Différences entre les versions de « Diwar »

De Arbres
m (Remplacement de texte — « [[kap| » par « [[kap (Adj.)| »)
 
Ligne 68 : Ligne 68 :
|(1)|| Ar plac'hig-se || zo || '''diwarnout''' || 'vat || te || n'out || ket || kap || da || nac'h || honnezh.
|(1)|| Ar plac'hig-se || zo || '''diwarnout''' || 'vat || te || n'out || ket || kap || da || nac'h || honnezh.
|-
|-
||| [[art|le]] [[plac'h|fille]].[[DIM]]-[[DEM|là]] || [[zo|est]] || d'après.[[pronom incorporé|toi]] || [[avat|mais]] || [[pfi|toi]] || [[ne]] [[COP|es]] || [[ket|pas]] || [[kap|cap]] || [[da|de]]<sup>[[1]]</sup> || [[nac'hañ|nier]] || [[DEM|celle.là]]
||| [[art|le]] [[plac'h|fille]].[[DIM]]-[[DEM|là]] || [[zo|est]] || d'après.[[pronom incorporé|toi]] || [[avat|mais]] || [[pfi|toi]] || [[ne]] [[COP|es]] || [[ket|pas]] || [[kap (Adj.)|cap]] || [[da|de]]<sup>[[1]]</sup> || [[nac'hañ|nier]] || [[DEM|celle.là]]
|-
|-
||| colspan="15" | 'Cette gamine tient de toi, sûr, tu ne peux pas la renier.'
||| colspan="15" | 'Cette gamine tient de toi, sûr, tu ne peux pas la renier.'

Version actuelle datée du 8 août 2022 à 13:17

La préposition diwar a des sens multiples autour de la source, la provenance.


(1) Diwar gizhier ne deu ket a logod.
de1 chat.s ne1 vient pas de1 souris
'Les chiens ne font pas des chats.'
Trégorrois (Perros-Guirrec), Konan (2017:'diwar')


Morphologie

composition

Diwar est formé à partir d'un composé de la préposition war et du préfixe di-.


(2) Diàr had
de semis
'en provenance de semis'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:31)


(3) Sevel a ra diàrnezhe frond c'hwek an amzer nevez o tivorenniñ.
monter R fait de.eux odeur délicieux le temps nouveau à4 .brouillard.er
'Monte d'eux l'odeur délicieuse du printemps qui s'éveille.'
Vannetais, Herrieu (1994:57)


mutation

La préposition diwar déclenche parfois la mutation consonantique dite adoucissante (la lénition). Selon Merser (1963:§17), après diwar, "souvent, on ne fait pas de mutation".


  • diwar vrêmɑ̃, 'à partir de maintenant', Tréguier (Plougrescant), Le Dû (2012a:38)


composés

La préposition diwar s'emploie dans de nombreux composés:

Diwar est assez productive pour former des prépositions complexes en s'adjoignant un substantif.

Elle forme avec le substantif penn 'tête', la préposition complexe diwar-benn 'au sujet de'. On la trouve aussi dans diwar-dro 'd'auprès de' ou diwar-goust 'aux dépens de', diwar-bouez, diwar-c'horre...

Sémantique

Contrairement à ce que pourrait induire sa morphologie, diwar ne signifie pas le contraire de 'sur' (quelque chose comme 'loin de'). C'est une préposition de source, ou de provenance.


(1) Ar plac'hig-se zo diwarnout 'vat te n'out ket kap da nac'h honnezh.
le fille.DIM- est d'après.toi mais toi ne es pas cap de1 nier celle.là
'Cette gamine tient de toi, sûr, tu ne peux pas la renier.'
Standard, Ar Barzhig (1988:36)
cité dans Ledunois (2002:273)


provenance

Diwar peut marquer une notion dynamique de provenance spatiale.


(2) Kalz euz pesketerien Treboul a zo o zud-koz ginidig diwar ar mêz.
beaucoup de poisson.s.eurs Treboul R est leur2 parent.s-vieil nat.if de le campagne
'Beaucoup de pêcheurs de Tréboul ont leurs grands-parents qui viennent de la campagne.'
Léon (Cléder), Seite (1998:57)


(3) Ha c'hwi, ma flah bihan, ma 'ho pije gwelet an traou-ze,
et vous mon2 fille petit si 2PL aviez v.u le choses-
e oa eet ar bleo diwar ho penn.
R était all.é le chevelure de votre3 tête
'Et vous, ma petite fille, si vous aviez vu ces choses-là, vous auriez perdu vos cheveux.'
Trégorrois, Gros (1984:23)


(4) An dra-se ' zo serrapl diàr al loened.
le 1chose-ci R est attrap.able de le bête.s
'On peut attraper cela avec les bêtes.' (des dartres)
Haut-vannetais, Louis (2015:29)

orientation dans l'espace

(5) Gwelet e vez diàrnezhi ar c'hornad-bro a-bezh, tre beta kornad al linennoù.
v.u R est de.sur.elle le 5coin-pays en.entier tout-à-fait jusqu'à coin.ée le ligne.s
'De là, on voit le coin de pays en entier, jusqu'au coin de la ligne de front.'
Vannetais, Herrieu (1994:218)


du spatial au temporel, 'à partir de'

La sémantique de provenance est utilisée sur l'échelle temporelle pour produire 'à partir de (maintenant, demain, etc.)'.


(6) Diwar hiziv e vo peoc'h, en ti-mañ pelloc'h, a drugarez Doue.
de aujourd'hui R4 sera paix en.le maison-ci finalement de1 merci Dieu
'A partir d'aujourd'hui, grâce à Dieu, cette maison vivra finalement en paix.'
Perrot (1943:48)


(7) Diwar an devez-se den ebet ne guiteas mui ar gêr.
de le journ.ée- personne aucun ne1 quitta plus le 1foyer
'A partir de ce jour là, plus personne ne quitta plus la maison.'
Plouzane, Briant-Cadiou (1998:202)


de la provenance à la cause

Par extension, diwar peut aussi introduire la cause.


(1) Honnez, tav n'eo ket taget diwar he hentañ gaou!
celle-là toujours ne est pas blessé par son2 premier mensonge
'Celle-là, tu sais, n'a pas été étranglée par son premier mensonge.' (elle est menteuse)
Trégorrois, Gros (1984:488)


(2) Kalz o deus kriet diwar o aon.
beaucoup 3PL a pleuré de leur2 peur
'Beaucoup ont pleuré de peur.'
Standard, Chalm (2008:R.1.2.3)

Sélection

Avec le verbe komz, on trouve des exemples avec la préposition complexe diwar-benn, mais aussi avec la préposition simple diwar.


(3) Evidout-te, komzet 'zo bet diwar da benn.
pour.toi-toi parlé R est été de ton1 tête
'Quant à toi, on a parlé de toi.'
Jouitteau (2005:183)


(4) Ne gomz diwar mann.
ne1 parle de zéro
'Il ne parle de rien.'
Trégorrois, Schafer (1995:153)


(5) Eveshaet en deus ivez peger bihan eo niver ar soudarded, hag e komz diàr kement-se.
remarqué 3SGM a aussi combien petit est nombre le soldat.s et R parle de autant-ça
'Il a vu aussi le peu de soldats qu'il y avait, et en parle.'
Vannetais, Herrieu (1994:295)


Expressions

(6) Leuskel a rit diwarnoc'h !
lâcher R faites de.sur.vous
'Vous pétez beaucoup !'
Gros (1970b:§'leuskel')


(7) N'ema ket diwar an dour.
ne est pas de le eau
'Il n'a pas bu que de l'eau.'
Trégorrois, Gros (1984:487)

Bibliographie

  • Gros, Jules 1970. TBP.I Le trésor du breton parlé I. Le langage figuré, chapitre II.
  • Ledunois, J. P. 2002. La préposition conjuguée en breton, thèse, Skol-Veur Roazhon, Atelier National de Reproduction des Thèses. (p. 273-)