a reproché d'avoir trop privilégié les données de son dialecte dans Yezhadur bras ar brezhoneg, ce dont F. Kervella s'est défendu (Denez 1993:27).
Kervella était aussi un locuteur de l'anglais, de l'allemand et du moyen irlandais, dont il a proposé des traductions.
œuvres
Kervella, F. 1995 [1947]. Yezhadur bras ar brezhoneg, 1947 édition Skridoù Breizh, La Baule ; 1995 édition Al Liamm.
Kervella, F. 1993. Skridoù Frañcez Kervella, dastumet ha kinniget gant Per Denez, Al Liamm.
Kervella, F. 1985. Dindan gouriz ar bed, Hor Yezh.
[autobiographie]
utilisé comme corpus dans Urien (1989) et Rezac (2009).


 :[Cornouaille (Cap Sizun)] A peu près certainement un locuteur natif étant donné l'époque.
œuvres
Crocq, Ivon. 1910. Marvaillou Kerne, Sant-Brieg, imprimerie Sant Gwilherm, texte, rééd. 1924 sous le titre Eur zahad marvaillou, Buhez Breiz.
[contes et légendes]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).

L

  • Yann-Vadezour Lagadeg
[Léon (Plouneour-Traezh)]
langue bretonne par sa mère.
probable interruption de pratique d'une dizaine d'années à Paris (source wikipedia)
œuvres
Lagadeg 1993, 2006. Ar Vastardez, Emgleo Breiz


  • Fanch al Lay
[Trégor (Locquirec)]
œuvres
Al Lay, Fañch. 1925. Bilzig, Buhez Breiz, pdf.
[fiction]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).


  • Louis Leclerc
[Trégor]
œuvres
Leclerc, Louis. 1997 [1903].Ma beaj e Jeruzalem, Emgleo Breiz.
Leclerc, L. 1910.Ma beaj Londrez, Saint-Brieuc.
[autobiographie]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Leclerc, Louis. 1986 [1906, 1911], Grammaire Bretonne du dialecte de Tréguier, 3ième édition, Ar Skol Vrezhoneg, Emgleo Breiz (précédentes Saint-Brieuc: Prud'homme).


  • Joseph Loth
[région de Pontivy] (cf. Trépos 1982:11)

M

  • Mai-Ewen [= Huguette]
[Kerne (Bro Skaer)], auteur pour la jeunesse
oeuvres
Ewen, Maï. 1987.Danevellou merhed-bihan Ana, Emgleo Breiz.
[nouvelles, dialectal standardisé pour l'écrit]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Ewen, Maï. 2004.Hañvezhioù, Keit Vimp Bev.[PDF
[autobiographie, dialectal standardisé pour l'écrit]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Ewen, Maï.1993.Ar mor, a-dreñv ar menez, Brud Nevez.
[nouvelles, littéraire]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
  • abbé Jean Marion (1759-1824)
 Audic (2013:25)
 "auteur d’ouvrages d’édification religieuse dont Magasin spirituel er beurerion,  en  artisantet,  er  serviterion,  hac  en  dud  diar  er  mæzeu (Le  magasin  spirituel  des  pauvres,  des artisans, des serviteurs, et des gens de la campagne), publié en 1790, qui brosse un portrait de la société  rurale  dans  la  région  vannetaise  à  la  fin  de  l’Ancien  Régime."
IS.


  • Loeiza ar Meliner, Louise Le Mélinaire
[Bro Gwened (Henbont)]
Meliner (ar), L. 2009. Ar bont ar Velin/ Sur le pont du Moulin, version bilingue, Anagramme éditions.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
[Léon (Saint Pol de Léon)]. Né en 1822 à Kastell-Paol et mort en 1895 à Enez-Vaz. A appris le français, le latin et un peu de grec par un oncle dans son enfance.
œuvres utilisées comme corpus léonard dans Urien (1989)
Milin, Gabriel. 1922. Mab roue an Hiberni, Buhez Breiz 1922 (conte feuilleton). 228, 266, 296, 331, 361, 400.
Milin, Gabriel. 1924. Gwechall-goz e oa..., Quimper, Le Goaziou.
Troude, A. and G. Milin 1950. [1870] Labous ar wirionez ha marvailhou all [= Ar marvailher brezounek], La Baule: Skridou Breizh.
[contes et légendes]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).


  • Yves Miossec
[Léon (Guiclan)], A appris le français à l'âge de sept ans. originaire de Guiclan, centre Leon.
œuvres, dont quelques unes utilisées comme corpus léonard dans Urien (1989)
Miossec, Yves. 1994. Tammou eñvorennou euz eun amzer griz, Brud Nevez.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Miossec, Yves. 1991. Mond da Izrael, Brud Nevez.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Miossec, Yves. 1987. O haloupad war heñchou Breiz-Izel, Emgleo Breiz.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Miossec, Yves. 1983. Lorh, kasoni ha poan, Brest, Brud Nevez.
Miossec, Yves. 1981. Dreist ar mor bras, Brud Nevez.
paru dans Brud Nevez en épisodes, dont
Miossec, Yves. 1980. Dreist ar Mor Bras, Brud Nevez 34-35, 66-72.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Miossec, Yves. 1981. O foeta bro er Hanada, Studi 19, CRDP de Rennes et section de celtique de Université de Bretagne Ouest.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Miossec, Yves. 1978. Eur veaj e Stadou-Unanet an Amerik, Studi 9, CRDP de Rennes et section de celtique de Université de Bretagne Ouest.
Miossec, Yves. Yann-Ber Kalloh.
[autobiographies, récits de voyage]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).


  • Erwan Le Moal
dialecte de Tréguier, [Treger (Coadout)]
Le Moal, Erwan. 2002 [1902-25].Pipi Gonto.
[contes et légendes]
utilisé comme corpus dans Le Roux (1957) et Rezac (2009).
  • Gabriel Morvan
[Leon (Plabennec)/Kerne]
"Né le 3 Août 1829 à Plabennec, Gabriel Morvan reçoit la prêtrise en 1852. Après avoir été recteur de Pluguffan (1886-1872), et curé de Sizun (1872-1874), il devint chanoine titulaire à Quimper.",
Morvan, Gabriel. 1894. Buhez ar zent. Quimper: Kerangal.
utilisé comme corpus dans Rezac & Jouitteau (forthcoming).
  • Fañch Morvannou
[Kerne (Collorec)]
rupture de pratique lors de ses études à Sarzeau. étude du latin et du breton vannetais.
Morvannou, F. 2011. Traduire en breton, Treiñ e brezhoneg, Skol Vreizh.
Morvannou, F. 1975. Le Breton sans peine, méthode Assimil.
Morvannou, F. 1975. 'Prosper Mérimée ha Breizh', Hor Yezh 100: 17-31.

O

  • abbé Oliero (= Golvannig), (1856-1930)
naquit à Locmariaker et fut resteur de Quistinic.
 Herrieu (1943:77) :
 "Avec Calloc’h, c’est le meilleur poète breton du XX° siècle. Possédant mieux le breton que Calloc’h, il rivalise souvent, avec celui-ci, par la haute inspiration de ses poèmes et par ses vers harmonieux."


  • Youenn Olier
né dans une famille brittophone à Audierne
Olier (1967), Emsav 1 kelaouenn politikel miziek, janvier.

P

[Treger: Ploubezre]
Locuteur natif du Trégor ('yezh e gavell' cf. wikipedia, "yezh wevn, eeun ha didro", Al Liamm (346:126)).
Œuvres


Locuteur natif né en 1877 à Plouarzhel, mort à Skrignac en 1943
œuvres
Perrot 1912. Bue ar Zent, savet gant Otrou Perrot, kure Sant-Nouga, renket a-neve gant E. ar Moal, Montroulez.


Locuteur natif du Trégor, né en 1885 à Priel, près de Landreger - mort en 1965 à Marseille (source: wikipedia)
Il a beaucoup voyagé, été marin puis enseignant de français en Russie, traducteur du russe. vécu en Pologne.
œuvres
Priel, Jarl. 1959. An Teirgwern Pembroke, illustré par Yvonne Jean-Haffen, Al Liamm (éd.).
Priel, Jarl. 1957. Amañ hag ahont, Al Liamm.
Priel, Jarl. 1955, Va buhez e Rusia, Al Liamm.
Priel, Jarl. 1954. Va zammig buhez, rééd. 1975, Al Liamm.
[autobiographie]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).

R

locuteur natif de Cornouaille dans la paroisse de Lothey.
Sa prose est jugée littéraire et artificielle dans Balcou & Gallo (1997:223), ce qui serait à vérifier selon les œuvres (théâtre très proche de la langue parlée, Geotenn ar werc'hez plus littéraire, mais ni An ti satanazet, ni dogan, ne semblent bourrés d'artifices littéraires ...).

Comme Jakez Kerrien et selon le témoignage de celui-ci, son apprentissage des mutations consonnantiques standard à l'écrit fut tardif.

 Herrieu (1943:100) :
 "Né en pays bretonnant, bretonnant lui-même, J. Riou semble n’avoir pris conscience de sa personnalité bretonne qu’à la suite des brimades et des punitions dont il fut l’objet au collège, parce qu’il parlait la langue de sa mère."
ses œuvres sont utilisées comme corpus léonard dans Urien (1989).
œuvres
Riou, Jakez. 1957 [1928]. Geotenn ar Werc'hez, Al Liamm.
[fiction, niveau très littéraire]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Riou, Jakez. 1944. An ti satanazet, La Baule, Skridou Breizh.


  • Yvonne Riou
[Léon (Milizac)]
Riou, Yvonne. 1995.Eñvoriou eur beizantez e Bro-Leon, Emgleo Breiz.
[autobiographie, transcriptions de récits, travail d'édition très léger]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).


  • J. L. Rolland


  • Pêr Roy, [= Hervé Herri] , (1904-1984)
[Morlaix]
1982.Evel-se e oamp
Tremenet eo an amzer-se


[Léon (Roscoff)]
née en 1923 à Kastell-Paol, Penn-ar-Bed. (source: wikipedia)
œuvres
Rozmor, Naig. 1988. Ar Mestr
Rozmor, Naig. 1980. Diank & Habaskter, Brud Nevez 34-35, 65.

S

Né à Cléder (Léon)
Linguiste et monolingue tardif: il n'a pas parlé le français qu'après le début de l'école primaire (cf. son autobiographie Ar marh reiz).
œuvres utilisées comme corpus Léonard par J.Y Urien (Urien 1989:170)
Seite, V. 1998. O pourmen dre Vreiz-Izel, volume II, Emgleo Breiz.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
Seite, V. 1985.Ar marh reiz, E Bro-Leon gwechall, Emgleo Breiz.
[autobiographie]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).


  • My Skaouidig
Langristin, (Plougastell)
"En e bennad me zo bet soubet er galleg e tispleg My Skaouidig penaos en deus desket galleg er skol publik e Langristin (Plougastell)" (Al Liamm 362:112)
Œuvres
'me zo bet soubet er galleg', Brud Nevez 262.


[Huelgoat]
 Skragn (2002)Ma buhez e ker ar vinaoued, p.59: 
 "Ma daou vreur kosa a-noa kontet din eun tamm deuz ar pez a vije desket eno:
 kaozeal galleg, lenn ha skriva."
selon wikipedia en français: "Non seulement son ton de conteur passe par écrit, mais il y parvient en échafaudant des phrases syntaxiquement sophistiquées - alors que son style oral est des plus hachés".
œuvres
Skragn, J.-M. 2002. Ma buhez e ker ar Vinaoued, Emgleo Breiz.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).

T

  • Pierre Trépos [= Gwilhou Vihan](fr.)
[Kerne (Bigouden)]
familier des dialectes de Plozévet (entre Audierne et Penmarc'h) et Pommerit-le-Vicompte (au nord de Guingamp), (cf. Trépos 1982:11)
Trépos, P. 2001. Lod all a varv...
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
  • Troude, A. & G. Milin
[Leon (Brest)] et [Leon (St Pol de Leon)]
Troude, A. and G. Milin 1950. [1870] Labous ar wirionez ha marvailhou all [= Ar marvailher brezounek], La Baule: Skridou Breizh.
[contes et légendes]
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
  • Uhel, Fanch
[Treger (Plouaret)]
Uhel, Fanch (an) 1984-. Kontadennoù ar bobl.
utilisé comme corpus dans Rezac (2009).
  • Frañsez Vallée [= Abherve, Trefedig], br.
Linguiste locuteur natif né en 1860 à Lokmaria (Plounevez-Moedeg)
Vallée, F. 1926. La langue bretonne en 40 leçons [7° éd.], Librairie Prud'homme, Saint-Brieuc.

Auteur.e.s en langue bretonne sur lesquel.le.s (me) manquent les données

Si vous possédez et partagez ces informations, veillez à notifier leur source exacte.

  • Jozef Abasq (br.)
  • François Abgrall (1907-1930)
 Herrieu (1943:91) :
 "Il commença d’abord par écrire en français. Animé d’un ardent amour de la Bretagne, il se mit à l’étude de sa langue maternelle [sic !]"
 "Malgré des gaucheries et des erreurs, excusables chez un débutant, F. Abgrall y affirme un réel talent poétique, servi par une langue souple et harmonieuse."
  • Loeiz Jozeb Mari Abyann (br.)
  • Erwan Berthou [= Alc’houeder Treger, Kaledvoulc'h]
  • Eugène Chalm
(1919-2002), originaire du Cap-Sizun, instituteur et professeur de breton en Mayenne, a également été, pendant de très longues années, correcteur aux cours de breton par correspondance de Skol Ober)
  • Pêr Denez [= Pierre Denis]
Denez, 1979. Diougan Gwenc'hlan, Brest, Al Liamm,
utilisé comme corpus léonard dans Urien (1989)
  • Tad Eujen
Eujen 1947. Buez skeudennet Sant Fransez a Asiz, Rosko, Ar Vuhez Kristen.
utilisé comme corpus léonard dans Urien (1989)
  • ar Gonideg, Yann-Frañsez (né à Konk-Leon en 1775 dans une famille de petite noblesse, br.)
le Dictionnaire breton-français de 1821, réédité et complété en 1847 est basé sur du léonard.
  • Aotrou Gwillou
1922. Christo, Sant theodot, patron an ostizien. Kastell-Paol, ti emgleo Sant-Ildut.- utilisé comme corpus léonard dans Urien (1989)
  • Ronan Huon (informations conflictuelles: breton appris à 17 ans, selon Balcou & Gallo (1997:240), mais élevé par des brittophones, avec stages en Bretagne tous les ans selon wikipedia)
1971. An irin glas, Brest, Al Liamm. - utilisé comme corpus léonard dans Urien (1989)
  • Frañsez Jaffrennou [= Taldir]
  • Jakig Kergidu
1914. Emgann Kegidu, pezh-c'hoari e pemp arvest, Plougouloum.
utilisé comme corpus léonard dans Urien (1989)
  • Jakez Konan (écrit en breton littéraire sous influence trégorroise)
  • Charles Le Bras (1860-1936)
selon Herrieu (1943:91), de « style peu lyrique et souvent incorrect »
  • Jozeb Lec'hvien (lettré en hébreu, traducteur de la bible)
  • Yves Madec - œuvres utilisées comme corpus Léonard par Urien (1989)
Madec, Yves, 1905. Itroun Varia Lourd, Brest, Moullerez ru ar C'hastell.
Madec, Yves et Jean Uguen. 1910 [2ieme édition], Buez Jeann d'Arc, Quimper, ti P-Le Theilleux.
  • Tad Medar - œuvres utilisées comme corpus Léonard par Urien (1989)
1981. An tri aotrou, Guingamp, couvent des capucines.
1945. Diwar c'hoarzhin, Ar vuhez kristen, Rosko, skeudennaouet gant Langleiz.
1937. Ar werc'hez vari hor mamm, Rosko, couvent des capucins.
  • Yves-Goulven Morvan (œuvre utilisée comme corpus léonard par Urien (1989)
Morvan, YG. 1979. textes choisis dans Feiz ha Breiz, Studi 11, CRDP de Rennes et section de celtique de Université de Bretagne Ouest.
  • Amable-Emmanuel Troude, br.
Troude, A. and G. Milin. Labous ar wirionez ha marvailhou all [= Ar marvailher brezounek], 1950 [1870]. La Baule: Skridou Breizh.
Troude, A. E. 1855, Mignoun ar vugale, Lefournier, Brest. pdf


traducteurs/traductrices

Les traductions ne sont pas forcément recommandables en soi comme corpus, car le traducteur peut être influencé par la langue de laquelle il traduit. Cependant, le support de bande dessinée en particulier, en fournissant des contextes visuels et pragmatiques complexes, fournit un contexte à la langue qu'il est intéressant d'observer car elle se rapproche de la situation de dialogue naturel. Les bandes dessinées en breton sont rares, et il est assez récent que les traducteurs/traductrices soient mentionné.e.s sur l'édition.

Rendez-vous sur la page corpus dessiné, pour quelques exemples avec ciblage dialectal et faits de langue.

Auteur.e.s en langue bretonne qui ne sont pas natifs de la langue

Les œuvres produites par les auteur.e.s suivants ne sont aucunement dégradées par le classement de leurs auteurs comme locuteurs non-natifs. Prétendre le contraire serait littérairement et linguistiquement intenable. Albert Cohen est par exemple un locuteur natif du grec moderne et toute son œuvre a été produite en français sans qu'un lectorat natif du français jamais ne sursaute!

Le recensement des natifs est à but uniquement scientifique: les linguistes passent un temps infini à analyser des données de langue, ils doivent pouvoir s'assurer du statut linguistique des corpus à leur disposition.


  • Arzel Even
langue littéraire standard, influencée par la variété de Haute-Cornouaille (Ar Faouet) [source, Evenou p.c.].
  • Loeiz ar Floc'h [= Maodez Glandour]
1985. Va zamm buhez, Lesneven, Mouladurioù Hor Yezh - utilisé dans le corpus léonard de Urien (1989)
1922. Per pe Baol, Buhez Breiz 23.
  • Maodez Glandour [= Louis Augustin Le Floc'h, Loeiz ar Floc'h] n'a pas été élevé en breton malgré une mère brittophone (source wikipedia). A ne pas confondre avec le barde Loeiz ar Floc'h (1867-1936) qui, lui, est natif.
  • Padrig an Habask (apprit le breton a 17 ans, source: wikipedia)
œuvres utilisées comme corpus léonard dans Urien (1989).
1971. Ho kervel a rin en noz, Brest, Al Liamm.
1974. Nenn-Jani, Brest, Al Liamm.
1979. Santez Dahud, Rennes, Skol 69.
1971. Tangi Kerviler, Brest, Al Liamm.
1971. War ribl an hent, Brest, Al Liamm.
1962. Mari-vorgan, Brest, Al Liamm. utilisé comme corpus dans Le Gléau (1973).
élevé en français par deux brittophones d'Audierne en Picardie. Locuteur précoce du breton avec un grand-père monolingue brittophone chez qui il séjournait pendant les vacances.
  • Rhisiart Hincks (breton appris tardivement)
  • François Jacob, (1882-1938)
Selon Herrieu (1943:85): "F. Jacob ne manquait pas d’inspiration, ni de facilités ; mais son style est souvent diffus, négligé et entâché de regrettables fautes contre la langue, dues à sa connaissance imparfaite du breton."
  • Mélanie Jouitteau (appris le breton à partir de 18 ans)
  • Marsel Klerg (a appris le breton comme jeune curé à Kemper-Gwezhenneg et Ploubêr)
  • Lainé
  • Langleiz [= Xavier de Langlais] (breton vannetais appris jeune adulte, puis breton littéraire)
Langleiz. 1943. 'An div zremm', C’hoariva brezhonek, pemp pezh-c'hoari berr, Skridoù Breizh, Brest.
Langleiz 1958. Tristan hag Izold, Al Liamm.
  • Georges Le Rumeur (1882-1941), (= Mathaliz).
Selon Herrieu (1943:84): "vers 1900, […] Il se mit à l’étude du breton et s’adonna bientôt à la poésie."
  • Mikael Madeg (breton appris à 17 ans)
  • Tangi Malmanche (breton appris adolescent avec Mari ar Rouz)
Malmanche (1973), utilisé comme corpus dans Timm (1995)
  • Juluan Maner (1606)
Né en Normandie. Apprit le breton à l'âge de 24 ans. (source wiki en breton)
  • Marsial Menard
  • Anna Mouradova
  • Makoto Noguchi
  • Goulven Pennaod = Georges Pinault
Favereau (2000:293) "apprend le breton assez jeune, après des études secondaires au collège de Saint-Malo, où ses parents tenaient commerce"
  • Reun ar Rouz [Meven Mordiern]
"Dre gas va buhez o lenn levrioù skrivet gant gouizieion, em eus tapet begadoù uhelzeskadurezh a zo bet din eus an talvoudusañ, rak i eo o deus va lakaet da chom peget start ouzh ar brezhoneg a-hed hanterkant vloaz hag ouzhpenn, daoust d’an holl ziaesterioù a oa war va hent, me galleger ganet..."
Talar an Hoc’h, Preder 1964, p.18-19.
  • Fant Rozeg (apprit le breton parlé par ses deux parents à l'age de douze ans - source wikipedia)
  • Jeffrey Shaw (source: wikipedia)
  • Yann Talbot (br.)
breton appris au collège.
  • Yann-Varc'h Thorel (breton appris au collège)
  • Erwan Vallerie (cf. remerciements de thèse)
  • Théodore Hersart de La Villemarqué (br., fr., eng.) [= Kervarker]
  • Théophile de Pompéry, (fr)
De Pompéry, 1851, Quelennou var labour pé gonnidègues an douar, laqueed é gallec ac é brezonnec, ou Le nouveau guide du cultivateur breton avec la traduction bretonne en regard du texte français, Lefournier, Brest.

Exemple d'usage de corpus de locuteurs natifs

Timm (1989: 370):

"I selected passages from the works of four writers well known in Brittany, all of them Breton speakers from birth, all of working class origins, and all of whom did not, so far as I know, receive formal instruction in Breton (either as a medium or target of teaching), where the niceties of 'pure' Breton syntax might have been set forth. Whether or not the editors have 'cleaned up' original versions I cannot of course know for sure, but I do know that these writers are admired for their literary authenticity that stems from their closeness to traditional Breton culture. All were born around the turn of the century, and all but one of the works excerpted from are autobiographical or family-historical in nature. A fifth work examined is a folktale transcribed from an oral recitation by an older Breton man -- a well-known storyteller, recently deceased -- who lived near Carhaix; thus, although written and clearly tidied up as a result, it is very close in its morphosyntax and lexicon to the Breton I work with."

The four writers are Anjela Duval (Tad-Kozh Roperz Hemon, 1982), Yeun ar Gow (E skeud Tour bras Sant Germen, 1978), Hervé Herri (Evel-se e oamp, 1982), Jarl Priel (Va zammig buhez, 1985), J. L. Rolland ('Ar voualh aour', Brud nevez, 1985).


Timm, L. 1989. 'Word Order in 20th century Breton', Natural Language and Linguistic Theory, 7: 3. 361-378.