Preñv

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

Le nom preñv dénote un 'ver', une 'larve'.


(1) Na gemerit két an aval-se en e greiz ez eus eur preñv. Léon, Seite & Stéphan (1957:102)
ne1 prenez pas le pomme-ci dans son1 milieu R est un ver
'Ne prenez pas cette pomme, il y a un ver au milieu.'


Morphologie

variation dialectale

Pour le haut-vannetais, Delanoy (2010) donne preñùed 'vers, asticots, larves'.


nombre

Stump (1989:265-6) donne la forme preñv du singulier, le pluriel preñved, le double pluriel preñvedoù. Il donne preñvedigoù comme un double pluriel discontinu.

Delanoy (2010) induit l'absence de forme preñv au singulier en haut-vannetais car il donne preñùed comme un nom collectif.


dérivation

Le préfixe am- et le diminutif ancien -an obtiennent amprevan 'insecte, vermine' (Kervella 1947:§875, Trépos 2001:75).


Sémantique

'ver de terre'

La variation dialectale des traductions de vers de terre, des vers de terres est documentée dans la carte 47 de l'ALBB. Le nom largement majoritaire pour 'ver de terre' est buzhug, mais on trouve aussi preñv-douar à Ploeren en haut-vannetais maritime. A côté, à Theix, on relève meuged. Delanoy (2010:'preñùed') ne donne que le sens 'ver, asticot, larve'. Il suggère qu'en haut-vannetais, les formes de buzhug sont absentes. Il déduit son existence passée de l'emprunt qui a donné le gallo beüc 'lombrig'.


'vers (parasite humain, animal)'

Delanoy (2010:'kos') donne en haut-vannetais du XXI° le nom collectif kos 'vers (dans le corps de l'homme ou des animaux)'. Il relève dans le Catholicon cocc traduisant curculio. Delanoy (2010) propose un emprunt roman, en relation avec le français cosse et le gallo côsson 'charançon'.