Différences entre les versions de « Stephens (1992) »

De Arbres
(Page créée avec « * Stephens, J. 1992. 'Structure du groupe nominal en breton', ''Recherches Linguistiques 21'', 143-156. '''Résumé''' "Dans cet article, je me propose d'examiner la... »)
 
 
(9 versions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
* Stephens, J. 1992. 'Structure du groupe nominal en breton', ''Recherches Linguistiques 21'', 143-156.
* Stephens, J. 1992. 'Structure du groupe nominal en breton', ''Recherches Linguistiques 21'', 143-156.
: propose une structure où l'article est une tête AGR clitique plus haute dans la structure que les déterminants ''pep'' ou ''[[kement]]''. L'état construit résulte d'un [[mouvement]] en D d'un bloc nominal plus important qu'une tête puisqu'il peut y être accompagné de son ou ses adjectifs, mais pas de modifieurs prépositionnels ou propositionnels. 




   '''Résumé'''
   '''Résumé'''
 
   "Dans cet article, je me propose d'examiner la structure du syntagme nominal en breton, plus spécialement dans le dialecte du Trégor (mais les conclusions auxquelles je parviens paraissent valoir pour les autres dialectes). Plus précisément, il s'agit de vérifier si le groupe nominal breton peut et doit être analysé comme le suggèrent certaines propositions récentes dans le cadre du [[Théorie du gouvernement et du liage|Gouvernement et du Liage]] (Anney, 1987, Ritter 1988), c'est-à-dire comme un domaine [[DP]] ayant pour tête une catégorie D."
   "Dans cet article, je me propose d'examiner la structure du syntagme  
 
  nominal en breton, plus spécialement dans le dialecte du Trégor (mais  
 
  les conclusions auxquelles je parviens paraissent valoir pour les autres
=== histoire éditoriale ===
  dialectes).  
 
  Plus précisément, il s'agit de vérifier si le groupe nominal breton peut
Il existe une version légèrement postérieure de cet article en anglais, après une review de Jean-Yves Urien et Steve Hewitt qui y sont remerciés :
  et doit être analysé comme le suggèrent certaines propositions récentes  
 
  dans le cadre du Gouvernement et du Liage (Anney, 1987, Ritter (1988),  
* [[Stephens (1993)|Stephens, J. 1993]]. 'The Syntax of Noun Phrases in Breton', ''[http://www.ingentaconnect.com/content/uwp/jcl Journal of Celtic Linguistics]'', 129-150.
  c'est à dire comme un domaine [[DP]] ayant pour tête une catégorie D.


=== erratum ===


: Il existe une version légèrement postérieure de cet article en anglais:
* p. 149, la donnée (26) est précédée d'une étoile qui la signale comme agrammaticale, mais elle est donnée comme juste dans le texte explicatif au-dessus. Dans l'article équivalent en anglais, cette même donnée est aussi clairement grammaticale.
: [[Stephens (1993)|Stephens, J. 1993]]. ‘The Syntax of Noun Phrases in Breton’, ''[http://www.ingentaconnect.com/content/uwp/jcl Journal of Celtic Linguistics]'', 129-150.




[[Category:ouvrages de recherche|Categories]]
[[Category:ouvrages de recherche|Categories]]

Version actuelle datée du 18 mai 2022 à 08:14

  • Stephens, J. 1992. 'Structure du groupe nominal en breton', Recherches Linguistiques 21, 143-156.


propose une structure où l'article est une tête AGR clitique plus haute dans la structure que les déterminants pep ou kement. L'état construit résulte d'un mouvement en D d'un bloc nominal plus important qu'une tête puisqu'il peut y être accompagné de son ou ses adjectifs, mais pas de modifieurs prépositionnels ou propositionnels.


 Résumé
 "Dans cet article, je me propose d'examiner la structure du syntagme nominal en breton, plus spécialement dans le dialecte du Trégor (mais les conclusions auxquelles je parviens paraissent valoir pour les autres dialectes). Plus précisément, il s'agit de vérifier si le groupe nominal breton peut et doit être analysé comme le suggèrent certaines propositions récentes dans le cadre du Gouvernement et du Liage (Anney, 1987, Ritter 1988), c'est-à-dire comme un domaine DP ayant pour tête une catégorie D."


histoire éditoriale

Il existe une version légèrement postérieure de cet article en anglais, après une review de Jean-Yves Urien et Steve Hewitt qui y sont remerciés :

erratum

  • p. 149, la donnée (26) est précédée d'une étoile qui la signale comme agrammaticale, mais elle est donnée comme juste dans le texte explicatif au-dessus. Dans l'article équivalent en anglais, cette même donnée est aussi clairement grammaticale.