Meur

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

Meur est un adjectif qui dénote la grandeur.


(1) ... e-keit ha ma save ar roue-meur kastell kaer Versaillez
pendant que que construisait le roi-grand château beau Versailles
'...pendant que le roi construisait le beau château de Versailles'
Léon,(Cléder), Seite (1998:98)


C'est aussi un quantifieur (meur a zen 'plus d'un'). Il correspond assez bien sémantiquement au français 'mainte' ou 'moult', 'plusieurs'. Syntaxiquement, c'est un quantifieur positif invariable. Il s'emploie avec la préposition a1.


Morphologie

composés

Il semble que le quantifieur meur apparaisse dans le composé nemeur 'guère', précédé de l'indéfini négatif nep-X ne-.


Syntaxe de l'adjectif

Meur est invariable, et n'est jamais support d'incorporation. Il est rare de le trouver employer comme adjectif prédicatif, mais cela est grammatical.


(1) Hon Hunvre zo ken meur !
notre Rêve est tant grand
'Notre Rêve est si grand!'
Trégorrois, Duval, 'Kelted' 1978.

Syntaxe du quantifieur

quantifie sur un nom singulier

C'est en standard le singulier qui est utilisé après le quantifieur meur.


(2) Meur a wech e ra kement-all...
maintes de1 fois R fait autant-autre
'Il fait cela mainte fois...'
Cornouaille (Pleyben), Ar Floc'h (1950:157)


Gourmelon (2014:137) pointe que si le nom est obligatoirement singulier (meur a vloavezh( * ioù), meur a baotr( * ed) ), un nom quantifié en meur déclenche aussi un accord singulier sur le verbe (meur a hini {en deus / * o deus} gwelet... ).

Les usages peuvent cependant varier en breton moderne, même à l'écrit. Gourmelon (2014:137) fournit en exemple des usages singuliers en breton de 1838 (Prosper Proux) et désapprouve des usages avec un nom pluriel qu'il mentionne en breton parlé et écrit au XX°. On trouve cependant des usages de meur avec un nom pluriel chez des locuteurs natifs traditionnels: Rostrenen (1732:'force', 'bien') traduit 'force personnes', par meur a zèn et meur a dud, et 'bien du monde' par meur a hyni, meur a dud. On trouve aussi sporadiquement de tels pluriels en corpus.

  • meur a dud, goude ur vuez disordren..., BZ.:26.
  • Evel e meur a vroiou arall o doa an Elzasîz savet eur Gambr-ar-Vicheriou
'Comme dans plein d'autres pays, les alsaciens avaient créé une chambre des métiers.', Gwilherm Berthou, An Oaled (1938:186)


avec la préposition a, da

La préposition qui suit habituellement meur est a1, repérable à la lénition qu'elle provoque.


(3) mœr e1véach,

meur a wech
'maintes fois', Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:46)


Ernault (1901) donne aussi des usages de meur suivi de da1, avec apparemment un sens exclamatif.


(4) meur da galon meur da hini all
'que de cœurs, combien d'autres.' Breton moderne, Ernault (1901:305)


On retrouve meur da X à Plozévet, sans sens exclamatif.

(5) /moer 'dɛ :n/, meur d'unan, 'plus d'un', Plozévet, Goyat (2012:232)


indéfini

Le syntagme quantifié en meur est un indéfini (Gourmelon 2014:137). Cependant, Gourmelon illustre avec un passif impersonnel, et dans cette structure eus pourrait être déclenché par un explétif vide à la léonarde.


Gourmelon (2014:137)
(4) N'eus ket bet kavet meur a gêriadenn...
ne1 est pas été trouvé maintes de1 vill.age
'Plus d'un village n'a pas été trouvé...'

Sémantique

quantifieur faible

Meur est un quantifieur faible, car il peut apparaître dans les contextes existentiels (Il y a maintes solutions).


meur a wech, 'parfois'

En haut-vannetais, meur a wech signifie 'parfois', et non 'maintes fois' comme dans les dialectes KLT.


(5) Goloet e veze meur a wezh ho penn a c'horoù.
couvert R était maint de1 fois vos3 tête de1 boutons
'Tu avais parfois la tête couverte de boutons.' Haut-vannetais (JMh), Louis (2015:147)

A ne pas confondre

Meur a grammaticalisé en préfixe (meur-: meurvor, meurvil, Kervella 1947:§885).


Terminologie

Trépos (2001:§315) classe meur comme 'adjectif indéfini'.