Gouzoug

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

Le nom gouzoug dénote la 'gorge', le 'cou'.


(1) E ma goûg ha rac'h 'm eus bet unan.
dans mon2 gorge et tout 1SG a eu un
'J'en ai eu aussi un [furoncle] à la gorge.' Haut-vannetais (JMh), Louis (2015:218)


Morphologie

morphologie expressive ?

Le lieu d'articulation de la consonne initiale /g/ est l'arrière de la gorge. Il pourrait y avoir ici un élément de morphologie expressive qui s'appuie sur une coïncidence articulatoire, comme dans gorzailhenn 'gosier' ou le français gosier ou cou (/k/ a la même lieu d'articulation que /g/).


dérivation

(2) Hennez e-neus tapet eur gouzougad.
celui.ci R-a attrapé un cou.coup/maladie
'Celui-là a attrapé mal au cou.' Trégorrois, Gros (1984:347)


Le trégorrois Konan (2017) donne arc'houzougal 'tendre le cou' avec le préfixe ar-, al-. Le trégorrois Gros (1984:390) donne le mot composé astenn-gouzoug 'allongement de cou'.


(3) Ar re-ze a vije dleet dihouzougañ anezo.
le ceux- R serait 1.cou.er P.eux
'Ceux-là, on devrait leur couper le cou (les décapiter!).' Trégorrois, Gros (1984:29)

variation dialectale

La forme courte gouk est courante.


(4) /agebɛt 'kiñɛt i'guk/ Poher (Carhaix), Timm (1987a:265)
hag eo bet kignet e gouk
et est été écorché son1 cou
'et son cou a été écorché'

Expresions

'à gorge déployée', a-greiz-kalon

(3) Ni c'hoarz a-greiz kalon!
nous (R) rigole à1-milieu coeur
'On rit à gorge déployée!' Léon (Plougerneau), M-L. B. (01/2016)

Diachronie

Le signifiant 'gorge' a été porté par d'autres noms. Bihan (2018b) trace par exemple l'évolution du signifiant 'pomme d'Adam', du vieux breton aual breant /pomme gorge/, qui a été conservé en vannetais sous les formes aval gourhan et aval grouhan et remplacé en breton moderne dans les autres dialectes par aval gouzoug, perpétuant avec un autre nom le même signifiant /pomme gorge/."

Le Pelletier (1752) donne les formes gourgous, gourous, et gourhous 'gosier, gorge' mais Ernault (1903:193) considère que Le Pelletier a inventé les deux dernières formes pour soutenir une étymologie fantaisiste.