Takenn

De Arbres
Révision datée du 18 juillet 2022 à 23:14 par Mjouitteau (discussion | contributions) (Remplacement de texte — « -[[kaout| » par «  [[kaout| »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Le nom takenn, tapenn dénote une 'unité minimale de liquide', une 'goutte'.


(1) Daou zeiz 'zo n'e-neus bet na tamm na takenn.
deux1 jour y.a ne R4.3SGM a eu ni morceau ni goutte
'Depuis deux jours il n'a eu ni à manger ni à boire.'
Trégorrois, Gros (1970b:§'takenn')


Morphologie

variation dialectale

La carte 25 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de une goutte d'eau. On y voit la forme takenn, tapen ultra-minoritaire en breton central et en vannetais, avec ailleurs les formes banne, bannac'h, lomm, berad, beradenn. Pour le haut-vannetais, Delanoy (2010) confirme tapenn 'goutte'.

En breton standard, le nom takenn s'est répandu pour 'goutte', réservant banne, bannac'h à la sémantique d'un 'verre à boire'.


onomatopée et idéophone

Le nom takenn est composé de façon transparente de l'onomatopée tak, qui exprime un choc ponctuel de contact restreint, suivie du suffixe singulatif -enn. Ce suffixe exocentrique en fait un nom féminin.

L'interjection Tak ! 'Pan !, Toc !' est construite sur la même onomatopée (le bruit d'un choc, mais moins léger). La racine est aussi idéophonique car pour la production du son /tak/, l'appareil articulatoire produit un seul choc ponctuel de contact restreint avec la plosive /t/.

Sémantique

Takenn a aussi un usage de minimiseur général qui n'est pas spécialisé sur les liquides.


(2) N'em-eus ket kousket eun dakenn en noz-mañ.
ne R4.1SG a pas dormi un1 goutte en nuit-ci
'Je n'ai pas fermé l'oeil cette nuit.'
Trégorrois, Gros (1970b:§'takenn')


En usage de nom nu, takenn peut servir de seconde partie de la négation (ne glevan takenn, /ne1 entends goutte/, 'Je n'entends absolument rien.', Favereau 1997:284).


Horizons comparatifs

La grammaticalisation de takenn en minimiseur qui peut servir de seconde partie de la négation est comparable à celle du français goutte.