Fleuriot (1970-71:552-553)

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

... à propos de la 'figure étymologique', où l'objet d'un verbe répète le contenu lexical de ce verbe.

 ..."Nous avons cité dans le GVB. §185 note 2, un exemple en vbr. [vieux breton] mais la tournure, il faut le souligner, est devenue rare en breton plus tardif. Les exemples n'ont jamais été groupés mais nous doutons qu'ils soient nombreux. C'est pourquoi il est important de les relever quand il s'en rencontre. 
 
 Nous croyons qu'il en existe un exemple très net au vers 116 du Mirouer de la Mort; une erreur de traduction d'Ernault - une fois n'est pas coutume - contribue à le rendre moins évident. Voici le passage:
 
 
(1) Ober pas so hasou, hep gaou pan dezraouet
Ha neubeudic en merz nep á guerz é querzet
Euit se anezaff, contaff ne-n nachaff quet
Da den pan tremeno, eno a vezo ret.
 Traduction d'Ernault: 
 "Faire un pas est simple, sans mentir quand on commencera 
 et il le remarque bien peu celui qui vend sa marche. 
 Pourtant de rendre compte de cela, je ne le nie pas, 
 A l'homme quand il passera, là, il sera nécessaire."
 
 Ernault voit dans guerz, v.1116 le verbe guerz, "il vend", inf. guerzaff, ce qui donne une traduction assez étonnante.
 
 Il est préférable d'y voir le verbe querzet "marcher, cheminer" [...]. Nous pensons qu'il faut rendre le v.116 mot pour mot par:
 "et il le remarque peu (le pas) celui qui marche de sa marche", en français correct 
 "et celui qui chemine fait peu attention à un pas".
 
 guerz "il marche" et querzet, "fait de marcher, marche" nom verbal, ont tous deux le radical querz- en moyen breton [Kerð] et constituent un exemple très notable de la "figure étymologique". 
 
 Dans la Destruction de Jerusalem dont les fragments ont été récemment publiés par MM. R. Hemon et Gw. Le Menn on peut relever au moins un exemple assez net. 
 On lit dans le fragment 60: saff ez saff ha trauell "lève-toi et travaille", littéralement "lève-toi dans ta position debout". 
 C'est la traduction de R. Hemon qui rappelle que la tournure est encore vivante et cite d'autres exemples tels, dans Jésus p.148 
 sevel ma goaf en e saf sonn "élevez ma lance tout droit", 
 et dans le recueil de A. Troude et G. Milin "Ar marvailler Brezounek", Brest 1870, p. 56, 
 ar roue a zavas enn he zav "le roi se leva"."...


Bibliographie

  • Fleuriot, L. 1997. Notes lexicographiques et philologiques (langues celtiques), rééd. d'articles parus dans les Etudes Celtiques avec un index général établi par Gwennole Le Menn, Skol. p.46-47.