-i (PL.)

De Arbres

Le suffixe -i sur un nom est une marque de pluriel.


(1) Ar bleizi 'zo er goadeg, eus emaint.
le loup.s R est en.le 1bois.ée P sont
'Le fait est que les loups sont dans le bois.' (bien sûr)
Menard & Kadored (2001:'eus')


Morphologie

allomorphes

Occasionnellement, le pluriel en -i remplace un pluriel plus répandu en -ed.


(2) ër mouézi a gae chèrr bélurèd d'ër saorn drant ma gae ar baotrèd d'ër mor
Ar maouezi a yae da serriñ pelured d'ar sadorn tra ma yae ar baotred d'ar mor.
le femmes R1 allait pour1 ramasser palourde.s pour1 le samedi pendant que4 allait le homme.s pour1 le mer
'Les femmes allaient ramasser des palourdes le samedi pendant que les hommes allaient en mer.'
Séné, Le Ruyet (2012b)


Trépos (1959:377) propose un allomorphe en -u y , qu'il illustre par ludu 'cendre', burlu 'digitales', c'hwibu 'moucherons', dans une affinité vocalique i / y des emprunts de type munut, du français minute, ou le breton burzhud, du latin virtutem. Puisqu'il n'existe pas en breton moderne de formes racines sans ce pluriel qui formeraient un singulier, il faut considérer ces noms pluriels en -u y comme des noms collectifs.


finales

On retrouve ce morphème dans les finales de pluriels en -idi. La présence d'un thème vocalique contenant l'élément /i/ dans la racine favorise surement son apparition.


(3) Ma houefen e veche avel Nort, e sarfen ar bouliji.
si4 savais R4 serait vent Nord R4 fermerais le volet.s
'Si je savais qu'il y aurait du vent du Nord, je fermerais les volets.'
Léonard (Plougerneau), M-L. B. (05/2016)

À ne pas confondre

Le nom meuleudi 'louange' est singulier. Son pluriel est meuleudioù 'louanges'.

Il existe aussi d'autres suffixes réalisés en -i, dont un suffixe de dérivation nominale.