Vocatif

De Arbres
Révision datée du 4 décembre 2012 à 18:29 par Mjouitteau (discussion | contributions) (horizons comparatifs)
Aller à : navigation, rechercher

Les pronoms vocatifs sont des pronoms d'adresse.

Gros (1984:100,208) les signale comme des pronoms explétifs, c'est-à-dire sans contenu sémantique.

Ces pronoms d'adresse sont à la deuxième personne. Ils ont l'air restreints à cette forme pronominale au cas direct, aux personnes secondes du singulier et du pluriel.


(1) N'eo ket awalh ar boan a vez, med ar frejou a vez, te!
ne est pas assez le peine R est mais le frais R est, 2SG
'C'est pas le tout, le mal que l'on a, mais les frais qu'on a, toi! rends-toi compte!).' trégorrois, Gros (1984:100)


(2) An arhant a ya e-kerz hennez, c'hwi!
le argent R va en.possession celui.là 2PL
'(mais) l'argent qu'il me coûte, celui-là... vous! (ne comprenez-vous pas?)' trégorrois, Gros (1984:101)


(3) Ar re-ze zo pinvidik, te!
le ceux-ci est riche, 2SG
'Mais (dis-donc), ceux-là sont riches! (sous entendu: tu as l'air d'en douter).' trégorrois, Gros (1984:208)


horizons comparatifs

Dans les langues qui ont un riche système casuel, comme le tchèque ci-dessous, le cas vocatif est aussi marqué morphologiquement sur les groupes nominaux.


(4) Kamaráde, co ten stál peněz!
camarade.VOC quoi.ACC lui.NOM moi.DAT déjà couta argent.GEN
'Mon ami, qu'est-ce qu'il m'a déjà couté d'argent!' tchèque, M.Rezac [01/2010]