Différences entre les versions de « Suilhañ »

De Arbres
Ligne 7 : Ligne 7 :
| || [[ne]]'[[emañ|est]] [[ket|pas]] || [[e-kreiz|au-milieu]] || [[art|le]] [[avel|vent]]-brûle || [[eo|est]]   
| || [[ne]]'[[emañ|est]] [[ket|pas]] || [[e-kreiz|au-milieu]] || [[art|le]] [[avel|vent]]-brûle || [[eo|est]]   
|-
|-
|||colspan="10" | 'Il n'est pas au milieu du vent brûlant (il est à l'abri).'|||||| ''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:162)
|||colspan="10" | 'Il n'est pas au milieu du vent brûlant (il est à l'abri).'
|-
|||||||||colspan="10" |''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:162)
|}
|}


Ligne 16 : Ligne 18 :
=== ''ar suilh-raden'' ===
=== ''ar suilh-raden'' ===


C'est la lunaison entre avril et mai où on redoute les gels tardifs, littéralement le 'brûle-[[raden|fougères]]', car elles sont déjà sorties en jeunes pousses à cette saison. En français, on traduit par ''lune rousse'', mais cela exprime la lune qui roussit car sa couleur rousse dépend, elle, de sa hauteur sur l'horizon.  
C'est la lunaison entre avril et mai où on redoute les gels tardifs, littéralement le 'brûle-[[raden|fougères]]', car elles sont déjà sorties en jeunes pousses à cette saison. En français, on traduit par ''lune rousse'', mais cela exprime la lune qui roussit les jeunes plantes car la couleur parfois rousse de la lune dépend, elle, de sa hauteur sur l'horizon, indépendante du gel.  





Version du 27 août 2021 à 18:50

Le verbe suilhañ signifie 'brûler'.


(1) N'ema ket e-kreiz an avel-suill eo!
ne'est pas au-milieu le vent-brûle est
'Il n'est pas au milieu du vent brûlant (il est à l'abri).'
Trégorrois, Gros (1984:162)


Expression

ar suilh-raden

C'est la lunaison entre avril et mai où on redoute les gels tardifs, littéralement le 'brûle-fougères', car elles sont déjà sorties en jeunes pousses à cette saison. En français, on traduit par lune rousse, mais cela exprime la lune qui roussit les jeunes plantes car la couleur parfois rousse de la lune dépend, elle, de sa hauteur sur l'horizon, indépendante du gel.