Seniñ, soniñ, soneiñ

De Arbres
Révision datée du 25 juin 2022 à 13:33 par Mjouitteau (discussion | contributions) (Remplacement de texte — « colspan="10" » par « colspan="15" »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Le verbe seniñ, soniñ, soneiñ signifie 'sonner, tinter, jouer (d'un instrument)'.


(1) Ben ' glever soniñ kreizteiz...
quand R1 entend.on sonn.er mi.jour
'Quand on entend sonner midi... '
Mona Bouzeg, Riec, c.p. (02/2012)


Morphologie

infinitif et radical

Le suffixe verbal de l'infinitif peut être un morphème vide directement sur la racine son-. Selon Trépos (1957:33), certains infinitifs au sud-ouest de Quimper n'ont ainsi pas du tout la possibilité de recevoir de suffixe réalisé.


(2) Pa glev ur c'hloc'hig o son
quand1 entend un 5cloch.ette à4 sonner
'Quand il entend une clochette tinter'
Cornouaille, Crocq (1910:8)


  • / i ma i sôn /
Emañ o seniñ
'Il est en train de sonner.' (du biniou)
Cléguérec, Thibault (1914:6)


Syntaxe

structure thématique

Ce verbe est transitif lorsque son objet est exprimé ou intransitif lorsqu'il s'agit d'une activité.

Le verbe seniñ sous sa forme intransitive est un verbe inergatif, puisque son unique argument est un agent. Comme kanañ 'chanter', il s'apparente dans sa structure aux verbes d'expression comme komz ou prech 'parler'.

Sémantique

variation dialectale

Pour le haut-vannetais, Delanoy (2010) donne son, sonein 'chanter (des chansons)'.


(3) Pa sonen rah en dud e grolle.
quand1 chantais tous le 1gens R1 dansait
'Quand je chantais, tout le monde dansait.'
Vannetais (Plaudren), Quéré (2011:118)