Skil-, jil-, chil- : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
 
(38 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
Le [[préfixe]] ''skil-'' se trouve aussi sous la forme ''chil-'' et ''jil-'' ([[Deshayes (2003)|Deshayes 2003]]:36, 37).
+
Le [[préfixe]] ''skil-'', ''chil-'', ''jil-'', ''chur-'' est un [[diminutif]].
  
[[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:335) donne <font color=green>/'skilbotr/</font color=green>, '''''skil'''baotr'', 'garçon manqué', <font color=green>/skildrẽnk/</font color=green>, '''''skil'''dreñk'', 'aigrelet' et <font color=green>/ʃil'ɡãma/</font color=green>, '''''chil'''gamma'', 'boitiller'.
+
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|||||||||||''Standard'',|| [[Drezen (1932)|Drezen (1932]]:27)
 +
|-
 +
|(1) ... ||ar vlazenn|| '''skil'''drenk ||a rae || ken diaes || din,|| da gentañ!
 +
|-
 +
| || [[art|le]] <sup>[[1]]</sup>[[blaz|goût]] || ''pfx''.[[treñk|acide/aigre]] || [[R]]<sup>[[1]]</sup> [[ober|faisait]] || [[ken|tant]] [[diaes|difficile]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|moi]] || [[da|à]] <sup>[[1]]</sup>[[kentañ|premier]]
 +
|-
 +
|||colspan="10" | '...le goût acidulé qui me dérangeait tant au début!'
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
[[Favereau (1997)|Favereau (1997]]:§230) donne '''''jil'''drenk'' 'aigrelet', '''''jil'''dreut'' 'maigrichon', '''''jil'''gamm'' 'bancal'.
 +
 
 +
[[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:335) donne aussi <font color=green>/'skilbotr/</font color=green> '''''skil'''baotr'' 'garçon manqué' et <font color=green>/skildrẽnk/</font color=green> '''''skil'''dreñk'' 'aigrelet' et ajoute <font color=green>/ʃil'ɡãma/</font color=green> '''''chil'''gamma'' 'boitiller'.
  
  
Ligne 8 : Ligne 22 :
 
=== mutations ===
 
=== mutations ===
  
Il provoque la [[lénition]] sur l’initiale du [[radical]] ([[Deshayes (2003)|Deshayes 2003]]:38).
+
Ce préfixe provoque la [[lénition]] sur l’initiale du [[radical]] ([[Deshayes (2003)|Deshayes 2003]]:38).
 +
 
 +
 
 +
=== variation dialectale et allomorphes ===
 +
 
 +
Le [[préfixe]] [[diminutif]] ''skil-'' se trouve aussi sous la forme ''chil-'' et ''jil-'' ([[Deshayes (2003)|Deshayes 2003]]:36, 37).
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|(2)|| Karet || em || bije || beza || '''chil'''gamm... |||| ''Standard'', [[Riou (1941)|Riou (1941]]:136)
 +
|-
 +
||| [[karout|aimé]] || [[R]].1SG || [[kaout|aurais]] || [[bezañ|être]] || ''pfx''.<sup>[[1]]</sup>[[kamm|courbe]]
 +
|-
 +
||| colspan="10" | 'J'aurai aimé être boiteux...'
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
<font color=green>/ʃur'ɡã:na/</font color=green> 'chantonner' ([[Goyat (2012)|Goyat 2012]]:335) a le même sens minoratif de non-complétion, ce qui ferait de <font color=green>/ʃur-/</font color=green> un [[allomorphe]].
 +
 
 +
 
 +
La plante 'datura stramonium' est dénotée par la forme vannetaise ''jilgré''. Quelques grains de ses fruits hautement toxiques fermentés dans le cidre obtenaient une boisson psychotrope. Selon Prado (2004) qui a enquêté sur l'usage de la datura en Morbihan au XX°, "''jilgré'' est le terme le plus utilisé [...] de Quimperlé à Pontivy, en particulier sur les deux communes d’Arzano (en Finistère bien que faisant partie du bro Gwened, soit de langue vannetaise) et de Quistinic (en milieu vannetais)." La forme ''jilgré'' pourrait être obtenue par le préfixe ''jil-'' sur la racine ''[[kreñv]]'' 'fort' /petit-fort/, rappelant l'expression ''hini kreñv'' 'le fort', c'est-à-dire 'l'alcool fort'. Cet adjectif ''[[kreñv]]'' 'fort', en isolation, se prononce <font color=green>/kreõ/</font color=green> dans la zone concernée ([http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-415.jpg carte 415] de l'[[ALBB]]).
 +
Cependant, les variations de ce signifiant 'datura stramoine' ne montrent par de forme semblable au préfixe ''jil-''. On trouve, toujours en vannetais, les formes ''jenegre'' (''Vannetais 1909''), ''jinegré, jilegré, jenegrel'' coll., et ''jenegreenn'' 'pied de datura' (''Vannetais'', [[Vallée (1931)|Vallée 1931]]). Herrieu a ''jilegré''.
 +
[[Menard (2016)]] a deux entrées vannetaises  de racine /''jene''/ 'gêne', ''jenemant'' 'gêne' et ''jeneprus'' 'hautain'. Indépendamment de l'étymologie exacte, en synchronie, il est frappant que cette boisson forte tabou (Prado 2004) puisse s'interpréter également pour les locuteurs 'alcool fort' et 'forte gêne'.
 +
 
 +
=== productivité ===
 +
 
 +
  [[Le Gall (1958)|Le Gall (1958]]:'skil'): "[[préfixe]] [[diminutif]] qui a surtout pour effet d'adoucir le sens du [[radical]] qu'il précède. Le Gonidec déclare ne connaître l'emploi de cette particule que dans les deux composés suivants (repris par Ernault et Roparzh Hemon) : '''''skil'''drenk'' ('aigrelet') et '''''skil'''baotr'' ('garçonnet'). On peut au moins leur y ajouter '''''skil'''varr'' ('courte averse'), terme bien connu des marins pêcheurs et des paysans de l'Hôpital-Camfrout."
 +
 
 +
 
 +
== Sémantique ==
 +
 
 +
Ce [[préfixe]] signifie la non-complétion d'un état ou d'une action. La non-complétion peut avoir un effet [[diminutif]] sur les noms, ou [[itératif]] sur les [[verbes]].
 +
 
 +
La [[réduplication]] peut accentuer cet effet.
 +
 
 +
 
 +
{| class="prettytable"
 +
|(1)||'N hent-sen || yè || '''kamm-jilgamm'''.|||||| ''Cornouaillais de l'Est (Riec)''
 +
|-
 +
||| [[art|le]] [[hent|chemin]]-[[DEM|ci]] || [[R]] [[mont|va]] || [[kamm|courbe]]-''pfx''<sup>[[1]]</sup>-[[kamm|courbe]]
 +
|-
 +
|||colspan="10" | 'La route tourne en tous sens.' |||| [[Bouzec & al. (2017)|Bouzec & al. (2017]]:77)
 +
|}
 +
 
 +
 
 +
== Diachronie ==
 +
 
 +
[[Ernault (1879-1880)|Ernault (1879-1880]]:166) donne la variation trégorroise 'doré' ''silaouret'' à Trévérec, ''chilaouret'' à Tréguier et en Goëlo, ''selaouret'' à St-Mayeux.
 +
 
 +
 
 +
== Horizons comparatifs ==
 +
 
 +
Il existe en [[gallo]] un [[préfixe]] ''sou(r)-'' de sens minoratif similaire au français ''sou(s)-'' ([[Auffray (2007)|Auffray 2007]]:intro), à mettre en relation avec l'[[allomorphe]] <font color=green>/ʃur/</font color=green> de Plozévet.
 +
 
 +
== A ne pas confondre ==
 +
 
 +
Il existe autour de Scaër un allomorphe en ''jil-'' du préfixe ''[[kil-]]''.
 +
 
 +
== Bibliographie ==
 +
 
 +
*  Prado, Patrick. 2004. 'Le Jilgré (datura stramonium). Une plante hallucinogène, marqueur territorial en Bretagne morbihannaise', ''Ethnologie française'' 34:3, 453-461. [https://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2004-3-page-453.htm texte].
  
  
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:articles|Categories]]
 
[[Category:préfixes|Categories]]
 
[[Category:préfixes|Categories]]

Version actuelle datée du 30 août 2021 à 19:45

Le préfixe skil-, chil-, jil-, chur- est un diminutif.


Standard, Drezen (1932:27)
(1) ... ar vlazenn skildrenk a rae ken diaes din, da gentañ!
le 1goût pfx.acide/aigre R1 faisait tant difficile à.moi à 1premier
'...le goût acidulé qui me dérangeait tant au début!'


Favereau (1997:§230) donne jildrenk 'aigrelet', jildreut 'maigrichon', jilgamm 'bancal'.

Goyat (2012:335) donne aussi /'skilbotr/ skilbaotr 'garçon manqué' et /skildrẽnk/ skildreñk 'aigrelet' et ajoute /ʃil'ɡãma/ chilgamma 'boitiller'.


Morphologie

mutations

Ce préfixe provoque la lénition sur l’initiale du radical (Deshayes 2003:38).


variation dialectale et allomorphes

Le préfixe diminutif skil- se trouve aussi sous la forme chil- et jil- (Deshayes 2003:36, 37).


(2) Karet em bije beza chilgamm... Standard, Riou (1941:136)
aimé R.1SG aurais être pfx.1courbe
'J'aurai aimé être boiteux...'


/ʃur'ɡã:na/ 'chantonner' (Goyat 2012:335) a le même sens minoratif de non-complétion, ce qui ferait de /ʃur-/ un allomorphe.


La plante 'datura stramonium' est dénotée par la forme vannetaise jilgré. Quelques grains de ses fruits hautement toxiques fermentés dans le cidre obtenaient une boisson psychotrope. Selon Prado (2004) qui a enquêté sur l'usage de la datura en Morbihan au XX°, "jilgré est le terme le plus utilisé [...] de Quimperlé à Pontivy, en particulier sur les deux communes d’Arzano (en Finistère bien que faisant partie du bro Gwened, soit de langue vannetaise) et de Quistinic (en milieu vannetais)." La forme jilgré pourrait être obtenue par le préfixe jil- sur la racine kreñv 'fort' /petit-fort/, rappelant l'expression hini kreñv 'le fort', c'est-à-dire 'l'alcool fort'. Cet adjectif kreñv 'fort', en isolation, se prononce /kreõ/ dans la zone concernée (carte 415 de l'ALBB). Cependant, les variations de ce signifiant 'datura stramoine' ne montrent par de forme semblable au préfixe jil-. On trouve, toujours en vannetais, les formes jenegre (Vannetais 1909), jinegré, jilegré, jenegrel coll., et jenegreenn 'pied de datura' (Vannetais, Vallée 1931). Herrieu a jilegré. Menard (2016) a deux entrées vannetaises de racine /jene/ 'gêne', jenemant 'gêne' et jeneprus 'hautain'. Indépendamment de l'étymologie exacte, en synchronie, il est frappant que cette boisson forte tabou (Prado 2004) puisse s'interpréter également pour les locuteurs 'alcool fort' et 'forte gêne'.

productivité

 Le Gall (1958:'skil'): "préfixe diminutif qui a surtout pour effet d'adoucir le sens du radical qu'il précède. Le Gonidec déclare ne connaître l'emploi de cette particule que dans les deux composés suivants (repris par Ernault et Roparzh Hemon) : skildrenk ('aigrelet') et skilbaotr ('garçonnet'). On peut au moins leur y ajouter skilvarr ('courte averse'), terme bien connu des marins pêcheurs et des paysans de l'Hôpital-Camfrout."


Sémantique

Ce préfixe signifie la non-complétion d'un état ou d'une action. La non-complétion peut avoir un effet diminutif sur les noms, ou itératif sur les verbes.

La réduplication peut accentuer cet effet.


(1) 'N hent-sen kamm-jilgamm. Cornouaillais de l'Est (Riec)
le chemin-ci R va courbe-pfx1-courbe
'La route tourne en tous sens.' Bouzec & al. (2017:77)


Diachronie

Ernault (1879-1880:166) donne la variation trégorroise 'doré' silaouret à Trévérec, chilaouret à Tréguier et en Goëlo, selaouret à St-Mayeux.


Horizons comparatifs

Il existe en gallo un préfixe sou(r)- de sens minoratif similaire au français sou(s)- (Auffray 2007:intro), à mettre en relation avec l'allomorphe /ʃur/ de Plozévet.

A ne pas confondre

Il existe autour de Scaër un allomorphe en jil- du préfixe kil-.

Bibliographie

  • Prado, Patrick. 2004. 'Le Jilgré (datura stramonium). Une plante hallucinogène, marqueur territorial en Bretagne morbihannaise', Ethnologie française 34:3, 453-461. texte.