Accompagnement : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Bibliographie)
Ligne 1 : Ligne 1 :
L''''accompagnement''' est la plupart du temps exprimée au moyen de la [[préposition]] ''[[gant]]'', 'avec'.
+
L''''accompagnement''' est la plupart du temps exprimée au moyen de la [[préposition]] ''[[gant]]'' 'avec'.
  
  
Ligne 11 : Ligne 11 :
  
  
On note aussi l'usage des prépositions complexes ''[[e-dalc'h]]'' ub., ou bien ''[[e-kerz]]'' ub.
+
== Inventaire ==
 +
 
 +
On note aussi l'usage des prépositions complexes ''[[e-dalc'h]]'' ub., ou bien ''[[e-kerz]]'' ub. Le verbe ''[[kaout]]'' peut aussi être utilisé dans l'expression ''da ub. da gaout''.
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
| (2) || Pa ne oa ||benveg ebet ||'''dezhañ''' ||'''da gaout'''|||||| ''Trégorrois (Perros-Guirrec)'', [[Konan (2017)|Konan (2017]]:'da gaout')
 +
|-
 +
| ||  [[pa|quand]] [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[COP|était]] || outil [[ebet|aucun]] || [[da-à]].[[pronom incorporé|lui]] || [[da|de]]<sup>[[1]]</sup> [[kaout|avoir]]
 +
|-
 +
| ||colspan="4" | 'quand il n'avait aucun outil sous la main'
 +
|}
  
  
 
== Sémantique ==
 
== Sémantique ==
  
L'accompagnement est caractérisé par la non-permanence. Elle s'oppose en breton aux relations permanentes (2), dont la [[possession]], qui est amenée par le verbe ''[[kaout]]/endevout''.
+
L'accompagnement est caractérisé par la non-permanence. Elle s'oppose en breton aux relations permanentes (3), dont la [[possession]], qui est plutôt amenée par le verbe ''[[kaout]]/endevout''.
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (2) || Ar berranal ||'''a zo get''' Yann.||/|| Yann '''en deus''' ||berranal.
+
| (3) || Ar berranal ||'''a zo get''' Yann.||/|| Yann '''en deus''' ||berranal.
 
|-
 
|-
 
| || [[art|le]] court-souffle ||[[R]] [[zo|est]] [[gant|avec]] Yann|||| Yann 3SGM [[kaout|a]] || court-souffle
 
| || [[art|le]] court-souffle ||[[R]] [[zo|est]] [[gant|avec]] Yann|||| Yann 3SGM [[kaout|a]] || court-souffle
Ligne 41 : Ligne 52 :
  
 
*[[Gourmelon (2014)|Yann Gerven. 2014]].'an dalc'h', ''Yezhadur!, Alioù fur evit ar vrezhonegerien diasur'', Keit Vimp Bev, '''143-144'''.
 
*[[Gourmelon (2014)|Yann Gerven. 2014]].'an dalc'h', ''Yezhadur!, Alioù fur evit ar vrezhonegerien diasur'', Keit Vimp Bev, '''143-144'''.
 +
 
*[[Gourmelon (2014)|Yann Gerven. 2014]]. 'Il me reste... ''chom a ra din''? ''chom a ra ganin''?', ''Yezhadur!, Alioù fur evit ar vrezhonegerien diasur'', Keit Vimp Bev, '''145-146'''.
 
*[[Gourmelon (2014)|Yann Gerven. 2014]]. 'Il me reste... ''chom a ra din''? ''chom a ra ganin''?', ''Yezhadur!, Alioù fur evit ar vrezhonegerien diasur'', Keit Vimp Bev, '''145-146'''.
 +
  
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]

Version du 6 février 2019 à 16:26

L'accompagnement est la plupart du temps exprimée au moyen de la préposition gant 'avec'.


(1) Aet eo da bourmen gant e vreur.
allé est pour1 promener avec son1 frère
'Il est allé se promener avec son frère.' Kervella (1947:§724)


Inventaire

On note aussi l'usage des prépositions complexes e-dalc'h ub., ou bien e-kerz ub. Le verbe kaout peut aussi être utilisé dans l'expression da ub. da gaout.


(2) Pa ne oa benveg ebet dezhañ da gaout Trégorrois (Perros-Guirrec), Konan (2017:'da gaout')
quand ne1 était outil aucun da-à.lui de1 avoir
'quand il n'avait aucun outil sous la main'


Sémantique

L'accompagnement est caractérisé par la non-permanence. Elle s'oppose en breton aux relations permanentes (3), dont la possession, qui est plutôt amenée par le verbe kaout/endevout.


(3) Ar berranal a zo get Yann. / Yann en deus berranal.
le court-souffle R est avec Yann Yann 3SGM a court-souffle
'Yann est essouflé (d’avoir fait un effort physique important).'/
'Yann souffre d’un problème respiratoire.' Haut-vannetais, Louis (2015:113)


Gourmelon (2014:144) considère agrammatical l'usage de la préposition d'accompagnement gant pour les relations de possession inaliénable (comme * Kigennoù solut zo ganin, pour 'J'ai des muscles solides', ou * Daoulagad du zo gantañ pour 'Il a les yeux noirs').


Terminologie

Kervella (1947:§724) utilise le terme de renadenn emheuliad. Gourmelon (2014) utilise le terme an dalc'h.


Bibliographie

  • Yann Gerven. 2014.'an dalc'h', Yezhadur!, Alioù fur evit ar vrezhonegerien diasur, Keit Vimp Bev, 143-144.
  • Yann Gerven. 2014. 'Il me reste... chom a ra din? chom a ra ganin?', Yezhadur!, Alioù fur evit ar vrezhonegerien diasur, Keit Vimp Bev, 145-146.