Bec'h

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

Le nom bec'h dénote 'le poids, le fardeau'. Comme poan, il dénote aussi 'la douleur, la peine, le mal'.


(1) Me am-eus choukatet behiou keuneud euz ar hoad-ze!
moi R.1SG a nuque.N.é charge.s petit.bois de le 5bois-
'J'en ai transporté (sur mon dos) des fardeaux de bois (des fagots) depuis ce bois-là!'
Trégorrois, Gros (1984:358)


Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:23)
(2) Beh am-eus o kredi oa abalamour d'al louzou.
peine R.1SG-a à4 croire était à.cause de 1le plantes
'J'ai peine à croire que c’était grâce aux médicaments.'


Morphologie

dérivation

Gros (1984:385) donne skañveh 'charge trop légère sur l'avant' avec un adjectif antéposé skañv- 'léger'.


a-vec'h

L'adverbe composé a-vec'h, comme a-boan réalise aspectuellement un ingressif, qui marque l'entrée dans une action ou un état.


(3) a-vec’h em oa daou vloaz…
à1-peine R.1SG avait deux1 an
'J'avais à peine deux ans…'
Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:10)


(4) Eet e oant e moged, a-veh eur helh bennag e-touez al ludu.
allé R4 étaient en fumée à1-peine un 5cercle quelconque parmi le cendre
'Ils étaient partis en fumée, (restait) à peine quelque cerclage dans les cendres.'
Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:34)

Sémantique

poids abstrait

(5) bec’h ar rebechou war e goustians,
charge le reproches sur1 son1 conscience
'le poids des reproches sur sa conscience.'
Crocq (1924), cité dans Ar C’hog (1983:10)


bec'h dezhi, 'allons-y'

(6) Bec'h dezhi (de'i)

litt. 'charge à cela' > 'allons-y'
Fleuriot (2002:17)


ober bec'h

L'expression ober bec'h est, de façon compositionnelle, 'faire des efforts'. Pour Konan (2017:'bec'h'), ober bec'h da ub. se traduit par contrebalancer, faire obstacle à qq.


(7) Ur gaou plaset mat a ra bec'h d'ar wirionez.
un mensonge plac.é bien R fait ? à le 1vérité
'Un mensonge bien placé contrebalance la vérité.'
Trégorrois (Perros-Guirrec), Konan (2017:'bec'h')