O !, Oei !

De Arbres
(Redirigé depuis O !)

L'interjection réalisée par O ! est de trois sortes, tout comme sa traduction 'Oh !' en français.

  • une marque d'étonnement, de surprise, de stupeur qui peut apparaître seule ('Oh ! une étoile filante !')
  • un marqueur purement exclamatif, avec une nuance plaintive (O ! Doue ! 'Oh mon Dieu !') ou superlative (O ! Neuze 'oa fier ! 'Oh ! Alors elle était fière !').
  • une particule qui semble avoir une dimension argumentative, plutôt utilisée pour mettre en relation argumentative deux propositions ('Oh ! Non ! Ça suffit !).

Interjection de surprise

(1) O ! Ur steredenn-lostek ! Gra un het !...
Oh ! un étoiles.SG-queut.ée fais un vœu
'Oh ! Une étoile filante ! Fais un vœu !'
Standard, Bannoù-Heol (2000:36)


variation dialectale

L'interjection de surprise se trouve sous la forme O ! en standard, mais on la trouve aussi sous la forme allongée Oei ! ('étonnement, surprise', Cornillet 2020).


(2) O ! N'eo ket gwir !...
Oh ! ne1 est pas vrai
'Oh ! C'est pas vrai !' (surprise)
Standard, Bannoù-Heol (2000:33)


Les autres interjections O ! semblent morphologiquement plus stables.

allongement de la voyelle

Kerrain (2015b:307) utilise OOOOOO ! pour exprimer une grande surprise, une stupeur totale.

Interjection argumentative

L'interjection de sens argumentatif ou concessif faible se trouve dans les deux environnements illustrés en (1) : seul en initiale de phrase ou précédant une interjection polaire ('oui, non, si'...).


(1) Oh, hoñ ne vo ket graet, Oh bo, emezon-me.
Oh celle-ci ne1 sera pas fa.it eo si, dis-je
'Oh, celle-là ne se fera pas, Oh si, te dis-je.' (la route)
Trégorrois (Bégard), R. Dollo né en 1932
cité dans Yekel (2016:'goulenn nac'h')


O, ya/nann/geo...

L'interjection O ! argumentative peut précéder directement les interjections ya 'oui', geo 'si' ou nann 'non'.


(2) Oh ya, betek ma vez al labour a renke bezañ graet.
oh ! oui jusqu'à que4 est le travail R1 devait être fa.it
'Oh oui, tant qu'il y avait du travail à faire, fallait le faire.'
Anna Colin [01/1984] Cornouaillais (Plouhinec), Ouest en mémoire


(3) pep hini veille mad or e damm douar, o ya !
chaque celui R1 veillait bien sur son1 morceau terre oh ! oui
'Chacun veillait bien sur son lopin, pour sûr !'
Léonard (Ouessant), Gouedig (1982)


(4) A: - Vo ket laret din ? B: - O nann, gredan ket...
ne1 sera pas d.it à.moi Oh non ne1 crois pas
'A: 'Tu ne me diras pas ?' / B: 'Oh non, je ne pense pas.'
Cornouaillais (Le Juch), Hor Yezh (1983:22)

sens oppositionnel ou concessif faible

(5) O, trawalc'h gant an istor-se !
Oh! assez avec le histoire-ci
'Oh ! Ça suffit avec cette histoire !'
Standard, Kerrain (2015b:86)


(6) Ne ra ket kalz geizoù, O ! ul lipañ pillig gwezh an amzer.
ne1 fa.it pas beaucoup caresse.s oh un lécher galetière fois le temps
'Il ne fait pas beaucoup de caresses, O ! Un cunni une fois le temps.'
Poullaouen (1980), Menard (1995:§ geizoù)


(7) O ! Merc'hed a oa rezounabl.
oh femme.s R était raisonnablement
'Oh ! Il y avait pas mal de femmes !'
Léonard (Plougerneau), Elégoët (1982:15)


(8) O, memp ket bet a boan.
oh ! avons pas eu de 1 peine
'Oh, ça n'a pas été difficile.'
Trégorrois, Blanchard (2016)


(9) O, Na vêz ket nec'het, biken ne zisoñjin !
Oh! ne es pas inquiet jamais ne1 oublierai
'Oh ! Ne t'inquiète pas, j'oublierai jamais !'
Standard, Kerrain (2015b:62)

Interjection exclamative

'Comme ...! Que ... !'

Dans Persepolis, une sœur catholique demande à une adolescente en quoi elle croit, ce à quoi elle rétorque qu'elle ne croit en rien. La sœur répond O ! (Kerrain 2015b:165).

Cette interjection est compatible avec le complémenteur exclamatif Na(g).


(1) E ma goûg ha rac'h 'm eus bet unan. O ! Na droug !
en mon2 gorge et tout 1SG a eu un Oh que mal
'J'en ai eu aussi un à la gorge. Oh ! Comme ça fait mal !' (furoncle)
Haut-vannetais (JMh), Louis (2015:218)


plaintif

Pour exprimer la plainte, la voyelle peut s'allonger, ce qui apparaît parfois à l'écrit (Oooo ! Oooooh !', Kerrain (2015b:39).


(2) O ! Petra mizer klask debarasi doh ar re-ze.
oh! quel misère chercher débarasser de le ceux-ci
'Oh ! Quelle misère pour se défaire de ceux-là !'
Léonard (Ouessant), Gouedig (1982)


(3) O ! Petra plijadur !
oh quel plaisir
'Oh ! Quel plaisir !'
Léonard (Ouessant), Gouedig (1982)


superlative

(4) Pa vez da gaout, oh ! neuze eo doun ha ledan e c'hodelloù.
quand1 est à1 avoir oh alors est profond et large son1 poche.s
'Quand il s'agit de posséder, oh, alors ses poches sont larges et profondes.'
Cornouaillais / Léon, Croq (1908:1)