Adverbes anaphoriques spatiaux

De Arbres
(Redirigé depuis Di)

Les adverbes eno, di, ac'hane et alese réfèrent à un lieu. Ce sont des adverbes spatiaux anaphoriques; ils ont besoin d'un antécédent comme le clitique français y, ou . Leur référent est à chercher dans le co-texte, c'est-à-dire dans le discours qui précède. C'est une propriété linguistique car on ne pourrait pas fournir le référent dans le contexte d'énonciation extra-langagier, comme en pointant du doigt.

Les adverbes eno d'une part; et di, ac'hane et alese d'autre part ne sont pas sémantiquement équivalents : eno est statique, alors que les autres sont dynamiques en ce qu'ils impliquent un déplacement spatial ou une relation entre deux lieux.


Inventaire

statique, eno

(1) Met al labour n'eo eno heñvel ouzh netra.
mais le travail ne1 est pareil à rien
'Mais là, le travail ne ressemble à rien.'
Trégorrois (Kaouenneg), Ar Barzhig (1976:32)


(2) O-unan-penn e oant chomet eno.
leur2-1-tête R étaient rest.é y
'Elles y étaient restées seules.'
Standard, Kervella (1995:§436)


variation dialectale

La consonne centrale /n/ n'est pas prononcée dans cet exemple relevé à Duault.


(3) pe vɛn eo ebaz aʁ paʁk evez sklɛʁ o lagad
quand1 étais dans le champ R est clair leur2 œil
'Quand elles étaient aux champs, leurs yeux étaient clairs.'
Duault, Avezard-Roger (2004a:140)


(4) 'Po ke' me' selled, ene zo or pezh blokad rehier.
auras pas mais voir y est un gros bloc rocher.s
'Tu n'auras qu'à regarder, il y a là un gros bloc de rochers.'
Poullaouen, locuteur né vers 1910, Favereau (1984:438)


distribution dialectale

Eno n'est pas reconnu partout. Il est exogène dans la variété de Scaër (H. Gaudart, 04/2016).


di

(1) Dont a ri di ganin.
venir R feras y avec.moi
'Tu y viendras avec moi.'
Standard, Drezen (1990:42)


(2) Anv ebet din da vont di !
nom aucun à.moi de1 aller y
'Il n'est pas question que j'y aille !'
Léonard, Madeg (2013:9)


ac'hane, ac'hann

(3) … ki ebet n' helle ober d'ezan dont ac'hane.
chien aucun ne1 pouvait faire à.lui venir de.là
'… aucun chien ne pouvait l'en faire sortir.'
Perrot (1912:139)


ac'halese

(4) Deus ahalese. Ne welez ket e tenner warnout.
viens de.là ne1 vois pas R4 tire.on sur.toi
'Tire-toi de là. Tu vois pas qu'on te tire dessus.'
Léonard (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:198)

alese

(5) Gra d'ar c'hi-se mont kuit alese, 'ta !
fais à1 le 5chien- aller parti de.là donc
'Fais donc partir ce chien de là !'
Standard, Kervella (1995:§253bis)


(6) Voujés-ke lésé  !
ne1 bouge-pas de.là
'Bouge pas de là !'
Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:97)


(7) /a'liʃɛ/, 'de là', Plozévet, Goyat (2012:208)


La carte 007 de l'ALBB fournit la variation dialectale des différentes formes de alese, qui peut être précédé de multiples prépositions.


alemañ

(8) [ mɛ̃ zo daˈlɛm ˈhɛ̃ã̯ zo da zy]
Me zo eus alemañ mes zo (d)eus a zu-se. Équivalent standardisé
moi est de d.ici mais lui est de de1 côté-ici
'Moi je suis d'ici,… mais lui il est de là.'
Laz, Cheveau & Kersulec (2012-évolutif:Laz,'eñ')

Syntaxe

ellipse

Avec le verbe mont 'aller', l'argument de lieu peut être aisément élidé, comme dans le français de Basse-Bretagne Faut que j'aille.


(1) Arabat dit mont, e mod ebet !
interdit à.toi aller en façon aucun
'N'y va surtout pas !'
Léonard, Madeg (2013:9)


(2) Kuit din da vont adarre.
quitte à.moi de1 aller encore
'Ça m'évitera d'y retourner.'
Léonard, Madeg (2013:9)

avec des adverbes déictiques spatiaux

Les propriétés anaphoriques de ces adverbes les distinguent, par exemple, des adverbes déictiques spatiaux comme -mañ, -ze et -hont. On trouve cependant des formes qui les intègrent morphologiquement:


(3) [ ər ɟɥelãnø mi hehɛχ arɔk ahanəma ]
Ar gwellañ eo m'eh ahec'h a-raok ahanemañ.
le mieux est que4 R+C alliez avant y
'Le mieux c'est que vous partiez.'
Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:22)


(4) Lemel ar fagn ac'hanemañ.
enlever le broussaille y
'Éclaircir la végétation qui va en tous sens.'
Vannetais (Le Scorff), Ar Borgn (2011:38)