Blanchard (2016)

De Arbres
  • Blanchard, Nelly. 2016. 'À la recherche de l'intestin aveugle : Ethno-texte sur la boucherie-charcuterie porcine en breton', Lapurdum XIX, 103-119, texte.


Transcription d'un corpus oral en breton, avec la traduction du texte oral en français.
Le locuteur est probablement natif, mais cela n'est pas mentionné. Il travaille en tout cas communément en breton avec des interlocuteurs différents, et est à la retraite avec 49 ans de carrière. Le dialecte n'est pas caractérisé par l'auteur, et le lieu de l'enregistrement est "une commune de Basse-Bretagne".


portrait dialectal

La forme d'auxiliation du progressif, le nom beure 'matin', l'absence de lénition D>Z, pointent vers un dialecte trégorrois.


  • ar mis-mañ e ra naw bloaz ha daou-ugent on oc'h ober ar vicher-mañ.
trait trégorrois (carte 63 de l'ALBB)
  • me a zebr re vad deus ar beure.
trait trégorrois (carte 30 de l'ALBB)
  • /mœm/, 'nous avons'
trait central ou trégorrois (carte 82 de l'ALBB)
  • damaig 'tout-à-l'heure, bientôt'
la carte 102 de l'ALBB, pour la traduction de (Il viendra) bientôt, le relève en Centre-Bretagne à Berrien, à Lennon (à l'ouest de Châteauneuf-du-Faou) et à Plounévézel (Plonevel).
  • traoù evel-se ne ro ket a galon eus a debriñ
la carte 169 de l'ALBB montre l'absence de lénition sur da dilhad en Nord Trégor, aux points de Pleubian (16), Prat (17), Tréglamus (20), Bréhat (23), Ploubazlanec (24) et Pléguien (25).
Ha deomp da c'hoûd pe oa un mad pe ne oa ket. Ha petra poues a oa apeupre.
'C'était à nous de savoir si c'était un bon ou non. Et quel poids il faisait à peu près.'
  • moc'h 'cochons', penoc'h 'cochon'
  • accord possible avec une sujet préverbal en phrase positive
  • N'eo ket a boan... , 'Il ne faut pas... '

lecture critique

Le texte n'est pas facile d'usage morphosyntaxiquement parlant, car les données sont altérées. La transcription standard n'hon eus ket 'nous n'avons pas' est notée en marge /mœm/, qui est une forme dialectale caractéristique des dialectes centraux et trégorrois (carte 82 de l'ALBB).

L'auteur note que le locuteur conjugue "souvent" ses verbes avec un sujet préverbal, ce qui est extrêmement rarement relevé en breton. Dans le texte de la transcription, un seul exemple ce ce phénomène est laissé intact. Il s'agit peut-être d'un topique suspendu (avec un rannig a erratique ?). L'auteur a "corrigé" dans sa transcription les autres occurrences avec un accord standard, ce qui empêche d'étudier le phénomène relevé.

 "notenn 3:
 Displegañ a ra ar c'higer alies ar verboù goude ar rener : hypercorrection ? Roudoù eus ur cheñchamant e-barzh ar yezh ? fazi ? Difaziet em eus goude e-barzh ar pennad skrivet."