Troad : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(7 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 3 : Ligne 3 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (1) ||Doc'h pep '''troad''' ||n'eo ket mat ||pep ||botez.
+
|(1)|| Doc'h || pep || '''troad''' ||n'eo || ket || mat ||pep ||botez.
 
|-
 
|-
||| [[diouzh|de]] [[pep|chaque]] pied || [[ne]] [[COP|est]] [[ket|pas]] [[mat|bon]] || [[pep|chaque]] || [[botez|chaussure]]   
+
||| [[diouzh|de]] || [[pep|chaque]] || pied || [[ne]] [[COP|est]] || [[ket|pas]] || [[mat|bon]] || [[pep|chaque]] || [[botez|chaussure]]   
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'Toute chaussure n'est pas bonne à tout pied.' |||| ''Cornouaillais de l'Est maritime (Riec)'', [[Bouzeg (1986)|Bouzeg (1986]]:II)
+
|||colspan="10" | 'Toute chaussure n'est pas bonne à tout pied.'  
 +
|-
 +
|||||||||colspan="10" |''Cornouaillais (Riec)'', [[Bouzeg (1986)|Bouzeg (1986]]:II)
 
|}
 
|}
  
  
 
== Morphologie ==
 
== Morphologie ==
 +
 +
=== variation dialectale ===
 +
 +
Pour le haut-vannetais, [[Delanoy (2010)]] donne ''troed, treid'' 'pied, pieds'.
 +
  
 
=== nombre ===
 
=== nombre ===
  
Le pluriel simple de ''troad'' est un [[pluriel interne]] avec les deux voyelles contigûes, ce qui donne ''treid''.
+
Le pluriel simple de ''troad'' est un [[pluriel interne]] avec les deux voyelles contiguës, ce qui donne ''treid''. [[Stump (1989)|Stump (1989]]:262) donne à côté du pluriel simple ''treid'' le [[double pluriel]] ''treidoù''.
+
 
[[Stump (1989)|Stump (1989]]:262) donne à côté du pluriel simple ''treid'' le [[double pluriel]] ''treidoù''.
+
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|(2)|| Ma || '''dreid''' || a || goeñf.
 +
|-
 +
||| [[POSS|mon]]<sup>[[2]]</sup> || pied.[[pluriel interne|s]] || [[R]]<sup>[[1]]</sup> || [[koeñv|gonfl]].3SG
 +
|-
 +
||| colspan="10" | 'J'ai les pieds qui gonflent.'
 +
|-
 +
|||||||||colspan="10" |''Cornouaillais (Locronan)'', A-M. Louboutin (10/2021)
 +
|}
  
  
Ligne 26 : Ligne 42 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(2)|| Ret ||e oa pouezañ || war an droad'''ikell'''|| pe heuliañ anezhi.||||''Morlaix'', [[Herri (1982)|Herri (1982]]:85)
+
|(3)|| Ret || e || oa || pouezañ || war || an droad'''ikell'''|| pe || heuliañ || anezhi.
 +
|-
 +
||| [[ret|obligé]] || [[R]]<sup>[[4]]</sup> || [[COP|était]] || peser || [[war|sur]] || [[art|le]] pied.[[-ikell|sfx]] || [[pe|ou]]<sup>[[1]]</sup> || [[heuliañ|suivre]] || [[a|P]].[[pronom incorporé|elle]]
 
|-
 
|-
| || [[ret|obligé]] || [[R]]<sup>[[4]]</sup> [[COP|était]] peser || [[war|sur]] [[art|le]] pied.[[-ikell|sfx]] || [[pe|ou]]<sup>[[1]]</sup> [[heuliañ|suivre]] [[a|P]].[[pronom incorporé|elle]]
+
|||colspan="10" | 'Il fallait pousser sur les pédales, ou les suivre.'
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'Il fallait pousser sur les pédales, ou les suivre.'
+
|||||||||colspan="10" |''Morlaix'', [[Herri (1982)|Herri (1982]]:85)
 
|}
 
|}
  
Ligne 44 : Ligne 62 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(3)|| Ne dalv ket|| ar boan dit|| klask pemp '''troad''' ||d'ar maout.
+
|(4)|| Ne || dalv || ket|| ar boan || dit || klask || pemp || '''troad''' ||d'ar || maout.
 
|-
 
|-
| || [[ne]]<sup>[[1]]</sup> [[talvezout|vaut]] [[ket|pas]]  || [[art|le]]<sup>[[1]]</sup> [[poan|peine]] [[da|à]].[[pronom incorporé|toi]] || [[klask|chercher]] [[les numéraux cardinaux|cinq]] patte || [[da|à]]'[[art|le]] [[maout|bélier]]
+
||| [[ne]]<sup>[[1]]</sup> || [[talvezout|vaut]] || [[ket|pas]]  || [[art|le]]<sup>[[1]]</sup> [[poan|peine]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|toi]] || [[klask|chercher]] || [[les numéraux cardinaux|cinq]] || patte || [[da|à]] [[art|le]] || [[maout|bélier]]
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'Ce n'est pas la peine que tu cherches cinq pattes au bélier (au mouton).'
+
|||colspan="10" | 'Ce n'est pas la peine que tu cherches midi à quatorze heures.'
 
|-
 
|-
|||colspan="4" | 'Ce n'est pas la peine que tu cherches midi à quatorze heures.'||||||||||''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:143)   
+
|||||||||colspan="10" |''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:143)   
 
|}
 
|}
  
Ligne 58 : Ligne 76 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
|(4)|| Setu-me || ruz || penn-kil-ha-'''troad'''... ||||''Léon (Bodilis)'', [[Ar Floc'h (1985)| Ar Floc'h (1985]]:22)
+
|(5)|| Setu-me || ruz || penn-kil-ha-'''troad'''...
 +
|-
 +
||| [[setu|voici]]-[[pfi|moi]] || [[ruz|rouge]] || [[penn|tête]]-[[kil|dos]]-[[&|et]]-pied
 
|-
 
|-
| || [[setu|voici]] [[pfi|moi]] || [[ruz|rouge]] || [[penn|tête]]-N-[[&|et]]-pied
+
|||colspan="10" |'Me voila rouge de la tête aux pieds...'
 
|-
 
|-
|||colspan="4" |'Me voila rouge de la tête aux pieds...'  
+
|||||||colspan="10" |''Léon (Bodilis)'', [[Ar Floc'h (1985)| Ar Floc'h (1985]]:22)
 
|}
 
|}
  
Ligne 75 : Ligne 95 :
  
 
* 'de la tête aux pieds' peut se traduire par ''betek an douar'' ([[Dottin (1921)|Dottin 1921]]).
 
* 'de la tête aux pieds' peut se traduire par ''betek an douar'' ([[Dottin (1921)|Dottin 1921]]).
 +
  
 
== Diachronie ==
 
== Diachronie ==
Ligne 82 : Ligne 103 :
  
 
   [[Favereau (2018)]]:
 
   [[Favereau (2018)]]:
   "le glossaire de Vienne (dit d'Endlicher), qui contient une douzaine de termes en gaulois tardif glosé en latin, peut-être de la région de Bordeaux autour du ve siècle, nous fournit la forme ''treide'' (glosé en latin tardif « pede », soit cas final de « pied » – issu de l’accusatif « pedem » / « pes »).
+
   "le glossaire de Vienne (dit d'Endlicher), qui contient une douzaine de termes en [[gaulois]] tardif glosé en latin, peut-être de la région de Bordeaux autour du Ve siècle, nous fournit la forme ''treide'' (glosé en latin tardif « pede », soit cas final de « pied » – issu de l’accusatif « pedem » / « pes »).
   D’évidence, cette forme est extrêmement proche du pluriel breton actuel ''treid'', [[pluriel interne]] de ''troad'' (''troed'' gallois a pour pluriel la forme correspondante ''traed''), alors que la forme en gaulois plus ancien était ''traget-'' (qui a de même laissé des traces dans des mots dialectaux comme le « vautre »)."
+
   D’évidence, cette forme est extrêmement proche du pluriel breton actuel ''treid'', [[pluriel interne]] de ''troad'' (''troed'' gallois a pour pluriel la forme correspondante ''traed''), alors que la forme en [[gaulois]] plus ancien était ''traget-'' (qui a de même laissé des traces dans des mots dialectaux comme le « vautre »)."
 +
 
  
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==

Version du 30 octobre 2021 à 21:15

Le nom troad dénote un 'pied'. En vocabulaire grammatical, troad dénote un 'cas' (cf. système casuel).


(1) Doc'h pep troad n'eo ket mat pep botez.
de chaque pied ne est pas bon chaque chaussure
'Toute chaussure n'est pas bonne à tout pied.'
Cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:II)


Morphologie

variation dialectale

Pour le haut-vannetais, Delanoy (2010) donne troed, treid 'pied, pieds'.


nombre

Le pluriel simple de troad est un pluriel interne avec les deux voyelles contiguës, ce qui donne treid. Stump (1989:262) donne à côté du pluriel simple treid le double pluriel treidoù.


(2) Ma dreid a goeñf.
mon2 pied.s R1 gonfl.3SG
'J'ai les pieds qui gonflent.'
Cornouaillais (Locronan), A-M. Louboutin (10/2021)


dérivation

Le suffixe -ikell obtient le nom concret troadikell 'pédale'.


(3) Ret e oa pouezañ war an droadikell pe heuliañ anezhi.
obligé R4 était peser sur le pied.sfx ou1 suivre P.elle
'Il fallait pousser sur les pédales, ou les suivre.'
Morlaix, Herri (1982:85)


Le nom composé troad hed 'longueur d'un pied' a donné la forme troadad (Kervella 1947:§830).

Le verbe troadañ signifie 'planter, mettre sur pied'. Lambert (1995b:299) note que "plantañ / troadañ ur rozenn 'planter une rose' a des sens érotiques et argotiques, 'baiser'."

Expressions idiomatiques

klask pemp troad d'ar maout 'chercher midi à quatirze heures'

(4) Ne dalv ket ar boan dit klask pemp troad d'ar maout.
ne1 vaut pas le1 peine à.toi chercher cinq patte à le bélier
'Ce n'est pas la peine que tu cherches midi à quatorze heures.'
Trégorrois, Gros (1984:143)


penn-kil-ha-troad 'de la tête aux pieds'

(5) Setu-me ruz penn-kil-ha-troad...
voici-moi rouge tête-dos-et-pied
'Me voila rouge de la tête aux pieds...'
Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:22)


à ne pas confondre

  • L'expression française au pied de se traduit plutôt par des prépositions comme e-harz.
  • Vallée (1980:'cloche') donne pour 'cloche-pied' piklammat war eur c'har.
  • pied-nu, pieds-nus est traduit par diarc'henn.
  • 'de la tête aux pieds' peut se traduire par betek an douar (Dottin 1921).


Diachronie

Hamp (1982) propose que la racine proto-indo-européenne *dhregh- 'courir' a donné deux noms d'agent en vieil irlandais, droch et traig, ainsi que le gallois troed et le breton troad.


 Favereau (2018):
 "le glossaire de Vienne (dit d'Endlicher), qui contient une douzaine de termes en gaulois tardif glosé en latin, peut-être de la région de Bordeaux autour du Ve siècle, nous fournit la forme treide (glosé en latin tardif « pede », soit cas final de « pied » – issu de l’accusatif « pedem » / « pes »).
 D’évidence, cette forme est extrêmement proche du pluriel breton actuel treid, pluriel interne de troad (troed gallois a pour pluriel la forme correspondante traed), alors que la forme en gaulois plus ancien était traget- (qui a de même laissé des traces dans des mots dialectaux comme le « vautre »)."


Bibliographie

  • Hamp, Eric P. 1982. '*-og- in British Celtic and notes on bro', Études Celtiques 19, 143–149.