Îles pour le mouvement

De Arbres

Certains constituants sont des îles pour le mouvement, ce qui signifie que l'on ne peut pas extraire un élément de ces constituants.

On distingue les îles faibles et les îles fortes.


Inventaire des îles pour le mouvement

Typiquement, un mouvement A-barre comme le mouvement d'un mot interrogatif wh- peut opérer à longue distance, mais pas en partant de n'importe quel constituant. Les îles pour le mouvement sont par exemple les adjoints, ou les groupes nominaux, dont l'extraction de leur relative.


le groupe nominal complexe

possessif

Stephens (1982:247) remarque que, comme prédit par Ross, le mouvement A-barre hors des nominaux complexes est réparé par un pronom résomptif, ici le possessif.


(1) Lenaig em eus kavet he botoù-koad e-barzh ar prez.
Lena.DIM R.1SG a trouv.é son2 chaussure.s-bois dans le placart
'J'ai trouvé les sabots de Lenaig dans le placart.'
Trégorrois, Stephens (1982:247)


relative

(1) Marvet eo ar paotr kozh a diwezhae ma loened.
mourr.u est le gars vieux R1 surveillait mon1 animal.x
'Le vieux monsieur qui s'occupait de mes animaux est décédé.'
Trégorrois, Stephens (1982:55)


(2) * Petra eo marvet ar paotr kozh a diwezhae ?
quoi est mourr.u le gars vieux R1 surveillait __
'Le vieux monsieur qui s'occupait de quoi est décédé ?'
Trégorrois, Stephens (1982:55)


(3) * Ma loened eo marvet ar paotr kozh a diwezhae.
mon1 animal.x est mourr.u le gars vieux R1 surveillait __
'Le vieux monsieur qui s'occupait de mes animaux est décédé.'
Trégorrois, Stephens (1982:56)


En (4), le groupe nominal qui est l'objet du verbe gwelout 'voir' est une île pour le mouvement : l'extraction de an den est agrammaticale.


(4) * An den a anavez an dud o deus gwelet .
le hommei [ R connait [NP le 1gensj [ 3PL__j a v.u __i ]]]
* 'L'homme que tu connais les gens qui ont vu __.'
Standard, Guilliot (2006:1890)


La structure peut être réalisée de façon grammaticale si on recourt à une stratégie résomptive plutôt qu'à un mouvement. An den est alors généré dans sa position de surface d'où il lie un pronom résomptif dans la relative.


(5) An den a anavez an dud o deus gwelet anezhañ.
le hommei [ R connait [NP le 1gensj [ 3PL__j a v.u P.luii ]]]
# 'L'homme que tu connais les gens qui l'ont vu.'
Standard, Guilliot (2006:1890)

prépositions

Stephens (1982:56) note que les groupes prépositionnels sont des îles pour le mouvement.

Il n'est pas possible d'extraire le sujet de la proposition introduite par diouzh.


(1) Ober a rin diouzh a lavaro ar vugale warc'hoazh.
faire R1 ferai selon R1 dira le 1enfant.s demain
'Je ferai selon ce que les enfants diront demain.'
Trégorrois, Stephens (1982:56)


(2) * Piv e rin diouzh a lavaro warc'hoazh ?
qui R4 ferai selon R1 dira __ demain
'Je ferai selon ce que qui me dira demain ?'
Trégorrois, Stephens (1982:56)


(3) * Ar vugale e rin diouzh a lavaro warc'hoazh.
le 1enfant.s R1 ferai selon R1 dira __ demain
'Je ferai selon ce que les enfants diront demain.'
Trégorrois, Stephens (1982:56)


Stephens (1982:247) remarque que, comme prédit par Baltin (1978), le mouvement A-barre hors d'un groupe prépositionnel est réparable par un pronom résomptif, ici l'objet de la préposition de provenance digant.


(4) Ma mab em boa bet ul lizher digant.
mon2 fils R.1SG avait eu le lettre de.lui
'J'ai eu une lettre de mon fils.'
Trégorrois, Stephens (1982:247)

enchâssées en pa et ma(r)

Les complémenteurs ma(r) 'si' et pa 'quand' sont des îles pour le mouvement : on ne peut extraire aucun constituant du domaine dont ils sont la tête (Stephens 1982:50).


pa 'quand'

(1) Mont a refomp d'ar gêr pa en devo Lomig echu e labour.
aller R1 ferons à le 1maison [ quand1 3SGM aura Lomm.DIM fini son1 travail ]
'Nous rentrerons quand Lomig aura fini son travail.'
Trégorrois, Stephens (1982:57)


(2) * Lomig a c'hefomp d'ar gêr pa en devo echu e labour.
Lomm.DIM R1 irons à le 1maison quand1 3SGM aura __ fini son1 travail
'Nous rentrerons quand Lomig aura fini son travail.'
Trégorrois, Stephens (1982:57)


(3) * Piv a c'hefomp d'ar gêr pa en devo echu e labour ?
qui R1 irons à le 1maison quand1 3SGM aura __ fini son1 travail
'Nous rentrerons quand qui aura fini son travail ?'
Trégorrois, Stephens (1982:57)


ma(r) 'si'

(4) Prenañ a raio Yann ur wetur ma roio Anna an arc'hant dezhañ.
acheter R1 fera Yann un 1voiture [ si4 donnera Anna le argent à.lui ]
'Yann achètera une voiture si Anna lui donne l'argent.'
Trégorrois, Stephens (1982:56)


(5) * Petra a breno Yann ur wetur ma roio Anna dezhañ.
le argent R1 achetera Yann un 1voiture si4 donnera Anna __ à.lui
'Yann achètera une voiture si Anna lui donne quoi ?'
Trégorrois, Stephens (1982:57)


(6) * An arc'hant a breno Yann ur wetur ma roio Anna dezhañ.
le argent R1 achetera Yann un 1voiture si4 donnera Anna __ à.lui
'Yann achètera une voiture si Anna lui donne l'argent.'
Trégorrois, Stephens (1982:57)

gel après mouvement

Tout constituant qui a déjà bougé dans la structure devient lui-même une île pour le mouvement.

Tout constituant dans lequel un mouvement a été opéré gèle lui-même pour le mouvement.

interrogatives enchâssées

On peut le voir dans le cas des interrogatives enchâssées (Gouzout a rez piv neus prenent an ti-mañ? 'Sais-tu qui a acheté cette maison ?'), desquelles il est impossible d'extraire un objet.


(1) * Petra a ouiez piv en deus prenet ?
quoi R1 sais qui 3SGM a achet.é __
'Qu'est-ce que tu sais que qui a acheté ?'
Trégorrois, Stephens (1982:55)


(2) * An ti-mañ a ouiez piv en deus prenet ?
quoi R1 sais qui 3SGM a achet.é __
'Cette maison tu sais qui l'a achetée ?'
Trégorrois, Stephens (1982:55)

îles fortes, îles faibles

Certaines îles sont des îles faibles, par opposition aux îles fortes, car elles tolèrent mieux l'extraction. Dans les îles faibles, il n'y a pas de reconstruction.

Les îles fortes sont les groupes nominaux complexes, les sujets, les compléments wh- et les branches gauches dans la structure.


île wh

Une île faible typique est une interrogative (on parle alors d'île wh).


(3) a-wechou eur voutaillad tizan na ouied ket gand petra oa greet __
des.fois un 1bouteille.-ée tisane ne.R 1 savait.on pas avec quoi était fa.it ___
'… des fois une bouteille de tisane dont on ne savait pas la composition'
Léonard (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:23)


(4) Pa oan yaouank e oa eur wall-gleñved e-touez an dud, na ouied ket penaoz envel anezañ.
quand1 étais jeune R 4 était un mauvais 1-maladie parmi le 1gens ne.R1 savait.on pas comment nomm.er P.lui
'Quand j'étais jeune il y avait une maladie grave qu'on ne savait pas comment (l')appeler.'
Léonard (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:27)


complément des verbes factifs

Les verbes factifs (ankounac'haat, gouzout, etc. qui présupposent vrai leur complément) sont connus pour les propriétés d'îles faibles pour le mouvement de leur complément. Il y a variation, mais les extractions longues sont prototypiquement testées avec des verbes déclaratifs non-factifs.


(4) Pese parti ar journal a lavar an amezog e neus soutenet _  ?
quel parti le journal R d.it le voisin 3SG a souten.u <quel parti>
'Quel parti le journal a révélé que le voisin avait soutenu ?'
Léonard (Plougerneau), M-L. B. (05/2018)

Horizons comparatifs

Il est commun typologiquement de constater une résistance à l'extraction hors d'un sujet (alors qu'extraire d'un objet est relativement aisé). L'extraction d'une branche gauche est aussi illicite, ce qui inclut l'extraction d'un seul membre d'une coordination (Qui tu as vu _ et Jerry ?).


Bibliographie

breton


autres langues celtiques

  • Tallerman, M. 1983. 'Island Constraints in Welsh', York Papers in Linguistics 10, 197-204.


horizons théoriques et comparatifs

  • Baltin, Mark. 1978. 'PP as a Bounding Node', North East Linguistics Society 8:1, article 5. texte.
  • Chomsky 1986. Barriers, Linguistic Inquiry Monograph 13, MIT Press.
  • Szabolcsi, Anna. 2006. 'Strong and weak islands', Everaert and van Riemsdijk (éds.), The Blackwell Companion to Syntax 4, 479-532. version 2002.