-ed (N.)

De Arbres

Le suffixe -ed obtient un nom abstrait singulier à partir d'une racine adjectivale ou verbale.


(1) Sammet eo bet gant ar hleñved.
chargé est été avec le 5malad.ie
'La maladie l'a emporté.'
Ar Merser (2009:'samma')


Kervella (1947:§837) donne sec'hed, kerzhed, kleved, kousked, taled, luc'hed, pec'hed, gwasked.

Goyat (2012:321) donne yehed 'santé', kleñved 'maladie', lehed 'largeur'.

Ménard (2012) donne elvoed, f. -où 'peupleraie'.

Helias (1986) donne traped 'piège'.


Morphologie

alternance apophonique

La suffixation en -ed change parfois la voyelle de la racine (klañv > kleñved, et yac'h > yec'hed, Kervella 1947:§837). On parle alors d'alternance apophonique.


base

La base peut être adjectivale (dued 'noirceur') ou verbale (gweled 'vue').


genre

La suffixation en -ed obtient normalement un nom masculin (contra Deshayes 2003:40).


(2) Ar housked da greisteiz a zo eet er-mêz pell 'zo.
le 5dormir.sfx à1 midi R est all.é dehors long y.a
'La sieste est supprimée depuis longtemps.'
Trégorrois, Gros (1984:393)


Les exceptions sont kened 'beauté' ainsi que les noms de lieux en -ed, tels que ar Faved (Kervella 1947:§837).

Les noms kammed 'pas' et kaoued 'cage' sont féminins et ne dénotent pas une entité abstraite. C'est aussi le cas de golc'hed 'couette', signalé par Le Gonidec (1850:21) comme une exception féminine.

nombre

Les noms en -ed ont un pluriel en -edoù.


(3) Ec'h ! E-giz-se vez tapet kleñvedoù !
Pouah ! comme-ça est trap.é malad.ie.s
'Pouah ! C'est comme ça qu'on attrape des maladies !'
Standard, Bzh5 (2007:16).

emprunt

Le suffixe -ed peut être renforcé par des emprunts au français.


(4) Jañn-Mari he-devoa prenet eur bufed koz digand honnez.
Jeanne-Marie 3SGF avait achet.é un buffet vieux d.avec celle.là
'Jeanne-Marie avait acheté un vieux buffet à celle-là.'
Trégorrois, (Gros 1970:163).

productivité

Goyat (2012:321) signale que pasianted 'patience' n'a pas de racine indépendante correspondante.

dérivation

En dérivation lexicale, le suffixe -ed disparaît de la racine, alors qu'il persiste en dérivation flexionnelle.

La carte 513 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de péché, des péchés en vannetais. Le nom singulier est pec'hed, et son pluriel morphémique en -où apparaît à sa droite, avec pec'hedoù, pec'hejoù. En dérivation lexicale cependant, la racine de pec'hed apparaît sans son /-et/ final dans le verbe pec'hiñ 'pécher' de la carte 513 bis.

Diachronie

Le suffixe -ed des noms de lieux latin a fusionné avec un autre suffixe en -ed formant des noms abstraits.

Les noms de lieux, masculins, dérivent des suffixes -id et -od du latin *‑ētum qui forme des noms de plantations (Fleuriot 1964:358). Irslinger (2014:98) propose que les noms de lieux féminins en -ed sont influencés par les noms de lieux en -eg.


Sémantique

Goyat (2012:321) note l'alternance entre les suffixes -ed et -ded dans sklêred/sklêrded 'clarté'.


À ne pas confondre

Il existe plusieurs suffixes qui finissent en -et, ed. Il existe en particulier un autre suffixe -ed, qui lui est un marqueur de pluriel.


Bibliographie

  • Buron, Gildas. 1998. 'Le suffixe breton -ed dans l'onomastique guérandaise', Bulletin de la Société Archéologique et Historique de Nantes et de Loire-Atlantique 133, 53-72.