Dav

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

L'adjectif modal dav marque une nécessité contingente ou morale (déontique). Le sujet de cette construction modale à copule est le syntagme verbal infinitif.


(1) Dav eo debriñ, a-dra-sur ; maget e rank ar c’horf bezañ.
obligé est manger à-chose-sur nourri R doit le corps être
'Il faut manger, bien sur, le corps doit être nourri.' Standard, Drezen (1990:70)


(2) N'eo ket dav deoc'h bezañ nec'het gant an istor-se.
ne'est pas obligé à.vous être gêné par le histoire-ci
'Il ne faut pas vous en faire avec cette histoire.' Standard, Menard & Kadored (2001:§ 'dav')


Morphologie

Le modal dav est prononcé sensiblement différemment selon les dialectes.


(2) [ wize dòw la: wi pəsə se:zOn wizehô (o) falə de nə:r-sə ]
Veze dav dezhañ lavarout evit peseurt rezon 'veze-eñ o v-bale d'an eur-se.
était.3SG à.lui dire pour quelle.sorte raison était.lui à4 marcher à'le heure-
'Il devait dire pour quelle raison il se promenait à cette heure.'
Haut-cornouaillais (Lanvenegen), Evenou (1987:576)


(3) Da êo déomp èném gonsoli, kar ranna â réïmp or c'halon.
Dav eo deomp en em gonsoliñ kar rannañ a raimp hor c'halon
est à.nous se1 consoler car diviser R ferons notre cœur
'Nous devons nous consoler car nos cœurs finiront par se briser.' Léon (Lesneven), Burel (2012:38)


Syntaxe

Le modal dav est sélectionné par la copule bezañ, 'être', qui prédique les propriétés de dav sur un sujet syntagme verbal.


(3) Ne oa ket dav [VP lârout lar’ oa flaer ].
ne était pas dire que était puant
'Fallait pas dire qu'il sentait mauvais.'
Coray, transcription de l'enregistrement de Pêr Bras en 1977 par Mona Bouzeg


Lorsqu'un expérienceur (la personne sur laquelle pèse l'obligation) est présent dans la structure, celui-ci est introduit par la préposition da, qui assigne vraisemblablement un cas direct à l'expérienceur de la petite proposition.


(2) Benn po droug kein, ' vo dav deoc'h chom ho kourvo.
quand auras mal dos sera obligé à.vous rester vos allongé
'Quand vous aurez mal au dos, vous devrez rester allongé.' Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:29)

ellipses

Le Gléau (1973:42) signale des structures particulières, où des infinitives apparaissent après l'emploi de la copule eo. Il note que "ces tours traduisent une évidence, puis une nécessité". Il pourrait s'agir de cas d'ellipse du modal dav.


(4) Diouzh an oberoù eo barn an dud.
selon le actes est juger le gens
KAV. (1909:10), cité dans Le Gléau (1973:42)


(5) Neket er goañv eo mont da glask bleuñv.
ne.est.pas en.le hiver est aller à1 chercher fleurs
BAL. (1860:172), cité dans Le Gléau (1973:42)


(6) /va ke 'dɛ be ˌɡɥɛd ãn 'dra hɛ/
Ne oa ket dezañ beza greet an dra-ze.
ne était pas ø à.lui être fait le chose-
'Il n’aurait pas dû faire cela.' Plozévet, Goyat (2012:276)