Gwa

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

Gwa est une interjection de sens négatif, ce qui le raproche de gwazh 'pire'. C'est un interjection particulière en ce qu'lle nécessite, en breton moderne et en breton pré-moderne, que l'expérienceur soit amené par la préposition da.


(1) gwa d'ann dén euz a béhini é teû ar gwall skouér.
malheur à1'le personne de1 de1 lequel R4 vient le mal-1 exemple
'Malheur à celui qui donne le mauvais exemple.' Le Gonidec (1827:26)


Syntaxe

périphérie gauche

Comme typiquement les interjections, gwa peut être réitiéré en périphérie gauche.

(2) Gwa, gwa, gwa d'ar ré a choum war ann douar.
à1'le ceux R1 reste sur le terre
'Malheur à ceux qui restent sur la terre.' Le Gonidec (1827:329)


avec ou sans da

L'expérienceur est amené par la préposition da. En (3), Troude (1886:'hélas') montre une prépostion da amenant l'expérienceur pronominal ni. L'équivalent gwa-ni sans la préposition est grammatical aussi pour lui.


(3) gwa(z a ze) d'e-omp-ni, petra a c'hellimp-ni da lavaret da zeiz ar varn !
pire de1 ça à.nous-écho quoi R1 pourrons-écho de1 dire à1 jour le 1jugement
'Hélas ! que dirons- nous au jour du jugement ?' Troude (1886:'hélas')


  • Gwa d'an neb a gredfe tostaat ouz he skilfou, Troude (1855:40)


gwa evit

Nicolas (2005:30), en vannetais de Quistinic, donne gwa evidoc'h 'malheur à toi'.


Sémantique

optatif

Troude (1886) traduit 'hélas' par goa, gwa, gwaz a ze, goaz a ze "quand la phrase marque de la crainte" et par allas ou siwazh "quand la phrase marque de la douleur". Il semble plutôt que la différence se situe entre l'attitude envers un énoncé passé qui impose allas ou siwazh, et l'optatif gwa, tourné donc vers le futur ('malheur à X...').


Diachronie

Hemon (1975a:§51,9 et §213, fn) traite de gwa en moyen breton. A cette époque de la langue, l'expérienceur est direct, qu'il soit pronominal ou nominal. On voit que goa provoque une lénition sur le pronom indépendant.


  • goa-de Ierusalem, Jer. n.210.
'woe to thee, Jerusalem'
  • goa an map a atraper, Breton du XVI°, Pm. n.251.
'woe to the man who is caught!'