Boued

De Arbres

Le nom boued dénote la 'nourriture'.


(1) An dud ' larae dehi peneus "ah, rin ket boued kin...".
le 1gens R1 disait à.elle que ah ferai.je pas nourriture plus
'Les gens lui disaient "ah, je ne ferai plus la cuisine... '
Poullaouen, Favereau (1984:443)


Morphologie

variation et répartition dialectale

La carte 34 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de nourriture. On trouve surtout le nom boued, mais aussi un peu partout les dérivés de bevañ 'nourrir' bevañs, et parfois dans le Sud un dérivé de magañ 'nourrir', magadur ou magadurezh.

genre

C'est un nom masculin massique (Boued 'zo 'Il y a de la nourriture').

Pour le haut-vannetais du XXI°, Delanoy (2010) donne bouid f., 'nourriture', qui serait à vérifier.


dérivation

  • /bwed/, boued 'nourriture' > /'bwe:dɛn/, bouedenn 'partie comestible (par ex. d'un coquillage)'
  • ilboued 'appétit', ilboueduz 'appétissant', Merser (2009)


Le préfixe ol- obtient olboued 'manque de nourriture' (Menard & Bihan 2016-).


Sémantique

Le nom boued apparait dans de nombreux composés.


(2) Boued mor 'zo bet debet gant anin.
nourriture mer est été mang.é avec on
'On a mangé des fruits de mer ici.'
Cornouaillais (Scaër/Bannalec), H. Gaudart (04/2016b)


  • Boued ar groug !
'gibier de potence !'
Cornouaillais (Rostrenen), Koulmig Arvor (1934)


'herbe'

À Sein et à Houat, boed peut dénoter une 'herbe', ou 'mauvaise herbe' (var ar boed 'sur l'herbe', Cornouaillais (Sein), Fagon & Riou (2015:'boed').

La carte 221 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de (Va couper) de l'herbe. À Houat, le nom donné est boued. Il n'y a pas eu de réponse à Sein. Partout ailleurs, le nom donné est geot.


Ailleurs, il faut préciser 'nourriture des vaches, du bétail'.

  • boued chatal
'nourriture des vaches, du bétail'
Léonard, Abeozen 1986:58 pour 'fourrage').


'source de subsistance'

Par extension, boued dénote toute source de subsistance.


(3) 'Ba' "kuit" n'eus ket boued.
dans kuit ne y.a pas nourriture
'Ce n'est pas parce qu'on quitte le pays qu'on va nécessairement gagner sa croûte.'
Riec, Bouzeg (1986:I)


Expressions

'faire la cuisine, cuisiner'

Les expressions fardañ boued, aozañ boued et ober boued dénotent l'action de 'cuisiner, faire la cuisine'.


Horizons comparatifs

Delanoy (2010) mentionne l'emprunt gallo boëte, baïte, 'patée pour les cochons' et cite Schrijver (1995:223).