Subordonnées consécutives

De Arbres
Révision datée du 23 mars 2022 à 10:03 par Mjouitteau (discussion | contributions) (Remplacement de texte — « ...' » par « ... ' »)

Les subordonnées dites consécutives sont les subordonnées dont le temps est calculé comme consécutif au temps de la matrice. C'est un ensemble syntaxiquement hétéroclite qui comprend:


A ne pas confondre

Deux propositions peuvent être temporellement consécutives sans être en relation d'enchâssement. Il s'agit alors de deux propositions matrices, deux phrases indépendantes. Les infinitives narratives pourraient être inclues dans les subordonnées consécutives dans l'hypothèse d'une matrice élidée (... hag hi kuit '...et elle partit').

Favereau (1997:§665) classe les subordonnées de degré en ken... (ken)... ou en ken... (ma)... comme consécutives, mais ces propositions ne sont qu'accidentellement calculées comme consécutives, lorsque leur sens les classe comme des subordonnées de conséquence.

  • leun-kouch, ken 'saotre war an douar
'archiplein, au point de renverser par terre'
Favereau (1997:§665)

Terminologie

On trouve en breton le terme islavarenn-heuliañ.


Bibliographie

  • Favereau, F. 1997. Grammaire du breton contemporain. Morlaix: Skol Vreizh, §665-669.
  • Le Gléau, R. 2000b [19XX]. Études syntaxiques bretonnes; les subordonnées énonciatives circonstancielles (suite) et les relatives, vol 4., René Le Gléau (éd.) : Brest. (chapitre 13: p.275-297)