Trépos (2001:§438) : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
 
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 1 : Ligne 1 :
   "On peut faire porter l’emphase sur le verbe, lorsque la proposition  
+
   "On peut faire porter l’emphase sur le verbe, lorsque la proposition n’est pas négative, en utilisant [[conjugaison analytique|la conjugaison avec l’auxiliaire ''ober'']], 'faire' (cf. la construction anglaise avec ''do'').
  n’est pas négative, en utilisant la conjugaison avec l’auxiliaire  
 
  ''ober’’, ‘faire’ (cf. la construction anglaise avec ‘’do’’).
 
 
    
 
    
   Cette conjugaison est très employée, sauf pour les verbes désignant  
+
   Cette conjugaison est très employée, sauf pour les verbes désignant un état : l’infinitif, placé au début de la phrase, ne peut être,  
  un état : l’infinitif, placé au début de la phrase, ne peut être,  
+
   en général, séparé de l’auxiliaire que par un mot court (complément du substantif verbal, ou intensif ''an [[hini]]'', ''[[Structures clivees|'ni]]'': voir […] n°445), et la particule verbale, qui fait tomber le G du radical ‘’Gra’’.
   en général, séparé de l’auxiliaire que par un mot court (complément  
 
  du substantif verbal, ou intensif ‘’an [[hini]]’’, ''[[Structures clivees|'ni]]’’: voir […] n°445),  
 
  et la particule verbale, qui fait tomber le G du radical ‘’Gra’’.
 
 
    
 
    
 
   ''Troha [[Place des adverbes|mad]] a ra ho falz.'',  
 
   ''Troha [[Place des adverbes|mad]] a ra ho falz.'',  
Ligne 19 : Ligne 14 :
 
    
 
    
 
   ''Ober a ray glao a-raog noz''
 
   ''Ober a ray glao a-raog noz''
   'Il pleuvra avnt ce soir.' (''ober glao'', 'faire de la pluie')
+
   'Il pleuvra avant ce soir.' (''ober glao'', 'faire de la pluie')
 
    
 
    
  

Version actuelle datée du 23 août 2014 à 21:59

 "On peut faire porter l’emphase sur le verbe, lorsque la proposition n’est pas négative, en utilisant la conjugaison avec l’auxiliaire ober, 'faire' (cf. la construction anglaise avec do).
 
 Cette conjugaison est très employée, sauf pour les verbes désignant un état : l’infinitif, placé au début de la phrase, ne peut être, 
 en général, séparé de l’auxiliaire que par un mot court (complément du substantif verbal, ou intensif an hini, 'ni: voir […] n°445), et la particule verbale, qui fait tomber le G du radical ‘’Gra’’.
 
 Troha mad a ra ho falz., 
 'Elle coupe bien, votre faucille' (couper bien fait votre faucille)
 
 C'hoarzin 'ni ray,
 'C'est rire qu'il fera.'
 
 Eva a rafe eur werennad lêz.
 'Il boirait bien un verre de lait.'
 
 Ober a ray glao a-raog noz
 'Il pleuvra avant ce soir.' (ober glao, 'faire de la pluie')
 


Bibliographie

  • Trépos, P. 2001 [1968, 1980, 1996], Grammaire bretonne, 1968 édition Simon, Rennes.- 1980 édition Ouest France, Rennes; 1996, 2001 édition Brud Nevez, Brest.