Différences entre les versions de « Verbes à montée »

De Arbres
Ligne 16 : Ligne 16 :




Les verbes à montée n'assignent pas de [[rôle thématique]] à leur sujet. Cette propriété est visible dans les phrases françaises ou anglaises où ils sont précédés d'un [[explétif]]. Encore une fois, il est plus malaisé d'observer ceci dans la langue bretonne car l'explétif est un explétif vide, non-réalisé phonologiquement (mais indéfini, donc décelable par l'auxiliaire particulier ''[[ez eus]]'' qu'il déclenche).
Les verbes à montée n'assignent pas de [[rôle thématique]] à leur sujet. Cette propriété est immédiatement visible dans les phrases françaises ou anglaises où ils sont précédés d'un [[explétif]] (''it'', ''il''). Encore une fois, il est plus malaisé d'observer ceci dans la langue bretonne car l'explétif est un [[pronom vide|explétif vide]], non-réalisé phonologiquement (mais [[indéfini]], donc décelable par l'auxiliaire particulier ''[[ez eus]]'' qu'il déclenche).
Il reste un paradigme où observer en breton la propriété que les verbes à montées ont de ne pas assigner de rôle thématique à leur sujet: celui des [[expression idiomatique|expressions idiomatiques]].
Il y a cependant un paradigme où on peut observer en breton cette propriété qu'ont les verbes à montées de ne pas assigner de rôle thématique à leur sujet. Ce paradigme est celui des [[expression idiomatique|expressions idiomatiques]].





Version du 15 novembre 2012 à 15:28

Les verbes à montée imposent le mouvement du sujet de leur complément dans leur propre position de sujet, lorsque cette position n'est pas indépendamment remplie par un explétif.


Ce sont les verbes comme seem en anglais, ou sembler en français standard.


  • It seems that [ he loves crêpes ] .
  • He seems to love crêpes.


  • Il semble qu' [ il aime les crêpes ] .
  • Il semble aimer les crêpes.


En breton, observer les verbes à montée n'est pas aussi aisé que dans les langues SVO où le sujet apparaît à la gauche du verbe, car puisque l'ordre des mots en breton est VSO, c'est à dire que le site d'apparition canonique du sujet est post-verbal, la montée d'une position de sujet du complément à une position de sujet du verbe de la matrice peut n'être pas du tout visible dans l'ordre des mots de la phrase.


Les verbes à montée n'assignent pas de rôle thématique à leur sujet. Cette propriété est immédiatement visible dans les phrases françaises ou anglaises où ils sont précédés d'un explétif (it, il). Encore une fois, il est plus malaisé d'observer ceci dans la langue bretonne car l'explétif est un explétif vide, non-réalisé phonologiquement (mais indéfini, donc décelable par l'auxiliaire particulier ez eus qu'il déclenche). Il y a cependant un paradigme où on peut observer en breton cette propriété qu'ont les verbes à montées de ne pas assigner de rôle thématique à leur sujet. Ce paradigme est celui des expressions idiomatiques.


Terminologie

En anglais, le terme pour 'verbe à montée' est raising-verb.

Bibliographie

  • Jouitteau, M. 2012.b, ‘Phi-feature agreement : the distribution of the Breton bare and prepositional infinitives with the preposition da', Frota, Gonçalves, Moia & Sabtos (éds.), Journal of Portuguese Linguistics 11 :1, 99-119. pdf sur lingbuzz /001483
  • Stephens, J. 1990. ‘Non-finite Clauses in Breton’, Celtic Linguistics: Readings in the Brythonic Languages, Ball, Fife, Poppe, Rowland, Celtic Linguistics: Readings in the Brythonic Languages Festschrift for T. Arwyn Watkins, Current Issues in Linguistic Theory 68, Benjamins, 151-166.
  • Stephens, J. 1982. Word order in Breton, Ph.D. thesis, School of Oriental and African Studies, University of London.
  • Tallerman, M. 1997. ‘Infinitival clauses in Breton.’, Canadian Journal of Linguistics, Special issue: Topics in Celtic Syntax, 205-233.