Kav, kev

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

Le nom kav, kev dénote une 'cave', une 'cavité' ou un 'creux'.


(1) An arrebeuri ne chom ket barzh e c'hav.
le mobilier ne1 reste pas dans son1 cave
'Le mobilier ne reste pas dans sa cave.'
Léon, M. Lincoln (05/2014)


Morphologie

variation dialectale

A Plougrescant, Le Dû (2012a:'kev') donne kévh 'souche' et son pluriel kévhyó.


dérivation

Le préfixe ez- donne ezkeviañ ('excaver, évider' , Cornillet 2020).

Diachronie

Les formes kev et kav descendent d'une même racine indo-européenne, mais la première passe par les langues celtiques, la seconde par un emprunt au domaine roman.

Les langues celtiques écrites donnent le moyen irlandais cúa 'creux, cavité', le moyen gallois keu, le gallois cau 'creux, fermé' (GPC), le cornique kew 'enclos, champ, clos' et le vieux breton cau 'fermé, couvert', puis le moyen breton queu 'concave, creux', et nom masculin 'cavité' attesté en 1499, puis kew en breton pré-moderne. Deshayes (2003:'kew') propose * kow-io- comme racine celtique commune. Matasović (2009) propose une forme adjectivale proto-celtique en * kuwo- 'creux', venant du proto-indo-européen * kewh2- 'caveau, trou' (IEW:592f.)

La forme en /a/ qui donne kav en breton moderne est attestée dès 1464 avec caff 'cave, creux, sous-sol'. Elle dérive de l'adjectif cognat latin cauus 'creux, vide' (CNRTL). Le breton moderne kavarn 'caverne' est un emprunt roman indépendant à caverne, du latin classique caverna 'grotte' (CNRTL).


Deshayes (2003:'kew') donne au gallois cau une origine celtique, mais Deshayes (2003:'kaw') lui donne une origine d'emprunt roman.

Deshayes (2003) postule un ancien composé en gou- + kev 'cave' qui aurait donné, avec des modifications de l'initiale du préfixe, mougev bougev, attesté comme mougueau en 1666 'grotte, caverne', ou encore dans les noms de lieu Kerougueau relevé en 1603 à Ergué-Gabéric. C'est cette même 'petite caverne' qu'on trouve dans le nom de lieu Mougau-Bihan, connu pour son allée couverte.