-eg (langue) : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(diachronie)
 
(4 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
Le suffixe ''-eg'', lorsqu'il s'affixe sur une base adjectivale, obtient un nom de langue.
+
Le [[suffixe]] ''-eg'', lorsqu'il s'[[affixe]] sur une base [[adjectivale]], obtient un [[nom]] de langue. C'est aussi un adverbe (''ur vaouez vrezhoneg'', 'une brittophone', [[Gourmelon (2014)|Gourmelon (2014]]:63).
  
  
Ligne 15 : Ligne 15 :
 
Les noms de langues en ''-eg'' prennent un pluriel en ''[[-où]]''.
 
Les noms de langues en ''-eg'' prennent un pluriel en ''[[-où]]''.
  
== Diachronie ==
 
  
[[Zimmer (2000)|Zimmer (2000]]:497) propose de dériver le gallois moderne ''saesneg'', 'anglais' d’un [[emprunt]] direct du latin vulgaire ''saxonica lingua''. Selon [[Deshayes (2003)|Deshayes (2003]]:41), le suffixe de nom de langue ''-eg'' vient du suffixe latin ''-ica'', qui a donné en cornique le suffixe ''-ek'' et en gallois le suffixe ''-eg''.
+
== Diachronie et horizons comparatifs ==
 +
 
 +
[[Zimmer (2000)|Zimmer (2000]]:497) propose de dériver le gallois moderne ''saesneg'' 'anglais' d’un [[emprunt]] direct du latin vulgaire ''saxonica lingua''. Selon [[Deshayes (2003)|Deshayes (2003]]:41), le suffixe de nom de langue ''-eg'' vient du suffixe latin ''-ica'', qui a donné en cornique le suffixe ''-ek'' et en gallois le suffixe ''-eg''.
 +
 
 +
Le suffixe ''-eg'' pourrait aussi avoir une origine brittonique ([[Schrijver (1995)|Schrijver 1995]]:106f., [[Irslinger (2002)|Irslinger 2002]]:205f.), avec un composé de l’adjectif celtique *''‑ĭkā'' et du nom féminin pour 'langue' qui a donné ''[[yezh]]'' en breton moderne.
 +
 
 +
Les termes dénotant les langues sont masculins en cornique et en breton, et féminins en gallois ([[Irslinger (2014)|Irslinger 2014]]:90).
  
Le suffixe ''-eg'' pourrait aussi avoir une origine brittonique ([[Schrijver (1995)|Schrijver 1995]]:106f., [[Irslinger (2002)|Irslinger 2002]]:205f.), avec un composé de l’adjectif celtique *''‑ĭkā'' et du nom féminin pour 'langue' qui a donné ''yezh'' en breton moderne.
 
  
 
== A ne pas confondre ==
 
== A ne pas confondre ==
  
 
Il existe beaucoup de morphèmes différents réalisés en <font color=green>/ɛk, ɛg/</font color=green>. Ils sont inventoriés [[-eg|ici]].  
 
Il existe beaucoup de morphèmes différents réalisés en <font color=green>/ɛk, ɛg/</font color=green>. Ils sont inventoriés [[-eg|ici]].  
 +
 +
 +
== Bibliographie ==
 +
 +
* [[Gourmelon (2014)|Yann Gerven. 2014]]. ' ''brezhoneg'', pe ''brezhoneger'' ?', ''Yezhadur!, Alioù fur evit ar vrezhonegerien diasur'', Keit Vimp Bev, '''63-64'''.
  
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:suffixes|Categories]]
 
[[Category:suffixes|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]
 
[[Category:noms|Categories]]

Version actuelle datée du 13 février 2019 à 11:22

Le suffixe -eg, lorsqu'il s'affixe sur une base adjectivale, obtient un nom de langue. C'est aussi un adverbe (ur vaouez vrezhoneg, 'une brittophone', Gourmelon (2014:63).


(1) brezhoneg, 'breton'


Morphologie

genre

Les noms de langues en -eg sont toujours masculins.

nombre

Les noms de langues en -eg prennent un pluriel en -où.


Diachronie et horizons comparatifs

Zimmer (2000:497) propose de dériver le gallois moderne saesneg 'anglais' d’un emprunt direct du latin vulgaire saxonica lingua. Selon Deshayes (2003:41), le suffixe de nom de langue -eg vient du suffixe latin -ica, qui a donné en cornique le suffixe -ek et en gallois le suffixe -eg.

Le suffixe -eg pourrait aussi avoir une origine brittonique (Schrijver 1995:106f., Irslinger 2002:205f.), avec un composé de l’adjectif celtique *‑ĭkā et du nom féminin pour 'langue' qui a donné yezh en breton moderne.

Les termes dénotant les langues sont masculins en cornique et en breton, et féminins en gallois (Irslinger 2014:90).


A ne pas confondre

Il existe beaucoup de morphèmes différents réalisés en /ɛk, ɛg/. Ils sont inventoriés ici.


Bibliographie

  • Yann Gerven. 2014. ' brezhoneg, pe brezhoneger ?', Yezhadur!, Alioù fur evit ar vrezhonegerien diasur, Keit Vimp Bev, 63-64.