Litote

De Arbres

La litote est une figure de style qui dit le moins pour exprimer le plus. C'est un procédé d'atténuation de ce qui est dit littéralement, et ce afin d'intensifier ce qui est exprimé. Cette figure est très commune en breton, et parfois complètement grammaticalisée.

Par effet de litote, 'ne pas être malade à l'idée de ne pas faire quelque chose' entre dans une construction dénotant un manque net de 'volonté' ou 'envie de faire ce quelque chose'.


(1) N'oun ket klañv defot mond er-meaz.
ne1 suis pas malade à.défaut.de aller dehors
'Je n'ai pas très envie d'aller dehors.'
Léon, Kervella (2009:109)


(2) N’eo ket a boan kaoud aon, kwa.
ne est pas de 1 peine avoir peur quoi
'Il ne faut pas avoir peur, quoi.'
Trégorrois, Blanchard (2016)


(3) N'ema ket diwar an dour.
ne est pas de le eau
'Il n'a pas bu que de l'eau.'
Trégorrois, Gros (1984:487)


(4) N'omp ket taer ken war ar c'hirri-nij... '
ne sommes pas intense plus sur le 5char-vole
'L'avion, euh... Nous n'y tenons pas tellement... '
Standard, Kervella (2002b:62)


À ne pas confondre

Une antiphrase aurait dit sémantiquement le contraire exact de ce qui est exprimé en discours, en utilisant l'ironie pour que l'interlocuteur ne se trompe pas sur l'intention (yeux au ciel : Je meurs d'envie d'aller dehors). Un euphémisme est aussi une figure de discours qui joue sur l'atténuation, mais contrairement à la litote son effet n'est pas d'intensifier une lecture (Il fait un temps moyen (quand il pleut des hallebardes)).


Bibliographie

  • Le Berre, Yves. 2011. 'La force et l’élégance. Les litotes dans la Passion bretonne de 1530', Nelly Blanchard, Ronan Calvez, Yves Le Berre, Daniel Le Bris, Jean Le Dû, Mannaig Thomas (dir.), La Bretagne Linguistique 16, CRBC, 123-150. texte.