Melc'hwed

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

Le nom melc'hwed du breton standard dénote des 'limaces'. Dans certains dialectes, il dénote aussi des 'escargots'.


(1) Er Frañs, an dud a zreb melfed.
dans.le France le 1gens R1 mange escargots
En France, ils mangent des escargots. Plougerneau, M-L. B. (04/2016)


Morphologie

variation et distribution dialectale

La carte 452 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de des limaces. L'ancien pluriel en -od du vieux breton apparaît encore dans l'Est du Léon, à Plouvorn, Santec et dans l'Île-de-Batz. Cette forme en -od est confirmée au XXI° à Kerlouan pour la dénotation 'escargots'.


(1) Er Frans e vez drebet melc'hod.
dans.le France R est mangé escargots
'En France on mange des escargots.' Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016)


A l'extrême sud vannetais, on trouve en concurrence pour des limaces les emprunts limased, limawed. A Plounévézel, on trouve biu lart, littéralement 'vaches grasses'.


Sémantique

distribution dialectale de la dénotation 'escargot'

La dénotation 'escargots' pour les différentes formes de melc'hwed n'est pas reconnue dans tous les dialectes. On trouve une forme du nom collectif melc'hwed 'escargots', melfed à Plougerneau ou melc'hod à Lesneven/Kerlouan. Dans la carte 452 de l'ALBB, les locuteurs cornouaillais de Plogoff et Plouhinec (près d'Audierne) ont manifestement cette dénotation 'escargots' car ils donnent pour des limaces melfed digrogen et melvet digroget, 'sans coquille'.

Lors de l'élicitation H. Gaudart (04/2016), la locutrice bilingue du cornouaillais et du standard hésite sur le nom traditionnel pour 'escargot'. La forme maligorn est finalement sélectionnée, mais traitée comme nouvelle.


(3) E Bro-Frañs ' vez debet maligorn'd.
dans pays France (R) est mangé escargot.s
'En France, ils mangent des escargots. ' Scaër/Bannalec, H. Gaudart (04/2016)


Au sud-ouest de la Cornouaille, Trépos (1982:39-40) donne le nom collectif blez, de singulier blezenn ou hypocoristiquement blaizou. Il cite une formulette d'Audierne: blaizou, blaizou, tenn da gorn emezou, etc., donnée dans Sauvé (1881-1883).