Contextes monotones décroissants

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

La négation est l'exemple typique d'un contexte monotone décroissant, ce qui veut dire qu'elle implique ses sous-ensembles.

  • Si L'ordinateur ne connait pas Michel et Zoé., ceci implique logiquement que L'ordinateur ne connait pas Zoé.
  • Si Je n'ai pas mangé de gâteau, ceci implique logiquement que Je n'ai pas mangé de gâteau aux pommes.
  • Si Il est sans chemise et sans pantalon., ceci implique logiquement que Il est sans chemise.


Inventaire des contextes monotones décroissants

Au delà de la négation, les contextes monotones décroissants couvrent aussi les interrogatives et les conditionnelles, ou les adverbes comme a-raok, a-barzh 'avant' (avant que Julie et Manon viennent implique avant que Julie vienne). Le domaine des comparatives est un contexte monotone décroissant (kenkoulz hag A ha B implique kenkoulz hag A).


Effets des contextes monotones décroissants

autorisation des items de polarité négative faibles

Fauconier (1975) et Ladusaw (1979) ont proposé que la plupart des items de polarité négative de l'anglais sont autorisés par les contextes monotones décroissants, c'est à dire les contextes sémantiques d'implication des sous-ensembles.

Les NPIs autorisés dans ces contextes sont appelés les items de polarité négative faibles puisqu'ils se satisfont de contextes non purement négatifs.


mots négatifs en indéfinis de choix libre

Certains indéfinis de choix libre sont recrutés parmi les mots négatifs mis dans des contextes monotones décroissants.


a-araok, a-barzh

Le domaine sélectionné par cette préposition est un contexte monotone décroissant (a-barzh ober A ha B implique a-barzh ober A).

En (1), netra est un indéfini de choix libre comparable au français rien dans avant de rien entreprendre, 'avant d'entreprendre quoi que ce soit'.


(1) Deu d'am haoud a-barz ober netra.
viens pour'me chercher avant faire rien
'Viens me trouver avant de faire quoi que ce soit.' Trépos (2001:§599)


comparatives

Pour 'quoi que ce soit', Vallée (1980:'quoi?') donne tra (en holl), tra ebet. Pour la traduction de 'qui que ce soit', Vallée (1980:'qui') et Ménard (2012:'qui') donnent den all ebet dans une comparative de supériorité (ober gwell eget den all ebet, 'faire mieux que qui que ce soit').

Les structures en X ebet sont restreintes aux comparatives. En (2), la lecture de den ebet dans la restriction de la comparative, est l'indéfini de choix libre 'quiconque, qui que ce soit'.


(2) Honnez a oar gwrïad hag ober dillad kenkoulz ha den ebed.
celle.ci R sait coudre et faire habits autant que homme aucun
'Celle-là sait coudre et faire des vêtements aussi bien que qui que ce soit.'
Trégorrois, Gros (1989:'den')


Bibliographie

  • Chierchia, Gennaro. 2013. Logic in Grammar: Polarity, Free Choice, and Intervention, Oxford Studies in Semantics and Pragmatics, Oxford University Press.
  • Fauconnier, Gilles. 1975. 'Polarity and the scale principle', Chicago Linguistic Society 11:188–199.
  • Ivlieva, Natalia. 2013. Scalar Implicatures and the Grammar of Plurality and Disjunction, MIT thesis.
  • Ladusaw, William. 1979. Polarity sensitivity as inherent scope relations, Ph.D dissertation, University of Texas at Austin, IULC, 1980.