Différences entre les versions de « Doare »

De Arbres
m (Remplacement de texte — « colspan="10" » par « colspan="15" »)
m (Remplacement de texte — « "15" |' » par « "15" | ' »)
 
Ligne 43 : Ligne 43 :
||| [[&|et]] || [[pfi|moi]] || [[&|et]] || [[mont|aller]] || [[da|à]] [[POP|les]]<sup>[[2]]</sup> || [[kavout|trouver]] || [[&|et]] || [[goulenn|demander]] || [[ouzh|à]].[[pronom incorporé|eux]] || nouvelle || [[pe|ou]] || nouvelle || [[a-zivout|sur]] || [[kêr|ville]]  
||| [[&|et]] || [[pfi|moi]] || [[&|et]] || [[mont|aller]] || [[da|à]] [[POP|les]]<sup>[[2]]</sup> || [[kavout|trouver]] || [[&|et]] || [[goulenn|demander]] || [[ouzh|à]].[[pronom incorporé|eux]] || nouvelle || [[pe|ou]] || nouvelle || [[a-zivout|sur]] || [[kêr|ville]]  
|-  
|-  
|||colspan="15" |'Je fus les trouver et leur demandai quelque renseignement sur la ville... '  
|||colspan="15" | 'Je fus les trouver et leur demandai quelque renseignement sur la ville... '  
|-  
|-  
|||||||||||colspan="15" | ''Trégorrois'', [[Juluen (1935)|Juluen (1935]]:19)
|||||||||||colspan="15" | ''Trégorrois'', [[Juluen (1935)|Juluen (1935]]:19)

Version actuelle datée du 25 juin 2022 à 11:29

Le nom doare dénote une 'façon', 'mode', ou 'apparence'.


(1) Houmañ 'deus doare vad.
celle.ci a apparence1 bon
'Celle-ci a l'air bien.'
Léon, Kervella (2009:213)


Le nom doare dénote aussi une information nouvelle.


(2) Sur a-walc'h hoc'h eus klevet an doare.
sur assez 2PL+C a entend.u le nouvelle
'Sans doute avez-vous entendu la nouvelle.'
Favereau (1997:§593)


Morphologie

variation dialectale

Pour le haut-vannetais du XXI°, Delanoy (2010) donne doéré m., 'nouvelle'.

dérivation

La réduplication autour de la disjonction pe 'ou (bien)' est assez courante.


(3) Ha me ha mont d'o c'havout, ha goulenn outo doare pe doare a-zivout kêr...
et moi et aller à les2 trouver et demander à.eux nouvelle ou nouvelle sur ville
'Je fus les trouver et leur demandai quelque renseignement sur la ville... '
Trégorrois, Juluen (1935:19)


Évidentiel

evit doare, toare ! 'apparemment !'

La préposition evit peut servir de marqueur d'évidentialité, c'est-à-dire introduire le point de vue ou la source d'une information. Le syntagme evit doare forme un évidentiel générique.


(4) Alato ! Ha n'ouzoc'h ket evit doare eo difennet ...
Dites-donc ! et ne1 savez pas pour façon est défend.u
'Dites-donc ! Vous ne savez sans doute pas qu'il est défendu de... '
Standard, Biguet (2017:29)


La forme toare résulte d'un sandhi après la préposition evit. On trouve des formes grammaticalisées sans la réalisation morphologique de evit, mais toujours avec son sandhi.


(5) Achu eo ganeoc'h, toare.
fini est avec.vous apparemment
'Vous avez terminé, semble-t-il !'
Léon, Kervella (2009:189)

Sémantique

compétition lexicale et répartition dialectale

Sous le sens 'façon, apparence', le nom doare est en compétition lexicale avec les noms mod, giz et feson.

On trouve en concurrence pour le sens de 'paraître' les verbes seblantout et hañval, heñvaliñ, heñvelout, la construction diskouez bezañ, ou encore les constructions qui utilisent les noms dénotant 'l'apparence' comme seblant, feson, aer, ou liv (Liv ar skuizhder zo gantañ 'Il a l'air fatigué'). Tous les locuteurs n'ont pas accès à toutes ces constructions. À Plougerneau en Léon, M-L.B (10/2018) rejette comme agrammatical hañval et seblantout.