Fou !, Hou !, C'hou ! Fow !

De Arbres
Révision datée du 18 juillet 2023 à 12:04 par Mjouitteau (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

L'interjection Fou !, Hou !, C'hou !, Fow ! 'Ouf ! Pfuh !' exprime le soulagement. Sa morphologie n'est pas très stable en breton.


(1) Fou ! Chañs meus bet !
Oh ! chance 1SG.a eu
'Ouf ! J'ai eu de la chance !'
Standard, Biguet (2017:8)


Morphologie

idéophone

Cette interjection a une dimension idéophonique. Les fricatives sont en coïncidence articulatoire avec l'expiration non interrompue, relaxée, après un blocage de la respiration.


variation dialectale


(2) C'hou ! Pebezh tommadenn 'm eus bet !
Ouf ! quel chaud.ée R.1SG a eu
'Ouf !… Eh bien ! Je peux dire que j'ai eu chaud !'
Standard, An Here (2003:40)


(3) C'hou ! Aet int 'raok …
Ouf ! all.é sont en-avant
'Ouf ! Les voilà passés !'
Standard, An Here (1993:6)


(4) C'hou ! Tomm eo bet dimp !
Ouf ! chaud est été à.nous
'Ouf ! Nous l'avons échappé belle !'
Standard, An Here (1993:19)


(5) Fow ! N'emañ ket ma mignoned amañ !
Pfiew ! ne1 est pas mon2 ami.s ici
'Pfiew, mes amis ne sont pas là !'
Standard, Bannoù-Heol (2000:14)


longueur de la voyelle

Kerrain (2015b:296) utilise Fou ! et Fouuu ! 'Ouf !'. La version avec la voyelle allongée est utilisée après un stress plus grand (une rafle policière), et exprime un soulagement plus grand.


(6) Fou ! Pardonet he doa din.
Ouf ! pardonn.é R.3SGF avait à.moi
'Ouf ! Elle m'avait pardonnée.'
Standard, Kerrain (2015b:303)