Tout : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(Quantifieur flottant)
Ligne 52 : Ligne 52 :
 
|(4)|| Ha setu ||neus bet|| '''[an traou-se]<sub>i</sub>''' || '''tout [ _ ]<sub>i</sub>''' ||evit netra|| deus perzh|| ma ||zud ivez.   
 
|(4)|| Ha setu ||neus bet|| '''[an traou-se]<sub>i</sub>''' || '''tout [ _ ]<sub>i</sub>''' ||evit netra|| deus perzh|| ma ||zud ivez.   
 
|-
 
|-
| || & voila ||a.3SG eu || [[DET]] choses[[DEM|-ci]] || tout  || pour rien ||P part ||[[POSS]].1SG ||parents [[ivez|aussi]]
+
| || [[&|et]] voila ||a.3SG eu || [[DET]] choses[[DEM|-ci]] || tout  || [[evit|pour]] rien ||P part ||[[POSS]].1SG ||parents [[ivez|aussi]]
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'Et aussi il a eu toutes ces choses là gratuitement de mes parents.'
 
|||colspan="4" | 'Et aussi il a eu toutes ces choses là gratuitement de mes parents.'
Ligne 90 : Ligne 90 :
 
: 'D'ici là ils seront tous mangés.'
 
: 'D'ici là ils seront tous mangés.'
 
:::::::::::::::: ''trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984:312)]]
 
:::::::::::::::: ''trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984:312)]]
 
  
 
== Adverbe ==
 
== Adverbe ==

Version du 18 mars 2011 à 13:36

tout, comme holl est un quantifieur positif, parfois quantifieur flottant. Il sert aussi d'adverbe.


Distribution

Tout se place canoniquement devant un DP.


(1) N'ema ket toud [DP al lorc'h ] en Pariz!
NEG est NEG tout DET orgueil P Paris
litt. 'Tout l'orgueil ne se trouve pas à Paris!'
> (se dit à une personne immodeste.) Le Berre & Le Dû (1999:52)


Il peut alors précéder le quantifieur kement.


(1) Tout kement ki ha kement kazh a oa bet d'an interamant braz.
Tout chaque chien & chaque chat R était été P DET enterrement grand
'Tous les chiens et tous les chats avaient été au grand enterrement.'
Dastum, Enquête ethno-linguistique à Combrit, - 2004-12-14


'Tout' supporte l'ellipse du DP.


(2) Met m'eus disoñjet tout [an dra-se]i paotr paour, aet eo [tout _i ] deus ma spered.
mais 1SG a oublié tout DET chose-ci gars pauvre allé est tout P. POSS.1SG esprit
'Mais j'ai oublié tout ça, mon pauvre, c'est tout parti de ma tête.'.' Bas-Cornouaillais (Treboull), Hor Yezh (1983:72)

Quantifieur flottant

Tout peut apparaître séparé du DP qu'il quantifie.


(4) Ha setu neus bet [an traou-se]i tout [ _ ]i evit netra deus perzh ma zud ivez.
et voila a.3SG eu DET choses-ci tout pour rien P part POSS.1SG parents aussi
'Et aussi il a eu toutes ces choses là gratuitement de mes parents.'
Bas-Cornouaillais (Treboull), Hor Yezh (1983:74)


(5) [ An dud ]i a ouie dont tout [ _ ]i da di Mémère neuze.
DET gens R AUX venir tous à maison Mémère alors
'Les gens venaient alors tous chez Mémère.' Bas-Cornouaillais (Treboull), Hor Yezh (1983:75-76)


C'est, en breton comme en français, un 'quantifieur flottant'. Dans une hypothèse dérivationnelle, le quantifieur apparaît sur le chemin de la montée du DP.


[Ar re-mañ ]i a zo [ toud _i] reud pe reutoh evel an touseg pa oa tremenet an ogejou dreizañ.
'ceux-ci sont tous plus raides (durs, fiers) les uns que les autres, comme le crapaud quand la herse lui était passée dessus (l'avait écrasée).'
trégorrois, Gros (1984:20)


[Al labourerien-douar]i gwechall a oa [toud _i ] paour-pe baouroh.
'les cultivateurs autrefois étaient tous plus pauvres les uns que les autres.'
trégorrois, Gros (1984:70)


Ne oa ket deut [ e gig]i gantañ [ toud _i], da laras-añ!
'Il n'avait pas ramené toute sa chair (il y avait laissé des plumes), comme il disait.'
trégorrois, Gros (1984:39)


A-benn neuze e vinti debret [toud _i]
'D'ici là ils seront tous mangés.'
trégorrois, Gros (1984:312)

Adverbe

quantifieur adverbial

Le quantifieur tout est probablement de nature adverbiale, car en (1), il est utilisé avec le rannig e. Or, en dialecte léonard, le rannig e est associé aux éléments non-nominaux antéposés.


(1) [ Tout _i ] e vezonti krevet oc'h ober bourjinerezh, o klask gwelet piv eo ar c'hapaplañ.
R sont crevés P faire bêtise P chercher voir qui est le plus.capable
'Tous se crèvent en faisant des bêtises à essayer de voir qui est le meilleur.' Léon, Mellouet & Pennec (2004:160)

l'adverbe '-tout'

Il existe aussi un usage proprement adverbial de tout. Il a alors le sens d'un modificateur perfectif de type 'tout à fait', 'entièrement', complètement', absolument', 'vraiment'.

L'adverbe paraît cliticisé sur le prédicat dans une structure [Adj-tout]. Ce n'est alors pas un cas de quantifieur flottant.


(x) Goude e vezont bloñset ha dibloñset tout evel-just.
après R sont tapé et /di-tapé/ tout comme-juste
'Après, ils sont meurtris bien sûr.' Léon, Mellouet & Pennec (2004:152).


(y) Tristaet-tout e oa Matriona baour o tont d'ar gêr.
tristé-tout R était Matriona pauvre P venir DET maison
'Matriona était toute triste en rentrant à la maison.' Treger (Kaouenneg), ar Barzhig (1976:38)


(x) hònɛrhə ənɛsã tut awe laburat
hennezh eo an aesañ-tout evit labourat
celui.là est DET facile.plus-tout pour travailler
'C'est le plus pratique pour travailler.' vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:14)


L'adverbe tout est aussi utilisé dans les tournures prédicatives ci-dessous:


(x) Fañch a oa deut d'ar gêr gwad-ha-labez toud.
Fañch R était venu P DET maison sang-&-souillures tout
'François était revenu à la maison couvert de sang.' trégorrois, Gros (1984:39)


Hudurnez toud e oa honnez.
'Celle-là était toute saleté (était dégoutante).', trégorrois, Gros (1984:48)


Patatez toulloù toud a ya an hanter anezho da goll.
'des pommes de terres toutes en trous (pleines de trous) dont la moitié va se perdre.'
trégorrois, Gros (1984:48)


horizons comparatifs

De tels usages adverbiaux de tout trouvent des parallèles frappants non seulement en français de Basse-Bretagne (cf. bretonnismes), mais aussi en français québécois et en français classique.

En Québécois, l'adverbe se prononce /tut/, comme le quantifieur 'toute' au féminin.

J'étais toute seule pour tout /tUt/ m'occuper de tout.
Il a tout vu le groupe.
J'ai tout vu construire ça.
J'ai tout fait les hôpitaux, monsieur...
J'avais tout laissé mes amis à la campagne., français de Montréal, Lemieux & al. (1985:50-52)
J'ai tUt poussé les chariots pendant 30 minutes.
J'ai tUt frappé les chiens pendant 30 minutes., Burnett (2010)

Des exemples du français classique sont rapportés dans Lemieux & al. (1985):

Maudits gamins, ils ont tout déchiré leur fond de culotte., (cité dans Andersson 1961:260)
Tu vas tout faire des saletés., (cité dans Damourette et Pichon)
Cependant que le jeusne enrouille tout nos dents., (cité dans Damourette et Pichon)


En français de Basse-Bretagne, l'adverbe peut apparaître après le verbe (contrairement au préfixe sémantiquement équivalent peur- en breton).

Jean, chez nous, a koagué tout sa voiture
> Notre Jean a entièrement cabossé sa voiture., français de Basse-Bretagne, Lossec (2010:44)

ha-tout

En composé avec la marque de coordination ha, l'adverbe tout obtient le sens de 'déjà' en haute Cornouailles, "alors qu'il signifie plutôt ailleurs 'et tout', 'y compris'" (Favereau 1997:§308).

Interet ha-tout 'oa, 'Il était déjà enterré'
traou prest ha-tout, '(du) tout prêt'
Aï ha-tout oc'h?, 'Vous êtes dèjà prêt?', Favereau (1997:§308)

Variation dialectale

voir aussi la forme rac'h.


Bibliographie

  • Andersson 1961. Nouvelles études sur la syntaxe et la sémantique du mot tout, Lund, Carl Bloms Boktryckeri, A.-B.
  • Andersson 1954. Études sur la syntaxe et la sémantique du mot tout, Lund, Carl Bloms Boktryckeri, A.-B.
  • Burnett, Heather 2010. 'Floating Quantifiers and the Structure of Telic Predicates in Québec French', présentation à Going Romance, Leiden.
  • Lemieux, M., M. Saint-Amour et D. Sankoff. 1985. '/tUt/ en français de Montréal: un cas de neutralisation morphologique', Les tendances dynamiques du français parlé à Montréal, Collection Langues et Société, Gouvernement du Québec, tome 2, pp. 7-90.
  • Parent, François. 2000. 'Analyse et classement du mot TOUT en sémantique grammaticale', Langues et Linguistique 26:73-105.