Trugarez

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

Trugarez a un usage d'interjection proche du français merci, parole performative du remerciement. C'est aussi un nom qui dénote la 'pitié' (comme en français archaïsant dans demander merci).


(1) N'am euz foeltr tamm ezom dimeuz e drugarez.
ne1'1SG a foutre morceau besoin de son1 merci
'Je n'ai pas le moindre besoin de sa pitié.'
Haute-Cornouaille (Kergrist-Moëlou), Le Garrec (1901:57)


Morphologie

composition

On retrouve trugarez dans la préposition complexe a-drugarez 'grâce à'.


(2) Diwar hiziv e vo peoc’h, en ti-mañ pelloc’h, a drugarez Doue.
à.partir.de aujourd'hui R4 sera paix dans.le maison-ci finalement de1 merci Dieu
'A partir d'aujourd'hui, grâce à Dieu, cette maison vivra finalement en paix.'
Perrot (1943:48)


dérivation

Kervella (1947:§880) donne les adjectifs trugarezus et son opposé didrugar 'sans pitié'.


Le verbe 'remercier' se forme avec le suffixe -aat, avec un K épenthétique ou une inversion de sens sur trugarek 'miséricordieux'.


(3) ...èl a pa vennahe ma zrugarekaat e'it ar pezh am eus graet eviti [...].
...comme C C1 voulait me2 re.merci.er pour le ce.que R.1SG a fait pour.elle
'...comme si elle voulait me remercier de ce que j'ai fait pour elle [...].'
Vannetais, Herrieu (1994:56)

variation dialectale

Pour le haut-vannetais, Delanoy (2010) donne trugeré 'merci'.


accentuation

Dans les dialectes KLT, l'accentuation est sur l'avant-dernière syllabe, /tryGAre/.

Une syllabe accentuée est normalement préservée de l'érosion morphologique. Une abréviation est pourtant apparue fin XX° chez de jeunes bilingues, Trug' !, qui ne garde que la première syllabe. Il s'agit du résultat d'une apocope; une opération de troncage des finales à la française, comme dans ciné pour cinéma(tographe) ou amphi pour amphithéâtre.


Diachronie et horizons comparatifs

La forme trugarez est un dérivé nominal, un mot composé qui est devenu opaque en breton moderne (tru+gar /pitié-aime/, 'miséricorde'). La racine ou forme conjuguée /kar/ du verbe karout 'aimer' a subi une lénition. L'objet patient de ce verbe le précède, mais sous une forme qui n'existe plus en breton moderne, où la forme simple tru a disparu au profit du nom truez 'pitié'.

Cette forme tru est largement attestée depuis le vieux breton. Deshayes (2003:'tru') propose un celtique commun * tro(u)go-, donnant le gaulois trougo- 'malheureux' le vieil irlandais trùag 'malheureux', le gallois tru 'misérable, malheureux, pitoyable', le cornique tru 'hélas' et truan 'misérable, pauvre, malheureux'. En vieux breton, Evans & Fleuriot (1985) relèvent tru et trued, qu'ils traduisent par 'pitié, humanité'. Deshayes (2003) donne la forme de vieux breton truu (v.1050). Deshayes (2003) relève au début du XVI° tru, réalisant le nom 'hère' et l'adjectif 'misérable'.

Matasović (2009) postule un adjectif proto-celtique * trowgo- 'désolé, triste', et un composé * trowg-kar-o-, * trowkkaro- qui aboutit au vieil irlandais trócar 'miséricordieux', au gallois trugar-og 'miséricordieux' et trugar-edd 'pitié'. Deshayes (2003:'trugar') donne aussi l'irlandais tròcaire 'merci, clémence, compassion' et le cornique tregereth 'compassion, pitié, sympathie'. Matasović (2009) postule le gaulois * trūg-ant-, * trowgant- de même racine avec une forme verbale au participe présent, ensuite emprunté par le français truand 'mendiant'.

En breton, le nom dérivé trugarez est attesté depuis le Catholicon de 1499 (Deshayes 2003:'trugar'). L'Armerye (1744:vii) traduit en vannetais 'Oui, Dieu Merci' par Iia, trugairé Doué.