Structure prédicative équative

De Arbres
(Redirigé depuis Prédicative équative)
Aller à : navigation, rechercher

La structure prédicative équative contient un pronom qui coréfère avec le sujet, qui est incorporé dans la préposition a, eus. Cette construction est reconnaissable par sa sémantique très ciblée: elle associe toujours une propriété à une entité. La copule eo, a zo y est d'ailleurs surreprésentée.


(1) Tregont vloaz a-raok e oa anezhi [ ur gaer a blac'h faro ].
trente1 an avant R4 était P.elle un1 beau de1 fille fière
'Trente ans plus tôt, elle était un fier beau brin de fille.'
Abeozen (1986:39), cité dans Timm (1995:8)


Syntaxe

sujet ou résomptif du sujet

Le pronom incorporé peut doubler le sujet de la matrice tout en étant lui-même sujet d'une petite proposition. En (2), au sujet masculin singulier hemañ est associée la propriété d'être eur paotr fin. Dans la petite proposition qui contient le prédicat eur paotr fin, un pronom résomptif du sujet masculin singulier apparaît incorporé dans une préposition sémantiquement vide.


(2) Hemañ a oa [SC eur paotr fin anez].
celui.ci R était un gars fin P.lui
'Celui-ci était malin.'
Léon, (Cléder), Seite (1998:8)


Timm (1995:21) pointe que lorsque le sujet est exprimé comme un pronom fort, le pronom anaphorique du sujet ne disparaît pas. Elle en conclut qu'il ne s'agit pas du sujet.


(3) N'eo ken laer anezh.
ne1 est seulement lui voleur P.lui
'Ce n'est qu'un voleur.'
Troadec, 105, Timm (1995:21)


Le pronom incorporé dans la préposition a peut être le seul pronom sujet réalisé dans la phrase. La forme de la copule montre alors encore qu'il ne s'agit pas du sujet. La forme de la copule zo est incompatible avec un sujet postverbal, et la forme de la copule ez eus est réservée aux sujet postverbaux indéfinis.


(4) [Prédicat Eur houblad euz an oll loened ] a zo anezo.
un couple de le tous animaux R est P.eux
'Ils sont un couple de tous les animaux (chaque animal).'
Léon, (Cléder), Fave (1998:136)


(5) [Prédicat Ur senior ] ez eus ac'hanon.
un senior R y.a P.moi
'Je suis un senior.'
Ar C'halan, 176, cité dans Timm (1995:7)


pas de restriction en personne

Contrairement à la résomption à la Cornouaillaise, les résomptifs ne sont pas restreints en personne dans la résomption prédicative équative .


(6) Porc'hell 'zo ac'hanout.
porc y.a P.toi
'Porc que tu es.'
Duval (1982), citée dans Timm (1995:7)


(7) Ur senior ez eus ac'hanon.
un senior R y.a P.moi
'Je suis un senior.'
Ar C'halan, 176, cité dans Timm (1995:7)


(8) Me joñj 'm'on ke mat 'noñ.
moi (R) pense suis pas bien P.moi
'Je me suis dit que je ne me trouve pas au bon endroit.'
Loqueffret, Solliec (2015:75)


La structure existe en relative.


(9) an arzour divrud a oa ac'hanon
le artiste sans1.renommée R1 était P.moi
'l'artiste inconnu que j'étais.'
Standard, Drezen (1932:26)


pas de restriction aux contextes négatifs/positifs

Contrairement à la résomption à la Cornouaillaise, la résomption prédicative équative est aussi licite dans les phrases positives.


(1) Ni, Breur Arzhur, a zo da vezañ menec’h ac’hanomp
nous Frère Arthur R est pour1 être [SC moine.s P.nous ]
'Nous, frère Arthur, sommes destinés à être moines.'
Standard, Drezen (1990:53)


Pour souligner ce contraste, Timm (1995) avance que cette structure est restreinte aux contextes positifs, mais elle donne elle-même plus loin un exemple négatif.


(2) Ne oa ket anezh un den bihan treut.
ne1 était pas P.lui un homme petit maigre
'Ce n'était pas un petit homme malingre.'
Konan (1980:69), cité dans Timm (1995:8)

ordre des mots

L'ordre des mots le plus souvent rencontré est prédicat-résomptif, mais l'ordre inverse est possible (Timm 1995:7). Drezen donne aussi plusieurs exemples avec l'ordre inverse.


(3) Krediñ a ran ez eus ac'hanout ur paotr a boell hag a furnezh.
croire R fais R est P.toi [prédicat un garçon de1 raison et de1 sag.esse ]
'Je crois que tu es un homme de raison et de sagesse.'
Kervella, 345, cité dans Timm (1995:7)


(4) a oa anezh ur penn yen.
lui R était P.lui [prédicat un tête froid ]
'Lui était une "tête froide".'
Standard, Drezen (1990:38)


(5) Krugell gavr-Iniz a zo anezhi ur run douar.
tumulus gavr-iniz R est P.elle [prédicat un colline terre ]
'Le Tumulus de Gavrinis est une colline de terre.'
Drezen (1932:55), cité dans Le Gléau (1973:18).


Timm (1995:7) propose que l'ordre résomptif-prédicat est restreint par une condition d'adjacence, mais les exemple de Drezen montrent le contraire.


  • El Monte a oa anezh, war an uhel, da wini ha da verjezoù alamandezenned an domani, [prédicat ur gouelec’h kromm dizolo].
Standard, Drezen (1990:25)
  • Ar maouezed, Kouarintin, e-giz ar bleunioù o livioù koant, a zo anezho, e melezour ar bed-mañ, [prédicat un damskeud eus kened an Aotrou Doue ].
Standard, Drezen (1990:56)

toutes formes de la copule

On trouve sans peine les formes eo et zo de la copule. On note à Loqueffret et Saint-Yvi l'usage de la forme locative emañ de la copule.


(1) Me joñj 'm'on ke mat 'noñ.
moi (R) pense suis pas bien P.moi
'Je me suis dit que je ne me trouve pas au bon endroit.'
Loqueffret, Solliec (2015:75)


(2) Ema ket 'n ger vraz 'nei.
est pas un 1ferme 1grand P.elle
'Ce n'est pas une grande ferme.'
Saint-Yvi, German (2007:175)


en incise, sans copule

La résomption prédicative équative est remarquable dans les incises, au vocatif.


(3) Evid ar baotred, [ penn zod ahanoh ], ar baotred...
pour le 1homme.s tête sot P.vous le 1homme.s
'Pour les hommes, idiots (que vous êtes), les hommes...'
Cornouaillais de l'Est, Derrien (1980:11)


Le résomptif en an tamm anezhañ

L'élément résomptif peut être un pronom faible incorporé dans une préposition support (eus/a), mais aussi un DP anaphorique contenant ce pronom faible incorporé.


(4) - "Mab va breur-kaer eo," emeziz [SC sec'h a-walc'h [DP an tamm anezhi ]z ]...
fils mon2 frère-beau est dit-elle sec assez le morceau P.elle
'C'est le fils de mon beau-frère, dit-elle assez sèchement.' (litt: sèche assez le morceau de elle)
Standard, Ar Barzhig (1976:44)


(5) ar blenier, [SC lorc'hus ha reut a-walc'h an tamm anezh].
le conduct.eur orgueil.l.eux et raide assez le morceau P.lui
'le conducteur, fier et raide'.
Trégorrois (Kaouenneg)/Standard, ar Barzhig (1976:57)


Quelques relevés

(6) Ne oan ket gant ma c'hentañ treizhadenn, hogen argadet e voe an douaradez ac'hanon.
ne étais pas avec mon2 premier traversée mais frappé R fut [SC le terr.ien.ne P.moi ]
gant ar santad ken iskis-se, hini ar beajour taolet trumm en ur bed dianav.
avec le senti tant étrange- celui le voyageur jeté soudain en lun monde inconnu
'Je n'en étais pas à ma première traversée, loin de là, mais la terrienne que je suis fut frappée d'un sentiment si étrange, celui d'un voyageur projeté dans un monde inconnu.'
Beyer (2009:36)


(7) Ar yez ma ra ganti un den a zo [SC anezi eur bed ma vev ha ma striv ennañ ]...
le langue que4 fait avec.elle un homme R est P.elle un monde que4 vit et que4 agit en.lui
'La langue qu'un homme parle est un monde dans lequel il vit et agit...'
Cornouaillais (bigouden), Helias (2002:II,117), cité dans Rezac (2009).