Traoñ : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Expressions)
(8 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 15 : Ligne 15 :
 
=== variation et répartition dialectale ===
 
=== variation et répartition dialectale ===
  
La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-587.jpg 587] de l'[[ALBB]] documente la variation dialectale de la traduction de ''en bas''. On trouve globalement ''d'en traoñ'' en [[KLT]] et ''d'an [[diaz]]'' en vannetais.
+
La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-587.jpg 587] de l'[[ALBB]] documente la variation dialectale de la traduction de ''en bas'' au début du XX°. On trouve globalement ''d'en traoñ'' en [[KLT]] et ''d'an [[diaz]]'' en vannetais. Cette répartititon est confirmée par la carte 022 du [[NALBB]] '(le) bas', et la carte 023 'en bas', qui montre aussi une forme ''[[don]], dan'' entre l'Ellé et le Blavet.
  
  
Ligne 37 : Ligne 37 :
 
=== dérivation ===
 
=== dérivation ===
  
Le nom ''traoñ'' est utilisé dans de nombreuses prépositions et [[adverbes spatiaux]], comme ''war-draoñ'' 'vers le bas', ''[[ouzh]] traoñ'', ''d'an traoñ'' 'en bas'.  
+
Le nom ''traoñ'' est utilisé dans de nombreuses prépositions et [[adverbes spatiaux]], comme ''war-draoñ'' 'vers le bas', ''[[ouzh]] traoñ'', ''d'an traoñ'' 'en bas'.
  
 +
 +
Le [[singulatif]] ''[[-enn]]'' obtient ''traonienn'' 'vallée', mais ''traoñ'' existe aussi pour cette dénotation.
 +
 +
 +
{| class="prettytable"
 +
| (2)|| Tevel a reas || war-dro kreiz an deiz || an avel gor ||a c'hwezhe diouzh ||an '''traoñ'''.
 +
|-
 +
| || [[tevel|taire]] [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[ober|fit]] || [[war-dro|autour]] [[kreiz|milieu]] [[art|le]] [[deiz|jour]] || [[art|le]] [[avel|vent]] ardent ||[[R]] [[c'hwezhiñ|soufflait]] [[diouzh|de]]|| [[art|le]] vallée
 +
|-
 +
|  ||colspan="4" | 'Le vent ardent qui soufflait de la vallée se tût vers le milieu du jour.'|||| ''Standard'', [[Drezen (1932)|Drezen (1932]]:5)
 +
|}
  
 
== Sémantique ==
 
== Sémantique ==
Ligne 51 : Ligne 62 :
 
|(4)|| Ba n ||'''deun''' m prad || oa un takad || lerc'h 'oa ||ket 'mè' boull'nn. |||| ''Cornouaillais de l'est maritime''
 
|(4)|| Ba n ||'''deun''' m prad || oa un takad || lerc'h 'oa ||ket 'mè' boull'nn. |||| ''Cornouaillais de l'est maritime''
 
|-
 
|-
| ||[[e-barzh|dans]] [[art|un]] ||[[don|fond]] [[art|le]] champ || [[COP|était]] [[art|un]] [[takad|endroit]] || [[e-lerc'h|où]] [[COP|était]] || [[ket|pas]] [[met|mais]] boue  
+
| ||[[e-barzh|dans]] [[art|un]] ||[[don|fond]] [[art|le]] [[prad|pré]] || [[COP|était]] [[art|un]] [[takad|endroit]] || [[e-lerc'h|où]] [[COP|était]] || [[ket|pas]] [[met|mais]] boue  
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'Dans le bas de la prairie, il y avait un endroit où il n'y avait que de la boue.' |||||| [[Bouzec & al. (2017)|Bouzec & al. (2017]]:205)
 
|||colspan="4" | 'Dans le bas de la prairie, il y avait un endroit où il n'y avait que de la boue.' |||||| [[Bouzec & al. (2017)|Bouzec & al. (2017]]:205)
Ligne 62 : Ligne 73 :
 
| (5) ||gourbleget || eus penn ||'''traoñv''' d'egile
 
| (5) ||gourbleget || eus penn ||'''traoñv''' d'egile
 
|-
 
|-
||| très<sup>[[1]]</sup>.plié || [[eus|de]] [[penn|tête]] ||bas [[da|à]]'[[egile|autre]]
+
||| [[gour-|très]]<sup>[[1]]</sup>.[[plegañ|plié]] || [[eus|de]] [[penn|tête]] ||bas [[da|à]]'[[egile|autre]]
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'plié en deux (d'un bout à l'autre)' |||||||| ''Le Juch'', [[Hor Yezh (1983)|Hor Yezh (1983]]:14)
 
|||colspan="4" | 'plié en deux (d'un bout à l'autre)' |||||||| ''Le Juch'', [[Hor Yezh (1983)|Hor Yezh (1983]]:14)

Version du 28 novembre 2020 à 13:07

Le nom traoñ dénote le 'bas'.


(1) Labour't ' vez en traoñ.
travaillé est dans.le bas
'Il y a les travaux en bas / on travaille en bas.' Scaër/Bannalec, H. Gaudart (04/2016)


Morphologie

variation et répartition dialectale

La carte 587 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de en bas au début du XX°. On trouve globalement d'en traoñ en KLT et d'an diaz en vannetais. Cette répartititon est confirmée par la carte 022 du NALBB '(le) bas', et la carte 023 'en bas', qui montre aussi une forme don, dan entre l'Ellé et le Blavet.


(2) O labourat emaint en traoñ.
à4 travailler sont dans.le bas
'Il y a les travaux en bas / on travaille en bas.' Plougerneau, M-L. B. (04/2016)


(3) Daoust piou eo al lañchore a zo o vond du-mañ d'an traoñ?
à.savoir qui est le endormi R est à4 aller côté-ci à le bas
'Je me demande qui est cette mollasse (cet endormi) qui descend par ici?' Trégorrois, Gros (1984:483)

dérivation

Le nom traoñ est utilisé dans de nombreuses prépositions et adverbes spatiaux, comme war-draoñ 'vers le bas', ouzh traoñ, d'an traoñ 'en bas'.


Le singulatif -enn obtient traonienn 'vallée', mais traoñ existe aussi pour cette dénotation.


(2) Tevel a reas war-dro kreiz an deiz an avel gor a c'hwezhe diouzh an traoñ.
taire R1 fit autour milieu le jour le vent ardent R soufflait de le vallée
'Le vent ardent qui soufflait de la vallée se tût vers le milieu du jour.' Standard, Drezen (1932:5)

Sémantique

compétition

Localement, d'autres noms peuvent entrer en concurrence. A Quimperlé, on entend facilement d'an diaz 'en bas' ou diaz ker 'basse-ville'. Les adjectifs izel 'bas' ou don 'profond' peuvent aussi nominaliser localement (izel, an izel 'bas, le bas', Plozévet, Goyat (2012:195).


(4) Ba n deun m prad oa un takad lerc'h 'oa ket 'mè' boull'nn. Cornouaillais de l'est maritime
dans un fond le pré était un endroit était pas mais boue
'Dans le bas de la prairie, il y avait un endroit où il n'y avait que de la boue.' Bouzec & al. (2017:205)


Expressions

(5) gourbleget eus penn traoñv d'egile
très1.plié de tête bas à'autre
'plié en deux (d'un bout à l'autre)' Le Juch, Hor Yezh (1983:14)