Cornouaillais

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

- fiche incomplète - en préparation.


Aire géographique

 Sébillot (1878:240):
 "Le dialecte de Cornouailles, le plus étendu de tous, comprend les arrondisssements entiers de Châteaulin, de Quimper et de Quimperlé, la partie sud des arrondissements de Brest et de Morlaix; il est en outre parlé dans les Côtes-du-Nord par quelques cantons des arrondissements de Guingamp et de Loudéac; dans le Morbihan, le canton de Faouet et celui de Gour[in] parlent un dialecte teinté fortement de vannetais, mais qui se rapproche encore plus du dialecte de Cornouailles.
 Le dialecte de Cornouailles est limité à l'ouest par la mer, au sud par la mer et par une ligne qui suit à peu près la limite du Morbihan et du Finistère; à l'ouest, la séparation et la rivière de Quimperlé, et la limite des cantons d'Arzano, de Gourin et de Faouet, et, après une ligne sud déjà indiquée qui correspond à la limite du Morbihan et des Côtes-du-Nord, il est limité par la partie française ou gallot de l'arrondissement de Loudéac. Au nord la limite est la même que la limite au sud du Léon et du Tréguier, c'est-à-dire une ligne correspondant aux massifs montagneux du Mené et des monts d'Arrée et venant aboutir à la rade de Brest entre Plougastel et Daoulas."
 Sébillot (1878:241):
 "Il existe en outre une colonie bretonnante à Trélazé (Maine-et-Loire), petite ville située à quelques kilomètres d'Angers. Elle se compose d'ouvriers ardoisiers originaires de la Bretagne et principalement de l'arrondissement de Châteaulin ; cette émigration remonte à quelques années seulement et tient à des causes économiques et industrielles."


Bibliographie