Timm (1995) : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
(erratum)
 
(3 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 8 : Ligne 8 :
 
== lecture critique ==
 
== lecture critique ==
  
Cet article est une analyse de relevés de corpus impliquant des formes pronominales en ''a''. L'hypothèse centrale est qu'il ne s'agit pas de sujets, mais de résomptifs du sujet. Ils sont restreints à une structure informationnelle plate (en contraste avec les [[pronoms écho]]). L'auteur note que leur restriction à la troisième personne est plus compréhensible s'il ne s'agit pas d'arguments. L'impossibilité de leur antéposition en zone préverbale serait aussi surprenante quand les autres pronoms peuvent être antéposés.
+
Cet article est une analyse de relevés de corpus impliquant des formes pronominales en ''a''. L'hypothèse centrale est qu'il ne s'agit pas de sujets, mais de résomptifs du sujet, c'est-à-dire d'[[anaphores]].  
 +
Ces formes pronominales en ''a'' sont restreintes à une structure informationnelle plate (en contraste avec les [[pronoms écho]]). L'auteur note que leur restriction à la troisième personne est plus compréhensible s'il ne s'agit pas d'arguments. L'impossibilité de leur antéposition en zone préverbale serait aussi surprenante quand les autres pronoms peuvent être antéposés.
 
   
 
   
 
Les exemples fournis confondent deux types de résomptifs du sujet très distincts: la [[résomption prédicative équative]] et la  [[résomption du sujet 'à la Cornouaillaise']] (qu'on trouve en fait aussi en vannetais).
 
Les exemples fournis confondent deux types de résomptifs du sujet très distincts: la [[résomption prédicative équative]] et la  [[résomption du sujet 'à la Cornouaillaise']] (qu'on trouve en fait aussi en vannetais).
 
  
 
== erratum ==
 
== erratum ==
Ligne 19 : Ligne 19 :
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (1) || || Brene ||ket gwall alies ||onenn ||anezhañ.
+
|(1)|| || Brene ||ket gwall alies ||onenn ||anezhañ.
 
|-  
 
|-  
| || ([[ne]])|| achetait|| [[ket|pas]] [[gwall|très]] [[alies|souvent]]|| frêne ||[[a|P]].[[pronom incorporé|lui]]
+
||| ([[ne]]<sup>[[1]]</sup>)|| [[prenañ|achetait]]|| [[ket|pas]] [[gwall|très]] [[alies|souvent]]|| [[onn|frêne]] ||[[a|P]].[[pronom incorporé|lui]]
 +
|-
 +
||| colspan="10" | 'Il n'achetait pas de frêne très souvent.'
 
|-
 
|-
||| colspan="4" | 'Il n'achetait pas de frêne très souvent.' ||||| ''Cornouaille, (Douarnenez)'', [[Hor Yezh (1983)|Hor Yezh (1983]]:17)  
+
||||||| colspan="10" | ''Cornouaille, (Douarnenez)'', [[Hor Yezh (1983)|Hor Yezh (1983]]:17)  
 
|}  
 
|}  
  

Version actuelle datée du 29 juin 2021 à 16:13

  • Timm, L., 1995. 'Pronominal A-forms in Breton: A discourse-based analysis', Journal of Celtic Linguistics 4:1-34.


 Abstract:
 "Breton has a set of pronouns based on the conjugated prepositions a ('of') which serves several syntactic functions; prominent among these are its role as postverbally positioned direct object, in which it stands in complimentary distribution with the basic preverbally placed personal pronouns. In addition, the same forms are found in postverbal position with chiefly intransitive and negative, inflected verbs, for which they clearly cannot be serving as direct objects. The question is, are they subjects in this usage or something else? One set of researchers (Borsley & Stephens 1989) working within the Government and Binding theory have argued that they are subjects in this context, and have used this claim to undermine the Complementarity Principle of Breton advanced by Stump (1984). This paper offers fuller perspectives on this claim, and reaches the conclusion that the pronouns in question are not in fact postverbal subjects but cohesive entities - Specifically, nonargument pronominal anaphors or appositives -- that link coreferential entities through stretches of discourse."
 

lecture critique

Cet article est une analyse de relevés de corpus impliquant des formes pronominales en a. L'hypothèse centrale est qu'il ne s'agit pas de sujets, mais de résomptifs du sujet, c'est-à-dire d'anaphores. Ces formes pronominales en a sont restreintes à une structure informationnelle plate (en contraste avec les pronoms écho). L'auteur note que leur restriction à la troisième personne est plus compréhensible s'il ne s'agit pas d'arguments. L'impossibilité de leur antéposition en zone préverbale serait aussi surprenante quand les autres pronoms peuvent être antéposés.

Les exemples fournis confondent deux types de résomptifs du sujet très distincts: la résomption prédicative équative et la résomption du sujet 'à la Cornouaillaise' (qu'on trouve en fait aussi en vannetais).

erratum

p. 21, l'exemple (74), traduit 'He did not burn ash-wood very often', doit être corrigé comme en (1):


(1) Brene ket gwall alies onenn anezhañ.
(ne1) achetait pas très souvent frêne P.lui
'Il n'achetait pas de frêne très souvent.'
Cornouaille, (Douarnenez), Hor Yezh (1983:17)


 co-texte: 
 Hêtre na eo? Petra eo frêne? Onenn. Onenn, n'eo ket? Onenn eo ar frêne? A boñ. 
 Koad ar fav oa gwelloc'h. Gant koad ar fav oa... 
 O brene ket gwall alies onenn anezhañ, nann, benn gave fav brene ket onenn anezhañ.