Traoù : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Horizons comparatifs)
Ligne 11 : Ligne 11 :
  
  
Dans certains usages, ''traoù'' est l'équivalent d'un impersonnel, comme le ''on'' français.
+
Dans certains usages, ''traoù'' est l'équivalent d'un [[IMP|impersonnel]], comme le ''on'' français.
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
| (2) ||'Ma|| ''''n traoù''' || 'sevel.
 +
|-
 +
||| [[eman|est]]  ||[[art|le]] choses || [[particule o|à]] lever
 +
|-
 +
|||colspan="4" | 'On se lève.' ||||||||''Haut-Cornouaillais (Rieg)'', [[Bouzeg (1986)|Bouzeg (1986]]:30)
 +
|}
 +
 
 +
 
 
Dans le contexte en (2), la phrase est dite par une cycliste à des piétons. Lesquels peuvent répondre, avec malice, ''ya 'n dud ivez'', 'Oui, et les gens aussi.'
 
Dans le contexte en (2), la phrase est dite par une cycliste à des piétons. Lesquels peuvent répondre, avec malice, ''ya 'n dud ivez'', 'Oui, et les gens aussi.'
  

Version du 24 mars 2012 à 14:41

Comme hini et re, traoù, le pluriel du nom 'chose', a un usage de pronom anaphorique.


(1) e-leh [ seier nevez ] em-eus kavet [ traoù kozh ]
au.lieu sacs nouveau R.1SG a trouvé pronom vieux
'Au lieu de sacs neufs, j'en ai trouvé des vieux.' Cornouaillais, Trépos (2001:§198)


Dans certains usages, traoù est l'équivalent d'un impersonnel, comme le on français.


(2) 'Ma 'n traoù 'sevel.
est le choses à lever
'On se lève.' Haut-Cornouaillais (Rieg), Bouzeg (1986:30)


Dans le contexte en (2), la phrase est dite par une cycliste à des piétons. Lesquels peuvent répondre, avec malice, ya 'n dud ivez, 'Oui, et les gens aussi.'


(2) 'n traou zo 'ont ?
le choses (R) est (à) aller
'(alors) on va ?' Cornouaillais (Riec), Mona Bouzeg (c.p. 02/2012)


Horizons comparatifs

Cet usage de 'choses' au pluriel pour un usage référentiel large rappelle des traits saillants du franco-breton, comme en Douarneniste.


(3) Je savais pas qu'y avait des choses avec elle; mais ça m'étonne pas! Mainant les jeunes, ils ont tout entre leurs mains!

'Je ne savais pas qu'elle était enceinte...'
Franco-breton (Douarnenez), Pichavant (1996:58)