Hañ !, Heñ !, Yañ !

De Arbres
Révision datée du 28 août 2023 à 08:52 par Mjouitteau (discussion | contributions) (Remplacement de texte — « ]] » par «  [[ »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

L'interjection Hañ !, Heñ ! 'Einh !' focalise sur le véracité de la phrase (verum focus).


(1) Faoutet e gokenn, hañ !
fend.u son1 ciboulot einh
'Complètement marteau, einh !'
Standard, Kervella (2002b:52)


Morphologie

variation dialectale

(2) [bɛ᷉ ː paˈseːl ʁa bjuz ˈɐxə ˈgiʃə, ᷉ɛ]
Ben… Paseal a ra biou aze, e-giz-se, hein.
eh bien passer R fait à-côté comme-ça einh
'Eh bien, le fait est qu'il passe par ici, einh.'
Cornouaillais (Briec), Noyer (2019:249)


(3) Setu 'ta. E-kichen ar gwez-sapin ' chomer a-sav, hmm !
voici donc à-côté le arbres-sapin R reste.on à-debout hmm !
'C'est ça ! On s'arrête du côté de la sapinière, hmm !'
Standard, Monfort (2007:10)


(4) Sin an dañjer ' zo gantañ, Yañ !
signe le danger R1 est avec.lui einh !
'Il fait le signe du danger, einh !'
Standard, Bannoù-Heol (2000:35)


dérivation

La focalisation sur la véracité de la phrase peut basculer sémantiquement dans la grammaticalisation en Hañ ?, heñ ? qui réalise une particule interrogative.

Syntaxe

en périphérie gauche

(5) Hañ ! Hiziv emañ deiz Pesk-Ebrel !
Ah ! aujourd'hui est jour poisson-avril
'Ah ! C'est aujourd'hui le jour des poissons d'avril !'
Trégorrois, Duval (1961)


devant un nom tabou

(6) Hañ, Feiz ! Lipet e-neus e loa, ar paour-kêz paotr !
einh ! Foi ! léch.é a son1 cuillère le pauvre-cher garçon
'Et voilà ! Il est mort, le pauvre garçon !'
Trégorrois, Gros (1984:151)


(7) Hañ, fitamdaoula ! Setu tapet Fulup avat !
einh ! Nom.de.D… ! voici attrap.é Philippe donc !
' 'Einh, Nom.de.D… ! Voilà Philippe bien attrapé !'
Cornouaillais (Kerien), Boutier (1986)

À ne pas confondre

Avec une intonation ascendante, Hañ ?, heñ ? réalise une particule interrogative.

On trouve aussi Hañ… 'er… ben… ' en usage de remplisseur, et une interjection d'initiale de phrase A !, Hañ ! qui marque la surprise et la reconnaissance. Celle dernière a ritualisé en une salutation de type 'Bonjour !' (Ha deoc'h !).