Truez : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Diachronie et horizons comparatifs)
(Diachronie et horizons comparatifs)
Ligne 112 : Ligne 112 :
 
== Diachronie et horizons comparatifs ==
 
== Diachronie et horizons comparatifs ==
  
[[Deshayes (2003)|Deshayes (2003]]:'tru') propose un celtique commun ''[[*]] tro(u)go-'', donnant le gaulois ''trougo-'' 'malheureux' le vieil irlandais ''trùag'' 'malheureux', le gallois ''tru'' 'misérable, malheureux, pitoyable', le cornique ''tru'' 'hélas' et ''truan'' 'misérable, pauvre, malheureux'.   
+
[[Matasović (2009)]] postule un adjectif proto-celtique ''[[*]] trowgo-'' 'désolé, triste', donnant le nom propre gaulois ''Trouceti-marus'', le vieil irlandais ''trúag, tróg'', le vieux gallois et le moyen gallois ''tru'', le cornique ''tru''.
 +
 
 +
[[Deshayes (2003)|Deshayes (2003]]:'tru') propose un celtique commun ''[[*]] tro(u)go-'', donnant le gaulois ''trougo-'' 'malheureux', le vieil irlandais ''trùag'' 'malheureux', le gallois ''tru'' 'misérable, malheureux, pitoyable', le cornique ''tru'' 'hélas' et ''truan'' 'misérable, pauvre, malheureux'.   
  
 
En [[vieux breton]], [[Deshayes (2003)]] donne la forme ''truu'' (v.1050). [[Evans & Fleuriot (1985)]] relèvent ''tru'' et ''trued'', qu'ils traduisent par 'pitié, humanité'.  
 
En [[vieux breton]], [[Deshayes (2003)]] donne la forme ''truu'' (v.1050). [[Evans & Fleuriot (1985)]] relèvent ''tru'' et ''trued'', qu'ils traduisent par 'pitié, humanité'.  

Version du 7 janvier 2021 à 15:14

Le nom truez dénote la 'pitié'.


(1) Anez am oa true, vijen ket deut aman.
sans R.1SG avais pitié serais pas venu ici
'Si je n'avais eu pitié, je ne serais pas venu ici.'
Kergrist-Moëlou, Le Garrec (1901:64)


Morphologie

variation dialectale

La carte 592 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de '(Ayez) pitié'.


dérivation

L'adjectif truezek 'pitoyable, qui évoque de la pitié' est construit avec le suffixe adjectival -ek.


(2) Ur gér truhek é Karnasen-man.
un village pitoy.ant est Karnasen-
'Ce Karnasen est un VILLAGE MISERABLE.'
Schapansky (1996:101), citant Jaffré (1986:16)


L'adjectif 'sans pitié, qui n'a pas de pitié' se construit avec le préfixe privatif di-.


(3) Méd ni pa welem kement-se, a veze didruez ouz ar filouter... Léon, Seite & Stéphan (1957:107)
mais nous quand1 voyions autant-ça R1 était sans1.pitié pour le filou
'Mais nous quand on voyait cela, on était sans pitié pour le filou...'


genre

C'est un nom féminin.


(4) Un druez e vefe d'ur gumun evel homañ ...
un 1pitié R serait à'un1 commune comme celle-ci
'Ce serait une pitié pour une commune comme celle-ci....'
Léonard/standard, Drezen (1947:18)


Syntaxe

ouzh

(1) Truez am-eus outañ.
pitié R.1SG-a à.lui
'J'ai de la pitié pour lui.'
Ar Merser (2009:§ 'inspirer')


Sémantique

alternatives

Comme en français, le mot trugarez 'merci' fait concurrence à truez 'pitié' (cf. sans pitié, sans merci).


(2) N'am euz foeltr tamm ezom dimeuz e drugarez.
ne1'1SG a foutre morceau besoin de son1 merci
'Je n'ai pas le moindre besoin de sa pitié.'
Haute-Cornouaille (Kergrist-Moëlou), Le Garrec (1901:57)


sellout a druez, 'prendre en pitié'

(3) Sellit a drue eus eun den reuzeudik, c'houi pere a zo yac'h ha divac'hagn.
regardez en1 pitié de un homme malheureux vous quel.ceux R est sain et valide
'Prenez en pitié le malheureux, vous qui êtes valide et en bonne santé.'
Bas-Trégor, Al Lay (1925:37)


Diachronie et horizons comparatifs

Matasović (2009) postule un adjectif proto-celtique * trowgo- 'désolé, triste', donnant le nom propre gaulois Trouceti-marus, le vieil irlandais trúag, tróg, le vieux gallois et le moyen gallois tru, le cornique tru.

Deshayes (2003:'tru') propose un celtique commun * tro(u)go-, donnant le gaulois trougo- 'malheureux', le vieil irlandais trùag 'malheureux', le gallois tru 'misérable, malheureux, pitoyable', le cornique tru 'hélas' et truan 'misérable, pauvre, malheureux'.

En vieux breton, Deshayes (2003) donne la forme truu (v.1050). Evans & Fleuriot (1985) relèvent tru et trued, qu'ils traduisent par 'pitié, humanité'.

Deshayes (2003) relève au début du XVI° tru, réalisant le nom 'hère' et l'adjectif 'misérable'. En breton moderne, la forme tru a disparu, au profit de truez 'pitié'. On la voit encore dans le nom dérivé trugarez 'merci'.