Godell

De Arbres

Le nom godell, ur c'hodell dénote une 'poche (de vêtement)'.


(1) Pa vez da gaout, oh ! neuze eo doun ha ledan e c'hodelloù.
quand1 est à1 avoir oh alors est profond et large son1 poche.s
'Quand il s'agit de posséder, oh, alors ses poches sont larges et profondes.'
Cornouaillais / Léon, Croq (1908:1)


Morphologie

variation dialectale

La carte 229 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de poche. Ce sont surtout les dialectes KLT de la partie Nord qui utilisent godell, ce qui se vérifie en corpus.


(2) ... rak daoust ma ne oa ket toull hor godelloù, goullo e oant.
car malgré que4 ne1 était pas troué notre poche.s vide R4 étaient
'... car bien que nous ne soyons pas dépensiers, nos poches étaient vides.'
Morlaix, Herri (1982:36)


Le cornouaillais a plutôt chakod. Pour le vannetais, il est possible que les locuteurs aient compris, en français local poche comme 'petit sac', car il y a moultes réponses en sac'h. Cependant, un 'sac en plastique' n'est pas appelé exactement poche mais pochon dans le français du Sud Bretagne (Avanzi 2017), et poche est plutôt aquitain.


genre

Le nom godell est féminin (ur c'hodell war-benn, Cornillet 2020 'une poche de dessus').


nombre

Gros (1984:177) donne eur godellou 'une paire de poches'.

Sémantique

Là où le français recourt à des modifications sur le nom, le breton use de suffixes. A Bannalec en cornouaillais de l'est maritime, dourenn dénote la 'poche des eaux' d'un accouchement (Bouzec & al. 2017:312). Vallée (2014) relève pour 'poche de tablier' les formes dérivées sur butun 'tabac' butunadenn et, à Bégard, butunalenn.


Expression

'avoir la langue dans sa poche'

  • un hanter c'henoù, 'une demi-bouche (& au figuré, qui a la langue dans sa poche)', Favereau (1997:§331)